Réfléchir sur trois fois rien, demeurer dans le léger pour ne pas s'abîmer dans le grave.

Articles tagués “musique

1bon film, 3 générations… 1 lignée et 3 stars

En ce vendredi 13 janvier 23, la Toile apprend la disparition de la fille unique du King, Lisa Marie, fille de Priscilla (née le 24 mai 1945) et de

Elvis Presley (08 janvier 1936- 16 août 1977) …

Le film ELVIS avec Austin Butler et Tom Hanks, film du réalisateur Baz Luhrmann, est le biopic d’Elvis Presley et je l’ai trouvé vraiment très réussi! (on voit ci-dessus Lisa Marie au côté d’Austin Butler).

En juillet 2020, Benjamin Storm Presley Keough , le petit-fils d’Elvis, s’était suicidé. Dans la « famille Presley » il reste donc Priscilla (que l’on peut voir dans cet article de ParisMatch) et ses petite-filles : Riley, née le 29 mai 89, fille elle aussi de Danny Keough et ses demi-soeurs, les jumelles Harper Vivienne Ann Lockwood et Finley Aaron Love Lockwood, nées le 7 octobre 2008, filles de Michaël Lockwood, guitariste de Lisa Marie dont elle a divorcé.

Le film a permis à Austin Butler (né le 17 août 91) de remporter le Golden Globes 2023 du meilleur acteur dans un film dramatique et sa performance m’a époustouflée car il ressemble plus à Julien Doré qu’à Elvis au naturel… mais il se transforme de façon bluffante par une performance véritable de très grand acteur au point que son sourire évoque tout à fait celui d’un Elvis à l’époque où il était aussi jeune que l’acteur et pas encore marqué par une vie d’excès !

Ayant lu une critique négative du film, j’avais peu d’envie de le regarder mais je suis heureuse d’avoir pu constater que les médisants ont tort quand ils disent que cette œuvre agit comme les vautours qu’elle dénonce en oubliant ce qu’Elvis doit à la musique de la communauté noire de son époque.

C’est justement ce que j’ai perçu dans ce film: d’une part les amitiés avec des chanteurs de couleurs malgré les racistes de l’époque et d’autre part la dénonciation de l’exploitation réalisée par l’impresario sont dites et redites dans ce film.

Tom Hanks interprète le fameux « colonel Parker », cet escroc qui ne songeait qu’à »faire des affaires », quitte à lâcher l’artiste qui le nourrissait jusqu’alors pour le suivant et manipulait un chanteur qui ne souhaitait que chanter, vivre sa musique, persuadé d’avoir une mission de type biblique.

La voix française de Tom Hanks est JEAN-PHILIPPE PUYMARTIN. Il apporte la cerise sur le gâteau au jeu d’acteur extraordinaire de Tom, qui s’est bien investi physiquement dans ce rôle, devenant un « obèse qui cherche le pèse » sans vergogne. (attention: étant en surpoids moi-même, je n’attaque pas les gros, dont je suis… seulement celui-ci!)

Le récit est principalement fait en point de vue interne: c’est celui du « colonel » avec quelques passages en point de vue externe pour contredire le plaidoyer qu’entame l’individu plein de mauvaise foi pour minimiser son escroquerie… et pour nous montrer la ferveur initiale du chanteur ainsi que ses démons en tous genre.

Ce que j’en retiens, c’est… cette transe religieuse du chanteur.

Une personne qui n’a jamais chanté dans une église ne peut peut-être pas comprendre comment la beauté des voix s’élevant dans la nef fait enfler la foi de l’assemblée et baigne la foule de sa folie galopante. Je ne crois plus en aucune religion établie mais l’élévation de l’être dans un lieu qui magnifie la parole m’est toujours accessible…. Et le lieu peut être inattendu, improbable…

Si l’on entonne « Plus près de toi, Mon Dieu » en voiture on peut percevoir cet étrange phénomène… si, si! Il me rappelle le sens propre du mot « église » (« ekklesia » = « assemblée »)… Ma voix et moi, on fait deux… et parfois on fabrique du divin aussi!

Il reste que ce film nous a permis de réécouter la voix et la musique d’ELVIS, l’inspiré, dont le déhanchement me paraît tout aussi primitif, et parfois ridicule, que celui de mes chanteurs de Kpop!!!

Rien n’est plus agréable qu’écouter Elvis car sa voix me chamboule, me berce ou m’éveille…

Et voir naître son petit sourire de biais (Austin avait le même!) est un vrai bonheur :

Et là encore le sourire du jeune séduisant fleurit…

ou encore le beau gosse et ses groupies:

Il nous balade! « Si je ne peux pas bouger, je ne peux pas chanter »!
Publicité

Focus On The Good… avec Le son d’Alex… Jaffray!🎶

A l’instar de Mininous qui va réaliser de beaux graphes en spirales avec un jouet qui a déjà tant récréé la génération de sa Tata… Je vais me dessiner des jours emplis de bonne humeur malgré tout ce que le monde veut nous imposer comme sujets attristants et pénibles…

Pour débuter positivement le matin, souvent, nous regardons Télématin sur la 2

Et ce matin, la chronique musicale

d’ALEX JAFFRAY

(dont voici la chaîne Youtube, cliquez sur l’image)

au sujet des reprises d’oeuvres musicales qui ont eu bien plus de succès que l’originale, m’a fait sourire tant le chroniqueur, qui travaille dans cette émission depuis 2001 tout de même,

est facétieux et cultivé musicalement!

L’écouter, c’est s’instruire et se mettre en joie!

Je n’ai pas pu trouver cette chronique sur YT mais voici celle sur Quincy Jones :

Ou celle sur « l’hymne des stades » :

Ou cette annonce sur France-bleu Berry du très prochain « Son d’Alex », mis sur YouTube par KiM’aimeMeSuive:

L’actualité d’Alex ( et « Let it shine » de Zazie!)… « Escalope et ration… » ou « Escale et opération… » ? qu’est-ce qu’on entend vraiment chez Indochine ? (Justin doit le savoir!)

