Réfléchir sur trois fois rien, demeurer dans le léger pour ne pas s'abîmer dans le grave.

Articles tagués “Corée

Love poem, version masculine 🎶

Lee SeungYoon reprend un succès d’IU et elle le félicite. Et c’est vrai qu’il y met son âme.

Je pense que quelqu’un
Prie pour quelqu’un
Je pense que je peux entendre doucement
Un poème d’amour qui a été écrit en silence
Il vole clairement vers vous
J’espère qu’il vous atteint avant qu’il ne soit trop tard

I’ll be there, 홀로 걷는 너의 뒤에
Singing till the end, 그치지 않을 이 노래

Je serai là, derrière vous quand vous marchez seul
Chanter jusqu’à la fin, cette chanson qui ne se terminera pas
Ouvrez vos oreilles pour un instant
Je vais chanter pour vous, qui marchez à travers une nuit particulièrement longue

Encore une fois, dans votre monde
Une étoile s’éteint
Les larmes en silence hangar
Coulent ici
Dans mon cœur silencieux qui a perdu tous les mots
J’entends une voix comme entendre un souvenir

I’ll be there, 홀로 걷는 너의 뒤에
Singing till the end, 그치지 않을 이 노래

Je serai là, derrière vous quand vous marchez seul
Chanter jusqu’à la fin, cette chanson qui ne se terminera pas
Prenez une grande respiration
Je vais chanter pour vous, qui avez oublié comment pleurer à haute voix

(Vous pouvez donc marcher)
Je chanterai
(Vous pouvez donc aimer à nouveau)

Here I am, 지켜봐 나를, 난 절대
Singing till the end, 멈추지 않아 이 노래

Ici, je suis, regarde sur moi
Chanter jusqu’à la fin, je ne jamais arrêter de chanter cette chanson
Le jour de votre longue nuit est terminée
Lorsque vous soulevez votre tête, je serai là

Publicité

En vloguant…

chez JUNG SOMIN, j’ai vécu un quart d’heure dans la vie de cette actrice qui m’avait émue, enthousiasmée, fait rêver, par son interprétation si juste, même dans ses silences. (N’oubliez pas de cliquer sur les paramètres pour choisir « traduction instantanée » puis la langue souhaitée !)

Un vlog est un « type de blog axé sur la vidéo. Il s’agit plus précisément d’un blog dans lequel les traditionnels articles et billets publiés par l’utilisateur prennent la forme d’une vidéo. On emploie également le terme de vidéoblog pour décrire ce type de blog » (définition du Journal Du Net)… Il m’apparaît plutôt que c’est une chaîne Youtube qui te montre dans ton quotidien, quoi!

Je viens donc de m’offrir un séjour de 15 minutes en la compagnie de SoMin par le moyen de son vlog (lien sous la première image de cet article et son blog sous la seconde) qu’elle a créé pour nous fait partager sa vie de star. Les vidéos sont montées et donc l’actrice montre exactement ce qu’elle veut partager. Le spectateur est un consommateur qui nourrit la notoriété de la star. On la suit en interviews promotionnelles, on assiste à ses séances photo, on constate qu’elle se bouge pas mal pour accomplir les diverses activités de son métier et… on se retrouve chez ses parents pour visionner le premier feuilleton de sa série Alchemy of Souls. Leur chien passe par là. Le papa ne comprend pas tout, tout de suite et ne reconnait pas sa fille immédiatement. La maman se moque gentiment… Nous sommes assis là, près d’eux, invités dans leur quotidien. Ben… je ne ferai pas ça tous les jours mais à toute petite dose, c’est très amusant.

(Par le passé, dans d’autres vlogs, j’ai dansé avec Yoona et son groupe , mangé des glaces avec Wonho sur Jeju , goûté à la cuisine française avec IU, pas trop dégoûtée, quand elle est venue à Cannes ou encore fait des photos avec Jin de BTS, venu faire de la pub avec son ARMY à une première cinématographique. Comme j’avais par le passé visité quelques coins de Corée avec des Français en voyage là-bas ou écouté un vieux Japonais avec Wakametamago – cf mes liens- nous parler de remèdes du bon vieux temps, ça m’a amusée de rencontrer la tata de Somin à Toronto! Quel monde fou est le nôtre!)

