Réfléchir sur trois fois rien, demeurer dans le léger pour ne pas s'abîmer dans le grave.

Articles tagués “médias

La vraie famille

Le film de Fabien Gorgeart, sorti en 2021, La vraie famille pose une question assez essentielle. La véritable définition d’une famille est-elle celle qu’imposent les liens du sang ou celle que l’on se choisit, celle des liens quotidiens, celle des rencontres humaines ?

Pour une fois, moi qui suis tellement sous le charme des acteurs coréens, j’ai estimé que ceux de ce film, adultes comme enfants, jouent avec une très grande justesse.

Mélanie Thierry est une mère extraordinaire et nous promène où elle veut au rythme de son regard si bleu… Mais tous les autres expriment beaucoup et nous entraînent où il faut…

Les premières images qui m’avaient assez déroutée par les questions que je me posais sur les rapports entre cette mère et son fils, cette femme et son époux, cette mère et le père de l’enfant… ce joyeux bazar explosif du début qui m’a fait attendre les réponses posant la problématique et presque donné envie de quitter ce film… sont apparus comme absolument nécessaires et évidents quand l’intrigue s’est, soudainement mais clairement, mise en place. Impossible d’en dire plus sans empêcher autrui de réaliser le même cheminement intellectuel et donc sans gâcher les attentes du scénariste.

La moyenne donnée à ce film sur Allociné me paraît bien trop basse car je lui délivrerais bien un 4,5 moi!

A chacun sa réponse à la question initiale posée.


Pub : un paradoxe permanent

 

               Beaucoup détestent LA PUBLICITE autant qu’ils l’apprécient et c’est mon cas. Il est vrai que certains spots nous rendent  particulièrement débiles, au sens propre latin « malades ». Je deviendrais vite verbalement  violente si je ne pouvais pas changer de chaîne quand on m’impose les Vania et autres fuites de couches pour Mémés, pépés ou baby ! La vue des parties du corps les plus intimes est absolument insupportable aux heures de grande écoute en famille. C’est une véritable torture morale qu’on nous inflige pour qui n’est pas concerné par les différents soucis physiques, du haut du crâne au fondement dont on nous impose « les remèdes ».  Que la pub avale elle-même les Ducolax et autres médocs vantés pour  s’alléger du gras aguicheur des profits escomptés et ne blesser personne. Mais a-t-elle une visée morale, elle qui est avant tout commerciale…? Ne pourrait-on au moins bannir les plus triviales des heures des repas?  

               A contrario qu’il est agréable de chanter « like a Bosch » (même sans avoir acheté de produit de cette marque) ou de lancer dans une conversation qu’on se lève tous pour Danette. De nombreux leitmotivs commerciaux nous plaisent et démontrent combien les publicitaires ont réussi à  nous séduire. Mais l’inventivité des publicitaires ne détermine pas tous mes choix d’achats, j’en suis persuadée. Il me semble même que je déteste totalement un grand nombre de produits dont la réclame m’a importunée. En revanche je n’ai pas interdit l’accès aux pubs sur ma boîte aux lettres. Avant la retraite, Papy H. se moquait du fait que je les parcours volontiers en quête de la bonne idée d’achat ou des lots intéressants… et maintenant il fait comme moi! La « fonction de réclame » est toujours d’actualité mais rien ne vaut le comparatif des produits de visu en parcourant les gondoles qui ne sont pas à Venise!

               Sur Youtube je suis incapable de répondre aux questionnaires du type « cochez les produits dont vous avez vu une publicité »  parce que je clique aussi vite que possible sur « passer les annonces » afin de poursuivre le visionnage gratuit des vidéos qui m’agréent. Je ne les vois pas faute de les regarder!

               Que  WordPress   se paye du service qu’il nous offre en plaçant des encarts publicitaires  me paraît logique et que je n’en touche pas un centime aussi, puisqu’il se rétribue du fait de nous offrir un service. Ce n’est regrettable que lorsque l’objet de la publicité est perturbant pour le lecteur.  Voici les 9 encarts qui se placent en dehors de l’application WordPress à la suite de nos articles (j’ai fait une capture d’écran chez Jourd’humeur parce qu’une blogueuse blagueuse qui m’a vexée suggérait que je mentais en affirmant les avoir vus). Les légendes des trois encarts du bas ne tenaient pas dans la fenêtre.

Conclusion : comme dans la société, il y a de tout dans la publicité, des insupportables à fuir par un clic fou de rage comme des touchantes, plaisantes, hilarantes… mes préférées!


Mélomane, chanteur farfelu ou sérieux ? 🎼🎤🎞️

            Il chante de l’opéra dans plusieurs langues et s’appelle Maestro Wenarto

( son pseudonyme ferait penser au verlan « vénère » mais il paraît qu’il vit à Seattle…? ) je suis arrivée sur sa chaîne par une vidéo qui m’a fait mourir de rire car les fausses notes abondaient; j’ai pris un fou-rire comme je ne l’avais plus fait depuis… des années !