Et la toute première chronique de 2001 sur Télématin :

Il était jeune mais déjà stylé !

« Le sachiez-vous » : Alex Jaffray a composé, il y a trois ans, la musique de la série télévisée « Scènes de ménage », ai-je lu.

Voilà. Selon moi, cet homme gagne à être connu; j’estime qu’il amène du soleil dans mon salon par l’écran de télé… Merci Monsieur.


En noir et soie… graphique Asie

Il y a peu le journal Le Monde déplorait que la jeunesse puisse s’abrutir à cause des algorithmes…mais il me paraît que parfois ces fameux recoupements de mes goûts aboutissent à me proposer des vidéos sur mon portable me permettant au contraire d’enrichir ma culture de toute celle du monde et surtout de celle de l’Asie où je n’irai jamais mais qui me fascine tant.

Voir ci-dessous la prestation de la National Dance Company Of Korea…

Elle m’a enchantée par ses vagues soyeuses encrées comme une estampe sur la ligne mélodieuse d’une mélopée en suspens nuancée d’accents délicats.

SCENT OF INK

Et dans la même veine, KARTS Dance Company (dans le cadre d’une semaine coréenne de Chicago sur une chaîne YT américaine) :


Tu la chantes un jour, tu l’as pour 15 jours !

Il n’y a pas de raison que je sois la seule à fredonner sans arrêt Shallow après avoir écouté et regardé le concert donné par Pentatonix en Californie, il y a peu ! Comme mon blog n’a qu’une raison d’être, conserver mes émotions, ce n’est pas une actualité… mais je ne suis pas journaliste ! Je les mets donc en spectacle pour entendre la foule crier et… avec la vidéo de 2019 pour un meilleur son.

Et forcément, je remets les interprètes originaux … Attention, Geo, c’est parti pour 15 jours à fredonner !


Une reprise de Sam Ryder par Narin, Tiny Riot

Narin
Sam Ryder

Une reprise (cover) de celui qui aurait dû gagner l’Eurovision si les votes n’étaient pas truqués, Sam Ryder, par Narin, ces chanteurs géniaux a cappella, qui me ravissent et l’original qui me charme tout autant.


Des jambes, des voix… et de l’autodérision

Sur mon compte Youtube m’ont été proposés : les BOY STORY , un groupe d’origine chinoise. Ces artistes sportifs chantent et répètent qu’ils vont « leur dire qui on est ». Je m’interroge sur ceux dont ils parlent et l’hexagone qu’ils forment avec leurs bras… Si leur conquête du monde et leur avenir ne concerne que le showbiz, ça ira… mais à l’heure où les missiles volent au-dessus de la Corée et du Japon… j’y vois encore des raisons de m’inquiéter … alors au lieu d’écouter le groupe LA POEM , ces chanteurs lyriques que j’apprécie beaucoup, parler eux aussi de guerre, dans leur titre récent, THE WAR , je les préfère dans une reprise de Il Divo, Isabel , qui demande à l’aimée de ne pas les quitter :

Mais ces derniers ont un air tristounet en accord avec leur chant… Alors, fatiguée d’avoir gigoté avec les Boy Story, été sur le chemin de l’opéra avec La Poem, je m’offre une tranche d’autodérision avec J.Y.Park (le monsieur de droite)… Voilà de la Kpop que j’arrive à danser, moi qui ne parviens même plus à sauter à la corde!


Taemin is back with SuperM

Il est toujours aussi aérien et graphique, parmi les SuperM (Baekhyun, Taemin, Kai, ten, Taeyong, Mark, and Lucas)

On entend sa voix qui nous fait le reconnaître les yeux fermés et on le voit, félin, charmant et puissant…. Il n’a pas du tout grossi, comme l’avaient dit ses potes de SHINee pour nous intriguer… Moi, je ne vois que lui! (Je sais, j’ai dit que je n’étais fan de personne mais….)

TAEMIN c’est une star internationale ! Il va nous faire un retour fracassant, c’est sûr!

La vidéo de SUPERM , qui m’enthousiasme ( je la trouve géniale et ne peux pas m’empêcher de marquer le rythme) est apparue ce 5 octobre sur la chaîne Youtube SMP Floor (lien sous l’image) :


Love poem, version masculine 🎶

Lee SeungYoon reprend un succès d’IU et elle le félicite. Et c’est vrai qu’il y met son âme.

Je pense que quelqu’un
Prie pour quelqu’un
Je pense que je peux entendre doucement
Un poème d’amour qui a été écrit en silence
Il vole clairement vers vous
J’espère qu’il vous atteint avant qu’il ne soit trop tard

I’ll be there, 홀로 걷는 너의 뒤에
Singing till the end, 그치지 않을 이 노래

Je serai là, derrière vous quand vous marchez seul
Chanter jusqu’à la fin, cette chanson qui ne se terminera pas
Ouvrez vos oreilles pour un instant
Je vais chanter pour vous, qui marchez à travers une nuit particulièrement longue

Encore une fois, dans votre monde
Une étoile s’éteint
Les larmes en silence hangar
Coulent ici
Dans mon cœur silencieux qui a perdu tous les mots
J’entends une voix comme entendre un souvenir

I’ll be there, 홀로 걷는 너의 뒤에
Singing till the end, 그치지 않을 이 노래

Je serai là, derrière vous quand vous marchez seul
Chanter jusqu’à la fin, cette chanson qui ne se terminera pas
Prenez une grande respiration
Je vais chanter pour vous, qui avez oublié comment pleurer à haute voix

(Vous pouvez donc marcher)
Je chanterai
(Vous pouvez donc aimer à nouveau)

Here I am, 지켜봐 나를, 난 절대
Singing till the end, 멈추지 않아 이 노래

Ici, je suis, regarde sur moi
Chanter jusqu’à la fin, je ne jamais arrêter de chanter cette chanson
Le jour de votre longue nuit est terminée
Lorsque vous soulevez votre tête, je serai là


KyuHee Park et Mémories of the Alhambra 🎶🎞️

KyuHee est une guitariste classique absolument magnifique par son art et sa personne!