Avant Because this is my first life (2017) et tout récemment dans Alchemy of Souls, je confondais parfois Jung SoMin avec (Oui, je sais : ceux qui connaissent mieux les dramas et la Corée que moi vont hurler; je les entends d’ici! Mais admettez qu’elles se ressemblent pas mal!) Park ShinHye (née en février 90) (vue dans Memories of the Alhambra, Pinocchio, The Heirs ). Désormais je les distingue bien toutes les deux !

SoMin vient de tourner un film de Science Fiction et elle a retrouvé SEO INGUK avec qui elle était une héroïne d’un drama en 2018 The Smile Has Left Your Eyes . Elle est donc en tournée de promotion avec lui pour ce film Project Wolf Hunting… Alors Seo InGuk a lui aussi un tout nouveau vlog : Moon CC… en commun avec SoMin ! On le voit essayer des costumes, faire de la pub pour un copain designer… Ils vont se promener ou déjeuner au restaurant à Toronto où ils ont présenté leur film…

Et vlogue sans galère!


Sautes de moeurs

Pas une semaine ne passe sans que nous n’apprenions les nouveaux méfaits de la météo à travers le monde et dans notre pays… Pas un jour sans que nous ne consultions nos applications prévisionnistes, telles AccuWeather, ou que nous n’écoutions avec attention les passages des différents présentateurs de météo à la télé… Les sautes de vent et les pluies torrentielles passent leur rouleau compresseur de tempête sur une Terre ravagée malgré les avancées techniques des Terriens aussi impuissants que les fourmis.
FORECASTING LOVE & WEATHER

est un drama , en VERSION Française pour tous ceux que le fait de lire des sous-titres fatigue ( ! ) qui nous fait partager le quotidien d’un Service régional de l’Administration météorologique coréenne, (offrant des services comparables à ceux de METEO FRANCE ) dirigé

par Jin HaGyeong (interprétée par Park MinYoung), jeune quadra, qui a 5 subordonnés, dont deux viennent d’être mutés depuis la capitale or l’un d’eux s’avère être un prévisionniste intuitif parfois génial mais surtout séduisant, de 6 ans son cadet, Lee Si Wu [interprété par Song Kang que j’ai vu dans 5 autres dramas : The Liar and His Lover (tvN, 2017), Love Alarm 1 et 2 (Netflix, 2019 et 2021) et Nevertheless (JTBC, 2021)… c’est dire combien je l’apprécie, avec son grand cou, ses retenues et sa fougue, ses belles épaules larges et ses personnages qui ont la capacité de forcer le destin ou de renaître malgré un rejet].

Donc nous apprenons là comment sont faites les fameuses prévisions que l’on nous communique et dont tant de gens se plaignent, sans considérer combien les masses atmosphériques sont capricieuses et plus changeantes qu’une amoureuse. Nous assistons aux scrupules d’un chef hésitant à prendre des décisions pour engager ses compatriotes à se méfier du mauvais temps. Nous comprenons combien les sautes d’humeur du temps peuvent créer de dégâts plus ou moins conséquents d’autres faits (circulation, conditions de travail, accidents…)

A la fin de la série, j’avais de l’admiration pour nos pauvres contemporains prédicteurs, à qui l’on réclame des capacités d’interprétation des données et relevés quasi magiques, les prenant pour des devins! Ces lecteurs de cartes humains sont des ingénieurs qui vont aussi faire des relevés et observer les nuages (comme j’aime le faire) sur le terrain ou lancer un ballon-sonde, ce qui nous est montré comme une mission périlleuse. Les fameuses scènes de marche à deux sous un parapluie et d’ondée inattendues qui vous saucent en une minute n’ont donc pas manqué.

