Réfléchir sur trois fois rien, demeurer dans le léger pour ne pas s'abîmer dans le grave.

Articles tagués “vacances

Fin de séjour

Et voilà ! Mininous est repartie pour se rendre chez ses autres grands-parents.

En allant vers SonPellier (= Montpellier) la famille a évité les incendies qui se multipliaient dans notre région. Double tristesse.

Les derniers bons mots entendus résonnent encore dans mon esprit…

« – Mininous, dis-nous qui est « le chat botté »?

-Ben c’est un chat qui se tient bien droit et il est très beau. Il est droit dans ses bottes, le chat Beauté !

Effectivement… polysémie des sons… reconnaissance en fonction de ses propres références… et finalement, autre interprétation puisque ce conte joue à fond sur les codes de l’apparence !

Les activités accomplies ont laissé de beaux souvenirs… et nous les ressortirons pour un autre épisode à concocter!

Tout est rangé maintenant dans des boîtes avec légendes… ou pas, car Mamy V. n’est pas la reine du rangement! C’est enfermé, quoi… Jusqu’au prochain séjour.

Mais ces instants sont de belles étapes, dans notre vie, dont nous parlerons plus tard avec plaisir.

« Tu te souviens, la semaine dernière, on avait fait de la pâte à modeler » m’avait -elle dit pour m’inciter à lui donner la bonne boîte  » Tu veux dire aux précédentes vacances! » Ai-je rigolé en installant aussitôt les éléments réclamés !

Je ne cesse de remercier ses parents de me permettre de jouer mon rôle de Mamy le plus correctement possible. Alors, Merci et rendez-vous pris pour… la « semaine prochaine » (dans l’ordre chronologique!)


Citations d’enfant

Mininous aime regarder la série animée Miraculous et sans prévenir, pour finir un jeu, s’exclame « cataclysme! » comme le fait le héros Chatnoir. Cette série est située à Paris et quand nous visionnons un épisode, elle signale « J’y suis allée là ! » Pour la tour Eiffel par exemple. L’intérêt de cette animation réside aussi dans le fait que le méchant choisit toujours des personnes rancunières ou déçues pour les transformer en serial vengeur et porter ses attaques  en espérant détruire le couple de heros… Bien entendu, le mal provenant de la rancoeur, la vindicte, la jalousie ou le désir de gloire…etc est toujours défait et l’âme blanche du papillon « acouma » (orthographe non garantie), le messager de la puissance maléfique, est libérée pour que le Bien règne. C’est très mignon, à mon humble avis et plaisant à voir avec l’enfant; sur Netflix on trouve les x épisodes ( plus d’une vingtaine par série).
Une autre expression de Mininous m’amuse beaucoup. Pendant l’exécution d’un jeu, la voici qui s’exclame « Égalité partout! » alors que nous ne sommes que deux à jouer au cours d’un unique affrontement… alors je m’interroge sur le « partout »!
Tout le monde connaît ce leitmotiv de l’enfance « c’est moi qui l’fais » ( et même  » c’est moi qui fais ») et notre petite le place sans arrêt ! Si bien qu’elle se mêle de tout et prend des initiatives inattendues parfois très contestables du point de vue de sa sécurité ou de celle des objets apportés ! Il faut la surveiller sans arrêt et répéter inlassablement les ordres donnés tels que « Non, il ne faut pas courir sur le pourtour de la piscine ». Elle veut faire comme les plus âgés et arriver comme un bolide pour réaliser « une bombe » en sautant dans l’eau alors qu’elle a toujours les  flotteurs aux bras, puisqu’elle ne maîtrise pas encore de nage. Téméraire, cette coquine!  » Attention, j’arrive » « Euh… Ah bon, mais c’est toi qui dois faire  attention de ne pas partir en courant! ».

« Encore une, s’il te plaît, encore une fois! » Quel parent ou grand-parent n’a pas entendu cette prière ? Alors même qu’il ou elle avait précisé « un seul et c’est tout »… Et que ceux qui ne cèdent jamais me jettent la première pierre! 

 » J’aime pas ça » affirme-t-elle souvent et surtout lorsque c’est elle qui a fait acheter l’aliment en précisant qu’elle l’adorait et « en mange tout le temps ». Le placard contient ainsi plusieurs mets à la mode qui vont nous rester sur les bras… Comme si j’avais besoin de grossir en les consommant, moi!  « – On te répète que tu dois dire : je n’en ai plus envie, puisque tu l’aimais hier! » « – Mais c’est aujourd’hui que j’aime pas. » Que dire avec cette logique-là? Inutile de parlementer… Pourtant j’essaie encore et encore! 

« -J’en veux plus. – Mais tu l’as à peine entamé ! – Ben j’ai plus faim. Tiens! » Oh le bout de ceci ou de cela déjà croqué qu’on va engloutir pour ne pas le jeter… Rien à faire… Aucune explication ne poussera l’enfant à le terminer, ni pour ne pas gaspiller, ni parce que d’autres n’en ont pas (- Ben faut leur envoyer, alors!), ni par respect pour le plat qu’il fut difficile de préparer (Mon papa, il en cuisine vite et c’est super bon!)… Euh… Je n’ai plus d’argument! 