Elle m’enchante… et je ne me lasse pas de l’écouter.

Elle a remporté la première place dans une dizaine de concours internationaux dont celui de l’Alhambra comme on nous l’explique dans cette vidéo dans laquelle elle remplit un étudiant de bonheur en lui donnant un cours particulier (et à nous aussi par la même occasion!) en rejouant cette même oeuvre que vous venez d’entendre… avec plus de charisme car le jeune homme est trop… doux, trop tendre pour ce tango. (mettez la traduction française simultanée pour tout saisir aisément.)

Quand j’ai bingewatché (= « regardé les épisodes en continu ») le drama Memories of the Alhambra, lien Netflix (lien sur Nautiljon et lien sur Sens critique ) dans lequel jouent Hyun Bin, Park Shin-hye, Park Hoon, je me disais que faire d’une guitariste classique la récompense ultime pour des joueurs de jeu vidéo était une bien curieuse idée…

Mais voici l’interprétation par KyuHee de cet air récurrent qui obsède le héros :

Le drama vaut le coup d’oeil si vous êtes comme moi passionnés de médias modernes car il s’agit d’une intrigue tournant autour d’un jeu vidéo en « réalité augmentée » (on place des lentilles sur les yeux et on se retrouve immergé dans le jeu au milieu de la vie courante)… Le créateur du jeu a disparu. Le développeur l’a racheté à la soeur du très jeune créateur informaticien génial, en la manipulant mais… Cupidon, d’une part, et le fait que le jeu « se diabolise », d’autre part, compliquent la situation… sur 16 épisodes! Sans oublier les méchants qui menacent la vie des gentils et l’amitié qui leur sauve la mise, de temps en temps.

Trailer de Memories of the Alhambra sur Netflix:


Il veut être un homme heureux…🎶🎤

Il a une dizaine d’années et a chanté la chanson de William Sheller avec laquelle Louane avait été sélectionnée…. Et il a l’a tellement bien chantée! La photo ne correspond pas à sa prestation car Timéo n’a eu que deux fauteuils retournés et je ne montre pas son visage car les droits ne m’appartiennent pas (les vidéos des petits chanteurs ont vite disparu en 48 heures certainement retirées pour ce motif) mais, de mon point de vue, il aurait mérité 4 fauteuils comme les ont obtenus une grande partie des concurrents de cette première émission… en faisant des enfants heureux.

Une nouvelle session de THE VOICE KIDS démarre sur les chapeaux de roues et si vous avez raté ce feu d’artifice d’émotions… c’est dommage pour vous.

Déjà les quatre coachs ont ouvert l’émission avec un soleil des tropiques de Montagné revisité, à la Julien Doré, et leurs harmonies se sont ajoutées au bon goût de leur tenue pour me disposer au mieux… Et tous les quatre parlent avec tant d’humanité et de sensibilité… que je n’ai zappé aucun de leurs commentaires (j’enregistre toujours cette émission pour la regarder le lendemain sans publicité et nous en repasser les meilleurs moments).

Savoir qu’il s’agit avant tout d’un programme commercial ne me gâche pas le plaisir. Le bonheur des enfants qui chantent est d’une telle évidence que je ne veux pas rouvrir la polémique qui m’avait atterrée, des années en arrière, lorsque Jordy avait chanté « J’ai cinq ans… »… Il me semble que chanter n’est pas du tout dégradant et que l’enfant en est heureux, ça se voit cash. Et on entend toujours un parent dire « Il est beau » (ou au féminin) en voyant apparaître son enfant. C’est un programme de valeur, à mon humble avis, et je chante ici mon plaisir de Mamy et Maman. Papy H. aussi a apprécié ; les oeuvres qui nous plaisent à tous les deux ne sont pas forcément légion alors j’y vois une raison de persister dans ma pensée… (j’ai déjà expliqué que nous avons nos propres goûts et ne sommes pas « sur le même modèle » en de nombreuses matières, ce dans quoi je vois une richesse même quand la différence de conviction génère des disputes. Les différences de points de vue correspondent à une vie plus variée et une progression dans la réflexion.)


Parodie fortiche

            Il m’est impossible de dire le nom de ce groupe qui fait une cover (imitiation d’une danse) car ils sont japonais… alors J’espère que ce n’est pas un mot grossier!

            Ils sont loin d’avoir la plastique irréprochable de leurs modèles (LOL) mais ils ont réussi à les imiter avec une joie perceptible et une rigueur admirable ! Les voici :

            Et voici leur modèle, les SSERAFIM en entraînement, mouvements de popotins garantis !

            J’espère que Domdom ne me reprochera pas de montrer ces demoiselles dont son blog ne parle pas, sans doute parce que c’est un groupe trop commercial, de la Kpop commerciale, alimentaire pourraît-on dire.

            Pour en revenir à ces messieurs, je les trouve très beaux dans leur pratique imitative. Il n’est pas nécessaire de correspondre aux canons de son époque pour produire de la beauté. L’humour aussi crée de l’esthétique ! Et de bons danseurs forcent l’admiration.

            Comme je n’ai pas accès aux explications dans leur chaîne Youtube par ignorance de la langue, je ne peux pas savoir s’ils agissent par esprit satirique ou pour monter un « groupe alternatif ». Il me semble comprendre que c’est une entreprise comique du fait que le titre est barré, par une correction que je perçois comme critique. En tous cas cette vidéo-ci est assez amusante; les voir bouger « de façon efféminée » et demeurer pourtant un groupe de mecs est une prestation remarquable. Mais a-t-on toujours le droit de penser ces mots à notre époque de questionnement sur les genres… je ne sais plus. Moi, ça me fait rire et je ne me remets pas en question sur ce point : ils fabriquent volontairement du ridicule. Ils font les clowns mais de façon sacrément fortiche! Et leurs autres vidéos sont amusantes aussi quoique pas satiriques à mon humble avis. Finalement c’est peut-être un groupe de danseurs de covers sérieux… ???