Tant et si bien que j’ai éprouvé le besoin de me renseigner sur les métiers de météorologiste et climatologue, dans les pages de l’O.N.I.S.E.P. notre dictionnaire des métiers.

Mais si j’ai titré mon article en parodiant l’expression « sautes d’humeur » par la mention des mœurs, c’est que cette série a pour thème principal… le mariage, qui est bien mis à mal dans cette histoire et connaît lui aussi des tempêtes!

Tout d’abord, « premier ouragan », le couple de héros se rencontre lorsque les deux couples que chacun d’eux formait avec une autre personne… éclatent car ils sont trompés, trahis ! Par un hasard voulu par le scénariste… les quatre individus reforment deux couples avec le laissé pour compte de son ancien partenaire ! Un chassé croisé donc.

« Deuxième perturbation »… Si un couple reconstitué se marie aussitôt… le héros prévisionniste, Lee SiWu, déçoit les aspirations au mariage de la Directrice Jin HaGyeong , alors que la mère de celle-ci, pourtant déçue par son époux décédé (« cyclone » ancien déjà !), n’a de cesse de la marier à tout prix et l’inscrit même dans une agence matrimoniale à son insu ! La soeur de HaGyeong, qui est divorcée et déçue du mariage, rencontre un collègue de son aînée… qui ne songe qu’au mariage, lui !

Le directeur adjoint de Jin HaGyeong est lui-même en instance de divorce et l’une de ses subordonnées a un mariage qui bat de l’aile, encore deux » avis de précipitations calamiteuses » sur leur projets de vie ! L’institution du mariage est donc fortement remise en question… Dans ce groupe de collègues, dont chaque personne est un personnage très original, on s’intéresse à des tranches d’âge diverses et pas une seule fois je n’ai zappé de passage concernant ces personnages secondaires… même pour les cadeaux de plats préparés par la mère ou les comportements odieux du père de Lee Siwu, soutirant de l’argent à son fils! La famille est encore et toujours un lieu de grandes perturbations!

L’article correspondant sur Sens Critique désigne le couple de héros comme peu attractif alors que je les ai suivis avec beaucoup de fidélité, touchée par leur interprétation d’un couple en formation malgré la déception amoureuse ressentie puisqu’ils ont été tous deux trompés…

Attention : SPOILS.

Les héros entourés de leurs ex et des collègues du bureau

Les hésitations des ex-compagnons des héros, les manoeuvres de la mère apprenant peu à peu à respecter le jeune homme qu’aime sa fille, en qui elle ne voyait pas un bon prétendant, et l’évolution gratifiante du personnage du père de Lee SiWu m’ont aussi paru dignes d’intérêt…

Enfin la fougue amoureuse de la soeur de Jin HaGyeong avec son prétendant qui se dirigeait vers une vie de vieux garçon et découvre l’amour sur le tard, est vraiment très drôle et presque osée pour un drama!

.


Des solitaires.👞.👡. en couples🎬

Dans MY LIBERATION NOTES , Yeom MiJeong , le personnage principal, est la fille d’un menuisier-agriculteur qui tombe amoureuse de Gu (sans prénom au début) , le nouvel ouvrier de son père dont l’alcoolisme et le mystère entourant sa « mise au vert » à la campagne l’intriguent… et sa beauté magique la séduit inexorablement. Tous deux sont des êtres sauvages, qui ne sont heureux que dans la nature alors qu’ils sont obligés de supporter la société et d’y travailler. L’acteur est Son Suk-ku, que l’on pouvait voir déjà dans D.P. . Cet homme est un si grand acteur que ses silences et sa démarche suffisent à me séduire ! (Attention : personne ne me séduira jamais autant que mon époux le fit et l’homme le plus beau pour moi restera mon fils!) Son Suk Ku a de la présence. Aussi séduisant en tee-shirt trop grand et tenue d’agriculteur qu’en costume , il joue en compagnie de l’actrice, Kim Ji Won (1992) qui a, elle aussi, un regard magnétique et une présence enchanteresse (en milieu de page sur Freakingeek on ne voit qu’elle!).