Je compléterai ultérieurement cet article en le mettant à jour. 

 


Joueuse… Ou pas!🧸

Un article pour montrer les jeux et activités auxquels nous nous consacrons avec Mininous qui va sur ses cinq ans.

Le « Dix de chute » est très apprécié parce qu’elle en a compris le mécanisme… Mais attention à ne pas l’empêcher de tourner une roue quand elle l’a projeté, sinon elle vous jette le « regard qui tue » et vous plante là, se détournant vexée et raide comme si elle avait avalé un balai.

Nous avons ressorti trois classiques, du temps où ses parents étaient enfants, qui dormaient au « grenier ». Au Mikado, nous ne comptons pas les points car elle triche allègrement, refusant d’admettre avoir fait bouger une pièce. Tout ce qui l’intéresse, c’est de s’emparer du Mikado « zébré »! Pour « Attention danger », elle nous étonne quand elle répond aux questions d’une autre époque ( celle des cabines téléphoniques !) avec une logique éternelle, choisissant la bonne option tant ses parents lui répètent « avec un adulte » et lui défendent de s’intéresser ou d’approcher les inconnus. Elle collectionne les jetons comme Harpagon! Avec « Labyrinthe », la difficulté est encore trop grande ( ce jeu requiert normalement d’avoir 8 ans) et elle ne s’y intéresse que lorsque nous avons épuisé les autres options.

Les activités classiques se poursuivent : les aimants présentant des chiffres pour mémoriser les nombres, la pâte à modeler pour réaliser les lettres de l’alphabet ( mélangées et en distinguant les voyelles des consonnes) avec des boudins de plus en plus fins et en chantant l’alphabet en français puis en anglais mais aussi pour construire des paysages farfelus, la peinture à l’eau pour faire apparaître les couleurs contenues dans les traits par l’éditeur, un travail très « jouissif » qui me ramène en enfance ( je montre l’ange que je faisais pour accompagner ma petite afin de prouver ce que je pense de la marque Usborne : elle offre des graphismes merveilleux comme celui des tableaux de maîtres ou les sirènes!), Découpages, lectures, les perles ( avec du fil élastique spécial pour les petits) et toujours les dessins…etc.

Sans oublier les cache-cache, déguisements, puzzles… Bref… Il en faut de l’inventivité pour occuper une coquine qui ne veut plus faire la sieste!

« Mamyyyyyyyyyy ! » et voilà on m’appelle !


Flashs d’enfance

1 Comme j’aime vraiment beaucoup dessiner, par exemple en coloriant des dessins déstressants composés des mêmes motifs uniformes répétés de manière à faire apparaître des lettres ( voir les autres exemples plus anciens dans la section dessin de ce blog ) ou des formes reconnaissables, Mininous a réclamé « donne-m’en un à moi aussi ». L’exercice lui permet de compléter ses cahiers de vacances en s’entraînant à ne pas dépasser… Et ses efforts sont louables… Mais il lui arrive de jeter la feuille rageusement pour un seul trait de travers : « j’ai raté, là !

2 De ce fait elle utilise une quantité impressionnante de papier… Parfois pour zébrer la feuille de quelques traits seulement ( c’est vrai ça, rien de trop, plus ce serait surchargé!) et d’autres fois pour des compositions mêlant dessin et collages. Et puis elle apprécie aussi de découper une feuille afin de… la scotcher ensuite !

            3. Un matin, je l’entends galoper au saut du lit et je découvre qu’elle est allée chercher le tabouret qui lui permet de s’asseoir sur les WC dans le but d’atteindre la manette de commande du volet situé dans sa chambre! Il faut absolument aérer le matin très tôt car ensuite le soleil nous oblige à fermer cette chambre jusqu’à… 19 heures au moins!
            4.Tout à coup j’entends « Mamy, viens vite! » Répété deux fois… Peu encline à cesser ce que j’étais en train de faire, je temporise « Oui, j’arrive! » ( Ce qui laisse toujours deux ou trois minutes de battement 😉)  » Mais vite! Y a urgence! » Alors forcément quand un petit bout de chou s’exprime ainsi , on se bouge… donc je me précipite… Et je découvre, tandis que Mininous s’est réfugiée derrière ma personne et agrippée à mon short « là regarde, le gros truc noir qui bouge! J’ai peur! » … Un scarabée d’un centimètre carré qui vrombit en écartant les élytres en vain pour tenter de décoller et trouver une sortie.