Entraînement 🩰🎶

Parce que parfois je ne suis qu’écoute et regard enthousiaste… encore un peu de KPOP dans ce blog avec Wonho, cet ancien mauvais garçon qui s’est acheté une conduite, devenu chanteur aux airs de BB, un bodybuildé à la voix haut perchée. Ils ne se ménagent pas, ces groupes de Kpop! Les frappes de pieds rythmant le choeur au sol me rempliront toujours autant d’étonnement et d’une joie… primitive. Cette envie irrépressible de sauter et de transpirer avec eux monte en moi…

– Oh, doucement Véro… vaut mieux que tu restes dans ton fauteuil ! Pas envie de fréquenter les hostos, non mais !

Voici un des clips pour CRAZY qui me permet d’affirmer que la « dance practice », l’entraînement, quoi, c’est tellement plus exaltant! De ce fait j’en ajoute une pour EYE ON YOU, autre preuve que ce sont les entraînements les plus épatants, convaincants de la valeur de la KPOP :


Comme la plume au vent🐦

            En prenant cette photo dans mon jardin, je tâchais de montrer les reflets de bleu qui signalent l’ancien propriétaire de ces plumes, un geai sans doute… Pennes ou rémiges, simples tectrices, je ne sais… Leurs barbules oscillaient dans un souffle léger d’air tendre… Et tandis que leurs aubes tricolores, dans une géométrie inextricable, se raidissaient sous mon regard, les quelques barbules affolés en pied de calame rédigeaient un poème imaginaire…

Surgit l’air dans ma tête puis à mes lèvres fredonnantes… Un trio véritablement lyrique vint au secours de ma mémoire défaillante… puis un chanteur d’opérette que j’affectionne pour ses violettes Impériales…

            Ainsi Verdi ne pensait ici qu’à l’inconstance féminine et son prétendu caractère inhérent, « être volage » (voici les paroles : Comme la plume au vent
Femme est volage
Est bien peu sage – qui s’y fie un instant.
Tout en elle est menteur,
Tout est frivole,
C’est chose folle – que lui livrer son cœur
Femme varie, femme varie,
Fol qui s’y fie – un seul instant
Comme la plume au vent
Femme est volage
Est bien peu sage – qui s’y fie un instant.
Trompé par leurs doux yeux,
J’ai l’air d’y croire,
Bornant ma gloire – à tromper encore mieux.
Femme varie, femme varie,
Fol qui s’y fie – un seul instant.

et un autre interprète chez OLYRIX ). Moi, je connais plusieurs hommes qui ont fait pondre dans plus d’un nid mais aucune femme ayant créé plus d’une famille… C’est pourquoi ces PLUMES ne m’évoquent qu’un vol libéré des pesanteurs de l’âme vivante… En conséquence je ne citerai pas Céline Dion et sa si belle chanson d’âme-plume, car je veux croire que cet oiseau vole toujours d’arbre en arbre… LIBRE et libéré… Je me pose finalement chez Patricia Janečková… mais là… ne suis-je pas manipulée par les algorithmes (à toujours écrire sans y selon le CNRTL) et les bien-penseurs donneurs de leçons… ? Ne voulant plus en donner à personne ni en recevoir… je ne mets pas de vidéo. Que chacun s’envole où il veut.


Mélomane, chanteur farfelu ou sérieux ? 🎼🎤🎞️

            Il chante de l’opéra dans plusieurs langues et s’appelle Maestro Wenarto

( son pseudonyme ferait penser au verlan « vénère » mais il paraît qu’il vit à Seattle…? ) je suis arrivée sur sa chaîne par une vidéo qui m’a fait mourir de rire car les fausses notes abondaient; j’ai pris un fou-rire comme je ne l’avais plus fait depuis… des années !

        Ensuite j’ai visionné une bonne dizaine de ses prestations (il en aurait fait plus de 1500 ! ) et j‘ai fini par penser qu’au lieu de rire je devais plutôt remarquer : la véritable passion de la musique et du chant, le goût des langues et de l’interprétation qui lui font jouer plusieurs rôles en des avatars polyglottes (et il faut pouvoir suivre ces partitions complexes) , et enfin le rendu des vidéos aux décors appropriés… tout, finalement, mérite tout de même un regard plus mesuré. Alors voici d’abord des réussites parmi celles que j’ai préférées :

            La question se pose de savoir si l’on peut tout chanter malgré les limitations de ses capacités (enfin on le peut mais… le doit-on?) ?Maestro réussit à chanter de façon agréable du Simon&Garfunkel ou du Mozart… mais, pour d’autres morceaux… c’est un peu comme si je me mettais à faire du Moon walk ( je l’ai déjà fait… Mais j’ai fini à la renverse, par terre et j’en suis définitivement sonnée !).

Parce qu’il est souvent hilare et semble s’amuser de ses propres déraillements, je me dis qu’il doit bien être conscient de ses limites c’est pourquoi les vidéos trop comiques dans lesquelles il fait des canards enregistrés nous autorisent à nous amuser à fond… alors ne nous en privons pas. Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Maestro pour ces tranches de rire!

Bref, le tout est… Totalement burlesque. Je ris donc de bon coeur et sans aucune méchanceté parce qu’il est touchant dans son enthousiasme. Moi j’ai bien osé laisser mes dessins, montages et peintures sur mon blog et il y a certainement de quoi rire, je le sais bien! Dans La vie parisienne ci-dessus, qui date d’une dizaine d’années quand Maestro était plus jeune, je ne peux pas me retenir de rire. Ce qui est certain, c’est que je ne chanterai plus cet air dans ma cuisine, comme je le fais si souvent, sans me souvenir de lui … moi qui me suis toujours moquée de moi-même au premier de mes canards… Pan! Pan! Pan!