            La plus belle scène vécue par le couple de leurs personnages se situe à l’aube, lorsqu’ils courent sous un nuage d’oiseaux et qu’il la protège du bras (c’est… torride, hein? Ah Ah ! Dans « mes dramas », ceux que je choisis de visionner jusqu’au bout, les « affaires amoureuses » se tiennent loin des alcôves et c’est leur qualité première à une époque où tout s’étale en X, selon moi) :

            La série est aussi l’histoire de toute la famille Yeom avec le frère « philosophe du quotidien », ChangHee (Lee Min Ki ), la soeur qui parle sans filtre, GiJeong (Lee El), leurs parents ainsi que leurs amis proches et les malfrats qui recherchent Gu ou son chauffeur. Le soju coule à flots incessants . De ce fait, je n’ai cessé d’avoir envie de quitter ces personnages qui ne savent que boire pour faire face à leur difficulté à vivre puisque je méprise assez l’alcoolisme… La série ne serait, pour cette raison, pas du tout recommandable… et pourtant elle l’est puisque ces pauvres êtres laborieux font tant d’efforts pour survivre dans le monde actuel, pour exister en société malgré leur personnalité singulière, pour surnager dans la mer des soucis quotidiens, envers et contre tout… qu’on ne peut pas les lâcher.

            Tous les personnages sont des individus tellement bruts de décoffrage, tellement individualistes dans leurs aspirations profondes (les parents, par exemple, s’aiment mais, s’ils avaient pu vraiment choisir, ils ne se seraient ni mariés ni reproduits!). Ils sont tous totalement solitaires dans leur micro-société familiale comme amicale et celle du monde du travail pendulaire, qu’ils forment des duos plus… dos à dos que regardant dans la même direction ! La narration est extrêmement lente, au rythme de leur marche lorsqu’ils rentraient fatigués d’avoir tant travaillé dans les champs. Les gens pressés vont détester ce drama ! Plus d’une fois j’ai accéléré pour revenir en arrière par la suite, dans mon désir de savoir comment avançait la relation principale et finalement d’entendre les réflexions de chaque personnage, secondaire ou pas parce que les conversations sont émaillées de véritables réflexions philosophiques (le frère en est un peu le spécialiste, lui qui ne voulait avoir une belle auto que pour aller admirer tout seul un beau paysage!).

ATTENTION SPOIL à ne pas regarder

si on n’est pas romantique,

ou si on est intéressé par 16 épisodes d’une intrigue réaliste concernant une demi-douzaine de couples, une série dans laquelle toute la dimension sentimentale est disséminée, livrée au compte-goutte … dans la vidéo suivante sont presque toutes les images dont j’ai envie de me souvenir en premier quand je repenserai à cette série… et il n’y a presque aucune autre scène d’amour entre les deux héros dans tout ce feuilleton… et pourtant toutes les autres images, les rencontres d’autres personnages valent la peine d’être vus… au moins pour comprendre de quelle libération il s’agit dans le titre qui désigne le club formé par l’héroïne. L’objectif est de résister aux autres pour être soi-même envers et contre tous, évidemment!

Et la vidéo « BEHIND THE SCENE » pour montrer le travail des acteurs et de l’équipe de réalisation afin d’aboutir aux scènes les plus mémorables :

Les acteurs sont des magiciens qui nous offrent des rêves merveilleux !


Musique de ce jour d’hui🎼🎵🎶

            Mes écoutes de ce matin , en un grand écart de l’Antique à la Kpop la plus moderne :

A retrouver sur les chaînes Youtube de chacun d’eux :

accessoirement… Je déteste que les gens disent « aujOrd’hui » au lieu de « aujOUrd’hui »!

Et la trado de la vidéo des chanteurs par Hobishin :

Et tant qu’à faire BTS aussi !