            5. « Il faudrait enlever ça, là » affirme-t-elle en montrant la partie basse de la porte-fenêtre et comme je m’enquiers de la raison, elle assène  » Je trébuche tout le temps en entrant! » Ben voyons, nous n’avions pas pensé à modifier la construction pour que disparaissent montants et pas de porte! Le verbe « trébucher » au lieu de « tomber » m’a époustouflée. Elle emploie souvent le vocabulaire adéquat alors que nous nous obstinons à nous désigner à la troisième personne par nos « avatars » de grands-parents, « Papy » par-ci, « Mamy » par-là, en veux-tu en voilà !un grand écart donc! 

            6. C’est encore la valse des « pourquoi et comment » qui nous emporte quotidiennement, avec elle et elle a une sacrée mémoire. Quand on lui dit « Demain matin au déjeuner, n’oublie pas de me rappeler de te servir du jus d’orange » ou bien   » ce soir nous irons voir voler les chauves-souris »… Vous pouvez être certains qu’au moment requis nous entendrons « c’est pas l’heure d’aller voir les chauves-souris ? »… Et vous aurez intérêt à ne pas rater le rendez-vous ! 

            7. »J’ai besoin d’une servante, Mamy » « Mais pourquoi faire… On n’a pas de serviteur, nous! »  » Ben c’est toi ma servante : attrapé les deux bouts de ma traîne et mets-la bien carrée, comme dans la reine des neiges! » Et hop elle file raide comme la justice nobiliaire! 

            8. « Je suis Lady Bug! Écoute ma chanson! » Et elle nous la rejoue ( avec chorégraphie) au moins 6 fois par jour… Audible et en français… Ou en langage chamallow mi-anglais mi-bébé. Et au début les bras levés font un lever de rideau… « Il t’a plu mon spectacle? » Évidemment !


« J’peux pas, j’fais des activités ! »

Je cours, je saute, j’arrose, j’écris, je dessine, je réponds aux appels de l’autre côté de la maison, je nettoie, je répare, je joue, je joue encore plus … Je m’active… je fais mon boulot préféré… Mamy!


Les moments de Mamy

Mininous est arrivée pour une semaine! J’ai déjà découpé, raconté, dessiné, sauté, couru… Je suis quand même bien disposée pour continuer sur le même rythme!

J’ai perdu au saute-grenouille!

Elle nous raconte des histoires sans fin de princesses mises en prison par des reines méchantes et nous nous sommes déjà désolés, nous les grands-parents, avec elle pour Cendrillon privée de bal, enthousiasmés pour l’amitié de Rox et Rouky, attendris pour Bambi… le tout en lecture car les écrans sont totalement rationnés par décret parental justifié !

Chaque jour nous devrons, Papy et moi, trouver le programme le plus actif qui soit… Et ne pas nous laisser gagner par l’envie de faire la sieste parce qu’à quatre ans, la Miss ne la fait plus guère. J’ai bien failli m’endormir aujourd’hui mais j’ai dû résister puisqu’elle monologuait et s’agitait…

Allez, je vais chanter la Reine des neiges avec le grand-père car il vient d’imprimer les paroles et notre reine danse en dessinant des arabesques magiques dans l’air…

Aïe Papy va se démettre l’épaule ! Faut que je patine à son secours pour garantir « le prix de la Liberté » à notre descendante !


« Méga-super-gigantesques! »

            Pendant ces vacances, Mininous, ma petite-fille adorée de 4 ans, est allée apprendre le chasse-neige à l’école des Pioupious.

            Elle a fait des allers et retours autonomes avec Papa comme escorte, tandis que Maman filmait ses « méga-super-gigantesques » descentes, comme elle nous les avait annoncées en vidéo. (Merci WhatsApp!).

            Ses parents, eux, ont respiré du bon air et pris un repos agréable :

            Mininous est devenue une Sifflote et quitte aujourd’hui la station avec son grade de deuxième année. La médaille n’était pas en chocolat et bien jolie :

            Je suis une Mamy trop fière d’avoir vu son spectacle de fin de séjour où elle suivait avec grâce les indications de l’animatrice. Mon petit bout de chou était aussi belle qu’une princesse!


Mon séjour à Mamyland!

            Me voici de retour d’un pays merveilleux : celui des grands-mères! Mininous est repartie chez elle…

            Pas d’écran pendant 10 jours… voilà qui m’a permis de faire un break salutaire… zéro PC, zéro Télé, très peu de portable… mais … des balades avec Mininous et les collines du coin ont décoré nos rêves de panoramas en relative altitude et puis des collages, des peinturlurages, des découpages, des orages (des vrais et quelques gros pleurs), des « câlinages » (oh oui, plein, plein), des bavardages, des observations de la nature en vrai pas en image, des écoutes d’oiseaux et nourrissages, des courses à se mettre en nage, du modelage, des cartes à grattage, des pierres brillantes prises pour des joyaux de tournage, une enfant vive et enfant sage, des rires et des rages,un nombre incalculable de lectures et de chansons de son âge, des goûters, des « petits coups d’eau », des pipis et des cacas mais tant de joies et de tendresse que je n’ai pas vu le temps passer… Heureusement que j’ai capté des souvenirs en images et vidéos!