Musique de ce jour d’hui🎼🎵🎶

            Mes écoutes de ce matin , en un grand écart de l’Antique à la Kpop la plus moderne :

A retrouver sur les chaînes Youtube de chacun d’eux :

accessoirement… Je déteste que les gens disent « aujOrd’hui » au lieu de « aujOUrd’hui »!

Et la trado de la vidéo des chanteurs par Hobishin :

Et tant qu’à faire BTS aussi !

Et That That de PSY et SUGA traduite par NOIDRI, en français :

Et la même par les danseurs d’ARTBEAT :


Gracieuses danses chinoises 🦋🩰👘

            Tombée en amour pour les productions artistiques d’Extrême Orient, je suis abonnée sur Youtube à la chaîne REDGOWN. Elle émet depuis les Etats Unis mais est consacrée à des danseurs chinois.

Je ne comprends rien aux sous-titres mais la musique et la danse sont des langages universels. Il me semble que les danseurs sont présentés dans une vidéo située tout en bas de la page des vidéos… mais faute de traduction anglaise… j’en suis aux suppositions.

Voici un an, la troupe a proposé la vidéo d’un spectacle dont la musique est faite de bruits de cascade et l’on croit voir des créatures mi-végétales, mi-aquatiques fleurir et évoluer sous nos yeux. Je suis toujours émerveillée par la plastique des danseurs qui sont élégants jusqu’au bout des ongles. Leurs ballets me captivent.

J’ai pris deux autres captures d’écran pour tenter de faire comprendre combien les jeux de lumière s’associent aux effets sonores et déplacements visuels pour nous charmer.

Et ce dimanche 22 mai 2022, une télé chinoise m’a proposé (par le biais des algorithmes évidemment) une vidéo d’un gala de printemps dans laquelle les danseuses sont de véritables flamands roses ou des paons en majesté dans un mimétisme absolu. L’illusion est telle que… je me suis abonnée aussi à cette chaîne.

          

Bon visionnage sur Redgown où tout est beau et on n’y admire pas que des filles ! Et sur les vidéos de danse de la chaîne chinoise, dont je donne aussi le visuel d’accueil🦋🩰👘


Pas de crêpe-coeur…🍪🎤🎭🎤

            Ce samedi 14 mai 2022 fut une soirée musicale télévisée 📺agréable somme toute… bien qu’un Grand Breton ait supplanté nos Bretons de Petite Bretagne. Ce breton-là était plus beau (estimation personnelle non justifiable), plus grand puisque Space Man (titre de sa chanson) et montait plus haut en vocalises que l’étincelle de notre chanteur français… Brocéliande ne fait recette qu’au cinéma !

            Dans le groupe français, les chanteuses n’étaient pas dénudées comme les Espagnoles (et je suis encore outrée 👀de ce spectacle parce que je n’ai vu que des chairs agitées, certes d’une ligne parfaite… mais ces corps hurlaient plus que les sons dans mon imagination et j’en suis devenue sourde !). Le Roumain avec Llamame a produit une prestation plus conforme à l’esprit hispanique, selon mon sentiment, que ces dames « déshabillées » en toreras de films X.🙈🙉🙊

            Les bananes norvégiennes ont eu un succès d’estime en finissant dans les dix premiers… et de ce fait j’en ai perdu mon latin… que j’ai retrouvé quelques secondes avec la Serbie. La chanteuse, KONSTRAKTA, se lavait les mains comme Ponce pour nous inciter peut-être à faire du Pilate ! Elle chante le refrain dans la langue de Cicéron pour énoncer des règles d’hygiène… peu carrées… puisque teintées de douce folie (elle parle des cheveux de Megan Markle puis du dieu de la santé… ???) En y resongeant… j’en reperds mon latin!

            Finalement… 🤔J’ai élu dans mon for intérieur la Moldavie, qui m’a semblé parfaite avec cet air folklorique comique évoquant Tintin, la première BD que j’ai lue de ma vie, à 5 ans, chez les petits voisins du-dessus… (mythe coréen du premier amour!)

            Il était évident que l’Ukraine gagnerait puisque ce spectacle est avant tout politique et commercial et je ne me suis pas imposé le comptage des points… De cette écoute, il me reste une impression mitigée… Certains visuels, comme la robe blanche du chanteur Australien, certains refrains me restent bizarrement en mémoire … J’entends encore « Mourir ensemble » chanté par une dame en anglais bien sûr… et dans les propos suisses « les garçons pleurent aussi (toujours en anglais)… que ces mots ne nous soient pas funestes.😒

            La deuxième émission musicale de la soirée était The Voice. J’y ai aussi eu quelque tristesse car des chanteurs qui m’avaient émue ont été éliminés ! (le niveau était élevé parmi les concurrents, cette année). Là encore, je n’ai pas les mêmes ressentis que les votants mais m’en console fort bien!

            Bref… pas de crève-coeur… ni de crêpe-coeur , comme celle qu’Alix (une de mes meilleurs élèves de 2016) m’avait offerte… parce que j’ai mangé mes oeufs avec des épinards… c’est meilleur pour la Santé 🤸et tant pis pour ma promesse de crêpes au Nutella… de toute façon : les dés étaient pipés !