Et That That de PSY et SUGA traduite par NOIDRI, en français :

Et la même par les danseurs d’ARTBEAT :


Rock et Kpop…

            Grâce à Domdom, le webmestre qui me renseigne en musique Kpop ou vie en Corée ainsi qu’au sujet de ma passion, les dramas, par ses avis éclairés de spécialiste de ces genres (sur son site de musique comme sur son blog culturasia, dont les liens sont les premiers cités dans ma page de liens), je suis avertie des dernières informations en musique. J’ai donc pu écouter :

un poème de Kim Sowol intitulé AZALEAS mis en musique et chanté par les Rolling Quartz. Lisez le texte de ce poème directement chez Domdom (cliquez sur cette capture d’écran de son blog et… pensez à descendre dans la page html!) :

et voici (cliquez sur ces mots) sur Kprofiles.com le descriptif de ce groupe, les Rolling Quartz

            Et j’ai pu aussi lire les dernières infos concernant mes chouchous (orth. vérifiée de ce terme) et les écouter parce que Domdom m’a fait une dédicace spéciale (Merciiiiiiiiiiiii) , les Stray Kids (cliquez sur la capture d’écran) :

J »ai cherché les paroles de ce titre des Stray Kids (dont voici le descriptif du groupe sur Kprofiles) et les ai trouvées sur la chaîne Youtube de Noidri, (à laquelle me voilà abonnée pour au moins comprendre un peu les textes, forcément de type poétique et par conséquent un peu abscons parfois, et même les chanter de temps en temps, en suivant la « transcription romaine ». Ce genre de site est vraiment une bénédiction selon moi) :


L’écouter, c’est… prier.

Il s’appelle: SUNGHOON CHOI

Sa biographie, sur le site où je l’avais lue en 2021, désormais introuvable ( ? ) était longue comme le bras alors qu’il n’avait alors que 32 ans. Voir sa biographie sur Nautiljon. Il a fait des études de chant en France (et dans d’autres pays encore. Il a gagné , avec 3 autres chanteurs, la saison3 de l’émission coréenne Phantom Singer sur JTBC.

Il est contre-ténor, ce qui signifie qu’il a une voix magique. Sa chaîne Youtube s’appelle: Whyri

Il ne convient pas du tout de penser à Farinelli à son propos parce qu’en le regardant et l’écoutant, on voit un homme à la voix de soprano et c’est unique, sublime! Qu’il soit brun ou blond, cet homme m’enchante dès qu’il s’exprime…

Comme dans Lascia Ch’io Pianga

Il appartient au groupe LA POEM (qu’ils prononcent « la poémé ») ainsi qu’on l’apprend sur leur chaîne Youtube

LA POEM sur Youtube

La définition des membres de LA POEM sur Kprofiles

Ce groupe a gagné la saison 3 de l’émission coréenne PHANTOM SINGER qui a eu lieu sur JTBC du 10 avril au 03 juillet 2020, (les écouter ici sur JTBC ou encore là) tous les vendredi à 21 h. Il y avait 36 participants.

Une de leurs prestations est… une véritable tempête : partie 1 LA TEMPESTA

La partie 2 dans une vidéo particulièrement soignée, avec une belle actrice pour les effets dramatiques :


Pour Mininous

De like en like sur Youtube, j’ai découvert la chaîne des LAYERS

un trio classique composé d’un violoniste, d’un violoncelliste et d’un pianiste.

Parmi toutes leurs vidéos, celles qui reprennent les thèmes des films de Walt Disney m’ont forcément arrêtée, surtout parce que Mininous les chante régulièrement et que les spectacles qu’elle nous donne nous ravissent!

Voici La reine des neiges 1 (Let it go):

La reine des neiges 2:

La Belle et la bête:

Le roi lion :

et pour finir j’ajoute leur medley des Beatles… parce que je l’aime et que Mininous ne devrait pas le détester, du moment qu’elle peut danser en l’écoutant!


Rose de D.O.