        Ensuite j’ai visionné une bonne dizaine de ses prestations (il en aurait fait plus de 1500 ! ) et j‘ai fini par penser qu’au lieu de rire je devais plutôt remarquer : la véritable passion de la musique et du chant, le goût des langues et de l’interprétation qui lui font jouer plusieurs rôles en des avatars polyglottes (et il faut pouvoir suivre ces partitions complexes) , et enfin le rendu des vidéos aux décors appropriés… tout, finalement, mérite tout de même un regard plus mesuré. Alors voici d’abord des réussites parmi celles que j’ai préférées :

            La question se pose de savoir si l’on peut tout chanter malgré les limitations de ses capacités (enfin on le peut mais… le doit-on?) ?Maestro réussit à chanter de façon agréable du Simon&Garfunkel ou du Mozart… mais, pour d’autres morceaux… c’est un peu comme si je me mettais à faire du Moon walk ( je l’ai déjà fait… Mais j’ai fini à la renverse, par terre et j’en suis définitivement sonnée !).

Parce qu’il est souvent hilare et semble s’amuser de ses propres déraillements, je me dis qu’il doit bien être conscient de ses limites c’est pourquoi les vidéos trop comiques dans lesquelles il fait des canards enregistrés nous autorisent à nous amuser à fond… alors ne nous en privons pas. Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Maestro pour ces tranches de rire!

Bref, le tout est… Totalement burlesque. Je ris donc de bon coeur et sans aucune méchanceté parce qu’il est touchant dans son enthousiasme. Moi j’ai bien osé laisser mes dessins, montages et peintures sur mon blog et il y a certainement de quoi rire, je le sais bien! Dans La vie parisienne ci-dessus, qui date d’une dizaine d’années quand Maestro était plus jeune, je ne peux pas me retenir de rire. Ce qui est certain, c’est que je ne chanterai plus cet air dans ma cuisine, comme je le fais si souvent, sans me souvenir de lui … moi qui me suis toujours moquée de moi-même au premier de mes canards… Pan! Pan! Pan!


Vérifier ses sources

            Nous, nous sommes « informés » de ce qui se passe dans le monde à la télé ou sur notre portable… et en tant que retraités nous fréquentons toutes les émissions proposant des informations d’actualité, des reportages, des documentaires. Sans arrêt nous zappons d’une chaîne à l’autre, puis allons vérifier autant que faire se peut dans les encyclopédies et autres LEXILOGOS, WordReference, CNRTL… évidemment les wikis nous proposent une masse de savoirs de départ mais les moteurs de recherche ronflent sous nos doigts. Et nous écoutons en déjeunant les chroniqueurs de  Télématin.

            Nous regardons depuis des années « la télévision radiophonique »,   une curiosité dont la chaîne L’ÉQUIPE est spécialiste puisqu’elle fait de la télévision-radio quand ses journalistes nous commentent des matchs qu’eux seuls voient et nous imposent leurs cris de joie ou leurs émois… mais nous regardons désormais aussi la radio télévisée avec Francebleu Provence sur la 3 . Nous avons enfin découvert les animateurs qui ont bercé nos trajets pendant plus de 20 ans, depuis que nous nous sommes plantés au « pays de Pagnol », en venant de Bourgogne (mais nous ne sommes pas originaires de là-bas puisque nous avons vécu dans 6 régions différentes du fait des mutations).

            J’ai eu le plaisir d’entendre l’autre jour le médecin de Télématin nous rappeler que nous devons vérifier nos sources, répétant ce que ne cesse de me redire mon fils quand je lui raconte mes découvertes concernant le thème de la santé. «- Tu l’as encore lu dans Santé magazine ? » se moque-t-il, alors que je ne suis pas du tout une lectrice régulière de ce magazine mais par galéjade. Tiens, je connais enfin la tête, ( non : les yeux seulement ! ) de Médéric Gasquet-Cyrus, le linguiste qui explique le provençal avec humour à la radio de notre terroir et qui fut le camarade de classe de Rémi,  mon ancien collègue de français (autre galéjade pour blaguer sur les relations humaines  et le fait que « le monde est petit »!)

            Déjà, en temps de paix pour nous, « nous ne savons pas tout » et nos pensées se construisent « sur le fondement d’informations qui sont parfois incomplètes et souvent contradictoires »  pour parodier deux premiers ministres et rappeler combien les journaux avaient moqué ces choix de termes (ceux de M. Philippe en septembre 2019 pour l’incendie de Rouen, qui éveillait « le spectre de Tchernobyl » selon Le Figaro le lendemain , formule reprise pendant la gestion de la crise de la Covid-19  le 20200401, (comme un faux poisson d’avril ou un truisme… ?) ,  ou encore la citation qu’en fit M. Castex devant l’Assemblée, fin mars  2021 en l’introduisant par la formule « ayons l’humilité de reconnaître que… » …)… Et pourtant ce leitmotiv, (je croyais ce mot russe mais il est d’origine allemande et d’un langage technique musical, employé pour la première fois au sujet d’un opéra de Wagner) qui résonnait comme une excuse, correspond à une triste et paradoxale réalité.