Que Fulenn étincelle !⭐🌟✨💥

            La finale de l’Eurovision aura lieu ce samedi… et nos Bretons doivent être soutenus!

leur visuel celtique

Certes je suis un peu déroutée par le fait de ne pas pouvoir chanter ce titre qui représente la France, ignorant le breton… mais voici le LIEN POUR LES PAROLES et TRADUCTION du texte de Fulenn sur Lyricstranslate

            Nous pouvons au moins chantonner cet air qui est assez bas et simple, une ritournelle sauvage ponctuée de « treeeeet! » à rouler dans sa gorge pour exprimer son délire de fête ensorcelante, sa joie! 🧙🧛🧝🧝🧝🧝🧝🧝🧝🧝

            Papy H. a suffisamment expliqué qu’il ne regarderait plus l’Eurovision parce que « tout le monde chante en anglais », alors je me réjouis d’un air venu d’une époque ancestrale, où les Celtes peuplaient un village gaulois, celui d’Astérix! Le trio de filles est enthousiasmant, le garçon bien vêtu et pas désagréable à regarder, la chorégraphie est vivante car la danseuse, longiforme, serpente dans les flots de verdure lumineuse… Allez zou! Sans chapeau rond ringard ni biniou classique, soyons tous Bretons!

            J’espère que « les loups et bananes norvégiennes », Subwoolfer – Give That Wolf A Banana, seront numéro 2 car j’ai adoré entendre et voir ce groupe à la Daft Punk trop drôle… bien que je n’aie pas plus compris le message que je trouve un peu trop suggestif, raison pour laquelle je ne mets pas cette vidéo ici !

Donc , « dansons avec le diable » et Alvan et Ahez (la traduction semble ignorer la formule française « faire fi de » et a écrit « fit » que j’ai rectifié ici !) :

Etincelle

C’est parti !

Dans l’obscurité des bois germe la nuit

Les étoiles apparaissent dans le bruissement sans repos

Une ombre féminine virevolte à la lueur d’un flambeau

En faisant fi des bêtes sauvages je danse

Je vole le feu de leur regard plein de convoitise

Et le change en un chant à reprendre à l’unisson

Elle danse avec le diable, et alors ?

Je danse avec le diable, et alors ?

Embrasement et boue, embrasement, fête et boue

La forêt vibre au contact de l’étincelle qui danse

Sa magie enchanteresse monte jusqu’aux grands arbres

En faisant fi des bêtes sauvages je danse

Je vole le feu de leur regard plein de convoitise

Et le change en un chant à reprendre à l’unisson

Intrépide au milieu de la clairière danse l’étincelle

Tournent et tournent autour d’elle des âmes déchaînées

Lalalalalalaleno lalelalo

Lalalalalalaleno lalelalo

Lalalalalalaleno lalelalo

Lalalalalalaleno lalelalo

Je danse avec le diable, et alors ?

Avec le diable je danse

Elle danse avec le diable, et alors ?

Lalalalalalaleno lalelalo

Lalalalalalaleno lalelalo

Lalalalalalaleno lalelalo

Lalalalalalaleno lalelalohttps://lyricstranslate.com/fr/fulenn-etincelle.html


Leçons de dramas

  • Black Dog, Being a teacher
Une affiche de Black Dog
Une équipe de battants

            Une lycéenne blessée est extraite du car accidenté qui l’emmenait en sortie scolaire par un professeur qui , lui, meurt. Go NaHeul apprend que cet enseignant à qui elle doit la vie sauve est un vacataire et que la famille de ce héros ne peut recevoir aucune aide du lycée pour survivre, du fait de cette situation précaire. On retrouve Go NaHeul 12 ans plus tard, alors qu’ayant raté le concours, elle postule pour devenir vacataire à son tour.

Elle a acquis la vocation d’enseigner en mémoire de l’homme qui s’est sacrifié pour elle. On la suit, ensuite, dans sa découverte du métier, dans un lycée qui doit impérativement améliorer ses résultats pour mieux recruter. Elle appartient à une petite équipe de profs exemplaires et ses élèves sont bien mignons, disciplinés et attentifs ( est-ce la fiction ou la réalité… ? Mais les profs se font gronder comme des gamins par leurs supérieurs… Alors tout n’est pas idéal là-bas !)

            L’héroïne nous expose « un axiome », que je pense fort juste, « la loi des 2, 6, 2 » :

« Dans un groupe de dix personnes, deux m’aimeront, six ne s’intéresseront pas à moi et les deux autres me détesteront forcément« . (épisode 7 à la 12ème minute)

Leçon de vie :   L’héroïne transforme sa déception, ressentie à cause de la médisance d’autrui, en statistiques ; la logique mathématique permet de relativiser la situation vécue.

Le père explique que dans un couple chacun doit conserver son jardin secret.
  • Saisir l’opportunité offerte par Netflix de regarder des feuilletons livrés par deux épisodes par semaine afin de ne plus être tentée de regarder l’intégralité de la série en quelques soirées… Est encore une leçon que je suis avec plaisir.
    • Dans Thirty Nine : Trois amies de longue date sont arrivées à la veille de la quarantaine sans avoir fondé de foyer (l’une pour se consacrer à sa clinique dermatologique, l’autre pour avoir aidé sa mère à surmonter un cancer et la troisième pour être restée amoureuse d’un ancien compagnon pris dans un mariage de convenance). Ces femmes réalisent qu’elles veulent une situation stable… au moment où l’une d’elles apprend qu’elle est en phase terminale.

Leçons de vie : Ce feuilleton traite du courage face à la maladie et à la perte d’un être cher mais surtout de l’adoption car les médecins de cette série sont pris dans des situations difficiles : un adoptant qui revient sur sa parole une fois veuf et des parents biologiques délinquants.

Comme la culture est toujours présente dans les dramas, ici c’est Rachmaninov qui offre le thème musical frappant l’enfant adoptée pour lui faire comprendre que sa mère adoptive est vraiment aimante et, plus tard, que son amoureux est digne de devenir son époux. Du coup, la sensation auditive devient garante de bonheur.