Extrait de son album solo, pour son actuel comeback… une très belle réalisation:

Depuis que je l’ai découvert en regardant 100 days my prince et en écoutant EXO sur Youtube, ce jeune homme me distrait régulièrement. Je lui souhaite une bonne continuation.

Les paroles romanisées:

Meonji eomneun paran haneul wiro (ah, yeah, yeah, yeah)
Baram ttaraganeun gureumcheoreom (ah, yeah, yeah, yeah)

Meolli gaji marayo
Geudaero meomulleojwo
My baby nae mame maeil (ah, yeah, yeah, yeah)

Bomnal gateun geudaen yeppeoyo oh-oh-oh joayo
Eotteokamyeon naege olkkayo oh-oh-oh ireoneun
Nae moseubi ssukseureopgo (ooh-ooh-ooh-ooh)
Ganjireowodo eojjeol su eopjyo
Geudael saranghaeyo, baby

Nuntteumyeon saenggangnaneun sarami (ah, yeah, yeah, yeah)
Geudaeran geol geudaeneun alkkayo (ah, yeah, yeah, yeah)
Moreun chehaji mayo
Da algo itjanayo
Oh maybe, baby (ah, yeah, yeah, yeah)

Maeil bwado geudaen yeppeoyo oh-oh-oh joayo
Eotteokamyeon naege olkkayo oh-oh-oh ireoneun
Nae moseubi ssukseureopgo (ooh-ooh-ooh-ooh)
Ganjireowodo eojjeol su eopjyo
Nae sarangi dwaeyo baby

Dongne kkotjibeul chaja
Geudaeege jugo sipeun kkot
Amuri gominhaedo
Aneun kkochi jangmibakke eopseo
Yonggi nae hangadeuk pume dama
Geudaeege gago isseoyo (ah, yeah, yeah, yeah)

Jangmi boda geudaen yeppeoyo oh-oh-oh sasireun
Mallo pyohyeoneul jal mothaeyo oh-oh-oh ireoneun
Nae moseubi ssukseureopgo (ooh-ooh-ooh-ooh)
Ganjireowodo eojjeol su eopjyo
Oneulbuteo urin lover

prises sur : Paroles2chansons.lemonde.fr

et sa traduction sur GREAT’SONG.

Comme c’est amusant de lire dans cette traduction, « maladroit » écrit « mal à droit » ou « arme pleine de fleurs » pour, sans doute, « main… » (! ?). Les paroles sont « certifiées par des experts »… Mais les experts ne sont pas toujours infaillibles ! 🙂


Festival de K-POP

Un festival international est organisé et le Centre Culturel Coréen a présenté ce 03 juillet 2021 la sélection française. Il n’y avait certes pas le même niveau qu’en Corée du Sud et certains compétiteurs (peu finalement) devront continuer de beaucoup travailler (je me suis crue une fois dans le drama DreamHigh 2 ) mais tous y ont mis du coeur et j’ai eu deux covers des Shinee, mes deux titres préférés (Don’t call me et Advice) très bien interprétés, ce qui m’a comblée. Les deux présentateurs auraient pu être plus selects mais ils sont à la mode et l’événement est pour la jeunesse.

Ceux qui ont gagné sont les Bitchinas

ces garçons habillés de jupes qui ont dit danser pour s’assumer tels qu’ils sont.

J’ai passé un bon moment (malgré la jeune fille qui m’a fait mal aux oreilles car tous étaient enthousiastes et beaucoup très présentables. Les Bitchinas étaient les meilleurs et Brian (le grand Iroquois à queue de cheval) superbissime. Les costumes valaient le détour. Voici les prestations :

Du coup il faut dire aussi que ce groupe appartient à l’ensemble RISIN’ (voir sa chaîne Youtube)

et voici une prestation parisienne qui vaut le détour… (Paris coloré, Paris admiré! le final est vraiment splendide.)