            Il est vrai que notre ignorance est réelle et il paraît impossible qu’elle soit comblée à notre époque où les média nous matraquent avec des infos, qui sont donc toutes à prendre avec des pincettes. Papy H. ne décolère pas dès qu’il repère des journalistes qui manquent de précision, d’impartialité, de connaissances des faits exposés, des emplois corrects de leur propre langue tout en nous parlant franglais (ce que nous faisons, et en ce qui me concerne avec délectation, pour prouver que nous sommes « in »!)… « C’est un scandale » braille-t-il à la Georges Marchais, nous propulsant dans notre passé à l’époque où nous étions obligés d’écouter ce politicien parce qu’il n’y  avait pas grand-chose d’autre à la télé… Voilà, je me suis gardée à gauche et gardée à droite » comme le conseillait un autre Philippe,  le Hardi, en 1356, 0919, en s’adressant à son père, Jean II le bon, le Philippe qui devint duc de Bourgogne! A 14 ans, Philippe était sans arme et devint « le hardi » en soutenant son père en plein combat, par ces mots… juste avant la défaite !… ?

            Dire que le puissant fada  moderne vient de menacer une centrale nucléaire… Est-on à l’abri d’une bourde monumentale de ses troupes ? Je ne sais pas (je n’écris pas « No se » , n’ayant pas appris l’espagnol). Et je signe ce billet : NESCIA , « l’ignorante » en latin.


Y a-t-il un âge…

pour aimer la Kpop, les dramas coréens romantiques ou rocambolesques… ?

L’autre soir, je visionnais tranquillement mes vidéos préférées sur Youtube

quand une question a jailli sous mes yeux : « Quel âge as-tu? »

Le tutoiement m’a sciée ! J’ai presque vu un interlocuteur inquisiteur sortir de l’écran ! Si, si !

-Je t’en pose moi, des questions ? ai-je jeté à mon portable en l’éteignant illico!

Je venais juste de regarder une école tibétaine en plein flashmob de shuffle danse en carré (c’est la mode chez eux en ce moment, semble-t-il) Eh bien vous ne la verrez pas… la vidéo a disparu! mais voici un autre exemple de « chinese shuffle » :

J’imaginais déjà mes copines et mon établissement à leur place et ça m’amusait vraiment… Les ruraux tibétains (la chaîne Youtube TIBET où j’avais découvert ces groupes … a été vidée de son contenu! ) sont très enthousiastes et me font sourire de plaisir. Qu’importe alors mon âge, à moi qui n’ai jamais réussi à m’intégrer dans le Madison que lançaient mes collègues lors des fêtes du temps d’avant le Covid (Salut Gwen, France, les Lolo, Nadine, Marie-Pierre ou Karole ! ).

Désormais me voici incapable de faire chorus dans un quelconque ensemble soit chorégraphique soit choral comme Narin :

Y a-t-il un âge pour aimer regarder les autres sauter en chœur, en un spectacle rythmé et esthétique? Ecouter les pieds de danseurs complètement synchro, voir l’ensemble habiter l’espace de leur dons artistiques et visiblement se régaler… Pour moi c’est un bonheur visuel et sonore… Voici Stray Kids :

Ou Ateez :

(J’entends encore le petit collégien ronchonneur qui s’était exclamé « Allez bouge ton boule! » et « C’est pas du rap, ça! » la fois où j’avais passé une vidéo de ce genre pour illustrer une métaphore!)

Y a-t-il un âge pour admirer le danseur, acteur, mannequin chinois Yang Yang :

ou encore des pratiquants de Taekwondo sur un air de BTS :

Y a-t-il un âge pour écouter un jeune homme nous parler des webtoons (Je n’en regarde pas et lis peu de manwas… mais Parisiang nous aide ainsi à nous tenir au courant des goûts d’une autre classe d’âge et des thèmes en vogue.)

Y-a-t-il un âge pour… ne pas avoir de goûts conventionnels?

Et puis si je n’ai pas l’âge requis pour revendiquer mes lectures, mes séries télévisées préférées ou mes centres d’intérêts… eh bien tant pis ! Le ridicule sera dans le regard de ceux qui me jugent.

Mon amie France me rappelle que l’âge, c’est dans la tête et que moi…. « Je pète la forme! »

Je suis d’accord avec elle car ces jours-ci, j’ai un moral d’enfer et des mollets… Bien fermes grâce à mon programme de remise en forme qui commence à porter quelques fruits!