            Dans Business Proposal :  Kang Tae-moo, un héritier de chaebol (famille et affiliés dirigeant des sociétés financières), totalement parfait en tout, doit, pour rassurer son grand-père, se fiancer alors qu’il n’en a pas envie. Il participe à des rendez-vous arrangés mais comme il veut se débarrasser de cette obligation, il propose un contrat de fausses fiançailles à une fille délurée… qui a en fait été envoyée par son amie Jin Young-Seo,la riche héritière qui veut se marier par amour… Shin HaRi est en fait chercheuse dans l’une des sociétés de Kang TaeMoo . Shin HaRi, travestie, dépannait son amie d’enfance, Jin YoungSeo, qui, partie de son côté, tombe amoureuse… du bras droit de Tae-Moo, Cha Sung-hoon, son secrétaire… élevé par le grand-père Kang auprès de Tae-Moo orphelin !

Leçon… On pourrait croire qu’il n’y en a pas dans cette version de Cendrillon… mais on apprend que la nourriture a pris une très grande importance à notre époque et qu’il convient de ne pas en négliger l’intérêt ! Les sociétés de l’héritier commercialisent des aliments, l’homme qui forme un triangle amoureux avec les deux héros principaux est un Chef de génie et les deux plus riches font mieux la cuisine et le ménage que les deux filles!!! Situation difficile à imaginer ailleurs que dans une société civilisée! [Même Papy H. ne peut la trouver enviable alors que ma fille la vit au quotidien ! Bravo mon gendre!!!!!!!]

            Dans Our beloved summer : Deux lycéens avaient participé à une émission de téléréalité à succès, parce que la fille était une excellente élève tandis que le garçon ne faisait que dessiner… puis ils avaient eu une relation sentimentale houleuse, faite de plus de ruptures que de bonheur. Cinq ans plus tard, devenus, elle, une créatrice d’événements culturels, lui, un dessinateur très coté , ils participent à une nouvelle émission sous le regard du cameraman amoureux de l’héroïne et d’une star de Kpop amoureuse du héros… (deux triangles amoureux)

Leçon de vie : Dessiner à l’école peut mener au succès et à la fortune !

Les thèmes abordés dans ce feuilleton sont aussi : l’adoption, réelle ou de fait (car l’artiste est officiellement adopté par ses parents restaurateurs mais son ami d’enfance, qui porte le même prénom et dont la mère se désintéresse, est nourri, logé, aimé par les parents de l’artiste!!!), la téléréalité mais aussi la dette familiale ! dans ces dramas, il arrive souvent que des héros soient contraints d’avoir recours à des usuriers mafieux qui les pressent comme des citrons… alors qu’ils sont soutiens de famille ( ici d’une grand-mère ou dans d’autres dramas, d’un frère ou d’un enfant après décès du dernier parent)!!!

            Dans Her private life , une gérante d’exposition dans un musée a dû, pour être embauchée, cacher qu’elle était une master-fan d’une star du groupe Kpop Blue Ocean. Au cours d’une de ses activités de groupie, elle heurte le futur directeur du musée, un peintre qui ne parvient plus à peindre depuis trois ans. Les débuts de leurs relations sont électriques mais peu à peu le climat se réchauffe au musée!

La leçon est que même lorsqu’on est une fan (ce qui en Corée semble correspondre à une situation bien plus passionnée et concrète qu’en Europe)… on peut se détacher assez pour vivre une relation sentimentale véritable.

            Les scénaristes ont concocté une intrigue vraiment très très alambiquée! Le judoka qui fait le triangle amoureux est encore un fils adoptif dans les faits car il est élevé avec l’héroïne comme un frère… et à la fin on « retombe sur nos pattes » car tout était lié depuis l’enfance des personnages !

            Je me demande 1) ce que font les banques en Corée 2) comment il peut y avoir autant d’orphelins qui élèvent un parent 3) si la télé va souvent filmer dans les lycées ? 4) Si les fleuves de soju bus dans ces feuilletons vont s’assécher un jour! (Même les parents boivent avec leurs enfants!)


Soleil d’avril ☀️ Mise à jour du 13 avril 22

Ce petit air que j’ai chantonné dans mon jardin, contente de vivre enfin un jour sans vent et ensoleillé… tout en veillant à ne pas provoquer la pluie…

et que j’avais attribué à Marvin Gaye, a suscité des remarques de blogueurs bien plus savants que moi en matière de musique. Lisez les commentaires de cet article. N’étant qu’une amatrice trop éclectique… je reconnais la véracité du principe suivant: « Qui touche à tout… ne connaît rien! » et fais donc confiance à mes référents.

Merci à Christian et Domdom qui prennent soin de moi et m’ont indiqué que je commettais une erreur en attribuant ce titre à un interprète plutôt qu’au créateur, BOBBY HEBB.

Donc voici le véritable créateur de SUNNY (Merci à Christian, qui m’a plusieurs fois beaucoup appris, au sujet des Beatles par exemple, dans son blog)

J’adore comment le chanteur prononce le e de « I love you »! Je trouve que sa prononciation est bien plus belle que celle dont j’avais l’habitude.

Et voici une version toute en énergie par le même Bobby, avec un jeu de guitare très expressif… très passionné, que m’a recommandé DomDom, mon référent perso en Kpop, qui a tant d’autres cordes à son arc ou de tambours à sa batterie (j’hésite encore sur la formule appropriée en ce qui le concerne, puisqu’on est plutôt dans la Soul ou le Funky ou la Popmusic… (Messieurs, j’en appelle à votre expertise SVP…) :

Enfin voici la version de Marvin Gaye que j’écoutais dans ma jeunesse parce que ma voisine me l’avait prêtée !

Du coup j’avais le projet de revenir sur les versions de… Boney M. (que j’allais prendre sur leur chaîne Youtube mais puisque Domdom en a parlé avant que j’étoffe l’article … je prends celle qu’il m’indique)

Et je terminerai avec la version de Christophe Willem parce que ma belle Clara (génération de mes enfants) l’a mentionnée en premier quand je lui ai chantonné le tube!

Bon ben je pense avoir bien fait le tour de la question!!!

Bon jour de soleil à tous ceux qui passeront ici!


Chic! 2 Come-back !

Tout d’abord celui de :

Ah non, ça, c’est moi l’an passé à la même date… dans ma dernière salle de classe !

Ce soir à 18 heures… c’est le retour de… (il n’y a pas de lien sous la photo qui suit, qui est une capture d’écran, mais les liens sont sous les suivantes…)

Comme on le lit sur sa chaîne Youtube (où il a adopté cette coiffure « princesse Léia » que j’aimais porter l’an passé ) :

Et c’est aussi celui d’Adèle, ainsi qu’on l’apprend sur sa chaîne Youtube:

On en a de la chance ce mois-ci !


Un sosie de style… inclassable

Depuis longtemps maintenant je visite d’un oeil étonné

le site Youtube de Dimash Qudaibergen

Si certains de mes ex-collègues passaient par ici et voyaient cet homme… ils ne pourraient qu’être totalement époustouflés comme moi car cette star de l’Est est le sosie… de Matéo D. le frère de Tamara et d’Elsa.

Encore plus inattendu… Matéo est un surdoué qui a sauté deux classes et Dimash a une voix… inouïe jusque là!

A vous de juger (et sans lui en vouloir pour la prononciation approximative car il ne connaît pas le français et a appris le texte par coeur qu’il chante depuis des années; je me souviens de l’avoir vu 4 ans auparavant à la TV française présenté comme un prodige du show-biz).

Dimash est un Kazakhstanais , et semble-t-il un Kazakh (car le pays compte plusieurs ethnies différentes. J’ai cru comprendre, ne parlant ni le Russe, ni la langue du pays, que cet homme défend « la nation Kazakh »).

Il est jeune mais déjà tellement adulé, en Russie comme dans les pays de l’Est, qu’il remplit des salles immenses avec ses chansons de variété. Les femmes se pressent pour obtenir un autographe et lui offrir… des fleurs! ?

Sa voix est tout à fait extraordinaire, ses dons à diverses organisations humanitaires très généreux, hors scène il est normal et intéressant… mais son style sur scène est totalement inclassable, souvent « ringard » à mes yeux de passionnée de Kpop et pourtant parfois touchant… Je n’apprécie que certaines de ses vidéos… La plupart du temps, il est trop « dans l’épate » et le show . Je ne suis donc pas captivée, simplement époustouflée par ses capacités vocales et la ressemblance avec Matéo , physique autant que par son caractère de surdoué.

Bref, cet article est écrit en souvenir de Matéo, à qui je souhaite tout le bonheur possible.


Pour Mininous

De like en like sur Youtube, j’ai découvert la chaîne des LAYERS

un trio classique composé d’un violoniste, d’un violoncelliste et d’un pianiste.

Parmi toutes leurs vidéos, celles qui reprennent les thèmes des films de Walt Disney m’ont forcément arrêtée, surtout parce que Mininous les chante régulièrement et que les spectacles qu’elle nous donne nous ravissent!

Voici La reine des neiges 1 (Let it go):

La reine des neiges 2:

La Belle et la bête:

Le roi lion :

et pour finir j’ajoute leur medley des Beatles… parce que je l’aime et que Mininous ne devrait pas le détester, du moment qu’elle peut danser en l’écoutant!


Rose de D.O.

Extrait de son album solo, pour son actuel comeback… une très belle réalisation:

Depuis que je l’ai découvert en regardant 100 days my prince et en écoutant EXO sur Youtube, ce jeune homme me distrait régulièrement. Je lui souhaite une bonne continuation.

Les paroles romanisées:

Meonji eomneun paran haneul wiro (ah, yeah, yeah, yeah)
Baram ttaraganeun gureumcheoreom (ah, yeah, yeah, yeah)

Meolli gaji marayo
Geudaero meomulleojwo
My baby nae mame maeil (ah, yeah, yeah, yeah)

Bomnal gateun geudaen yeppeoyo oh-oh-oh joayo
Eotteokamyeon naege olkkayo oh-oh-oh ireoneun
Nae moseubi ssukseureopgo (ooh-ooh-ooh-ooh)
Ganjireowodo eojjeol su eopjyo
Geudael saranghaeyo, baby

Nuntteumyeon saenggangnaneun sarami (ah, yeah, yeah, yeah)
Geudaeran geol geudaeneun alkkayo (ah, yeah, yeah, yeah)
Moreun chehaji mayo
Da algo itjanayo
Oh maybe, baby (ah, yeah, yeah, yeah)

Maeil bwado geudaen yeppeoyo oh-oh-oh joayo
Eotteokamyeon naege olkkayo oh-oh-oh ireoneun
Nae moseubi ssukseureopgo (ooh-ooh-ooh-ooh)
Ganjireowodo eojjeol su eopjyo
Nae sarangi dwaeyo baby

Dongne kkotjibeul chaja
Geudaeege jugo sipeun kkot
Amuri gominhaedo
Aneun kkochi jangmibakke eopseo
Yonggi nae hangadeuk pume dama
Geudaeege gago isseoyo (ah, yeah, yeah, yeah)

Jangmi boda geudaen yeppeoyo oh-oh-oh sasireun
Mallo pyohyeoneul jal mothaeyo oh-oh-oh ireoneun
Nae moseubi ssukseureopgo (ooh-ooh-ooh-ooh)
Ganjireowodo eojjeol su eopjyo
Oneulbuteo urin lover

prises sur : Paroles2chansons.lemonde.fr

et sa traduction sur GREAT’SONG.

Comme c’est amusant de lire dans cette traduction, « maladroit » écrit « mal à droit » ou « arme pleine de fleurs » pour, sans doute, « main… » (! ?). Les paroles sont « certifiées par des experts »… Mais les experts ne sont pas toujours infaillibles ! 🙂