Violons et voix divines

Je te dédicace cette vidéo, Geo, mon fils chéri :

Elle te fait sans doute mieux percevoir combien ma passion pour les artistes coréens peut se justifier.

J’ai découvert les vidéos de la chaîne Begin again avec Henry Lau , que j’avais déjà vu sur sa propre chaîne HENRY MORE HENRY :

Et Henry Lau, sur une autre chaîne Youtube, ce violoniste et musicien complet, chante aussi avec SunHyun :

Revenons à Lena Park , qui m’a bouleversée avec son interprétation de l’Ave Maria de Schubert, et devant le Colisée, en plus (re-dédicace pour toi, Geo, comme tout cet article) !

Et repartons avec Henry Lau, en spectacle en extérieur, parce que cette vidéo me rappelle un drama (Crash landing in you) dans lequel le héros vivait une situation similaire si bien qu’il est merveilleux de constater qu’alors la fiction rejoint la réalité; elle démontre combien les scénaristes sont talentueux :

Et terminons avec les talents dont Henry Lau parle dans sa chaîne personnelle, lorsqu’il présente SoHyun Ko et que tous les deux improvisent, après avoir interprété Dynamite des BTS :

Et il convient d’écouter encore SoHyun Ko elle-même, qui élève notre âme avec son art:


Kongh can do it…

Etre fan au sens primitif de « fanatique » est absurde puisque toutes les productions d’une star, qui nous demeure une personne inconnue, ne sont pas dignes d’intérêt… Mais il est plus juste de se dire « fan » de certains airs qui nous trottent obstinément dans la tête et lorsque ces titres s’ajoutent à d’excellents visuels , ce serait ridicule de nier qu’alors on s’intéresse au chanteur… sans pour autant tout aimer de sa personne… On est un peu « voyeur » de sa vie, qu’il nous offre sur les ondes d’Internet pour augmenter sa popularité ou parce qu’il a envie de partager… Et on aime avoir l’impression que cette star nous parle à nous individuellement! Magie d’Internet!

Moi j’apprécie TAEMIN des SHINEE, qui fait aussi une carrière en solo.

Lorsqu’ils présentent un titre, ces artistes coréens l’interprètent dans des vidéos multiples avec des mises en scène plus ou moins spectaculaires, des costumes extravagants ou magnifiques. Voici la plus élégante des vidéos du titre ADVICE, dont le texte semble signifier (pour quelqu’un qui ne parle pas du tout coréen, les deux tiers de la chanson sont inaccessibles… comme nous l’étaient dans mon enfance les titres anglais quand nous les chantions sous forme de « yaourth » vocal!) qu’il est comme il est et qu’on doit accepter son apparence pour qu’il continue de vivre libre et de nous aimer. (Donc c’est mon interprétation du sens seulement!!! ). Ce costume noir et blanc assorti à celui de son groupe de danseurs est une trouvaille graphique et les variations de teintes et de formes sont très très esthétiques… Je ne veux plus jamais les oublier:

Du coup j’ai reçu sur mon téléphone des vidéos de Lee Tae Min, qui est trentenaire, je crois, et ressemble à une vraie star, un homme-enfant touchant… parmi ces vidéos, certaines ont retenu mon attention plus particulièrement: celle où il nous présente un super micro capturant les moindres sons et où il nous parle en chuchotant (c’est reposant avant de s’endormir et j’aimerais bien me faire coiffer par ce Figaro-là!) mais mes préférées, en dehors de plusieurs de ses chansons, sont les vidéos réalisées dans son salon avec son chat…

KONGH qui me rappellent évidemment mon Néo disparu

et me touchent infiniment. Ces vidéos ont déjà 3 mois donc ce beau chat qui semble être un chartreux au pelage gris très doux et épais, doit avoir une année environ… Voici le moment où « Kongh peut le faire » …. donner la patte! (Néo tu me manques!)

Et aussi celle-ci:

Un jeune qui aime les chats est, de mon point de vue, forcément quelqu’un de très bien!

Et voici mon air préféré au violon: