Réfléchir sur trois fois rien, demeurer dans le léger pour ne pas s'abîmer dans le grave.

Articles tagués “fleurs, fruits, végétaux

Une orchidée sauvage, l’orchis pourpre

Le 5 mai 2013 je photographiais cette  orchidée sauvage dans mon jardin : 

ophrispurpurea2

Cette orchidée est la PURPURA mais elle ressemble beaucoup à la MILITARIS. 

Voici un « petit soldat » pour preuve:

ophrispurpurea

Les  trois exemplaires  du jardin se dressent fièrement près de l’abricotier…

On désigne  aussi ces fleurs par l’expression « de la Pentecôte ».

Une trentaine de  casques aux formes  aérodynamiques…

Mais les fleurs ne dévalent pas de pente de verdure… Elles montent la garde de quelques mètres carrés sur la colline! J’ai consulté ce site savant: FLOREALPES.

Comme les fleurs sont plus rondes que longues, j’en déduis qu’il s’agit de « l’Orchis purpurea » et non de la « militaris », plus claire aussi. Ce n’est pas une fleur très rare… on est toujours content de les revoir… Aux mêmes places. 

ophrispurpureaChaque  hampe de fleurs  présente les divers stades de la floraison;  à la naissance , elles semblent  faire leur prière… puis se déplient artistiquement.

Une compagnie de petits personnages fantasques, pour faire marcher au pas notre imaginaire…

Ces petits bonshommes peuplent les fourrés de contes enchanteurs, pour qui sait rêver…

Chaque fleur a des petits bras ballants et une tenue qui ressemble à une véritable livrée d’Ancien Régime… Pour un chevalier des prés, qui va peut-être se montrer, au détour d’une feuille…

Leurs coloris se sont assortis, alternant points et rayures. Ils  font jouxter le parme, les grenats, le violet, le rose  et les verts délicats., afin d’agrémenter les lieux encore une fois douchés par  si peu d’ondées que leur pré est bien sec! 

Une « orchis » ( pas une « OPHRYS »)… Ces noms ont une sonorité magique, sonnent comme une incantation féérique…

ophrispurpurea1

La hampe, elle-même, est un petit lutin, une personne qui penche la tête.

Décidément,  de nouvelles arrivées captent nos regards… presque chaque jour. La nature  sauvage s’exprime… Mais  la tondeuse va bientôt opérer ses coupes sombres.

Pourvu que le maître des lieux ne se trouve pas trop vite le courage de couper tout ça…

Dans les jardins adjacents, les autres mécaniques appellent à l’acte réducteur de têtes… Sécateurs, scies et tondeuses ont entonné leur chant lancinant.

En attendant, instruisons-nous sur ce site récapitulatif des orchidées sauvages.

En ce mois de mai 2022… Les orchis pourpres sont au nombre  de 4! Elles se multiplient d’année en année. 

orchis de 2022

FEBRUARIAS VIOLAS

Les violettes de février:

Aencreviolette  Bfleurtimide


Une Ophrys bourdon… et ses copines (M.A.J. de mai 2022)

Mon orchidée est photographiée avec rusticité. Je ne suis pas très forte en photographie… J’ai juste un oeil tendre sur le monde.

juin 069

Mais mon orchidée nouvelle est dans mon jardin!

juin 061

Colonisée par des fourmis et leur cheptel de pucerons…

Je m’estime donc très heureuse d’avoir autant de belles plantes…

juin 059

alors que nous n’arrosons pratiquement jamais…

juin 072

L’eau du ciel suffit donc à créer un jardin extraordinaire…

juin 062

Moi aussi j’ai des scabieuses…

juin 076

Et  puis des spécimens de ma fleur préférée: le coquelicot…

juin 022

Et enfin des rougeurs infernales pour mes fleurs de grenadier…

juin 077

Une rose que Dieu n’a pas réussi à peindre en rose… à moins que les dernières pluies ne l’aient décolorée!

juin 028

Quelques graminées duveteuses…

juin 073

Des fleurs d’Olivier avec les petites olives naissantes, prises dans le soleil levant…

juin 054

Et même les pissenlits sont jolis! Si Si! Mais je préfère vous montrer le chèvrefeuille qui tire ses languettes…

juin 044

L’Eden de Néo est un véritable jardin primitif où les Eve et Adam flânent volontiers… mais bien habillés!

En mai 2022… La belle n’est pas revenue… Les coquelicots non plus!


Instants fugitifs:

Ma belle-soeur m’a offert un magnifique bouquet…

pivoine1

Mais je n’en ai déjà plus qu’un souvenir photographique…

lespivoinesA lespivoinesB

 

 

 

 

 

 

 

Ici je les rends éternelles, mes belles pivoines.

maimil 001


Visions personnelles:

Dans les pissenlits, j’ai accompagné les fourmis qui me consolent un peu de mon incapacité à trouver l’illustration du mot « église » que je cherche en vain…

L’alternance des pétales et des étamines, terminées en tortillons, m’a plutôt évoqué la structure d’une basilique, dont le premier sens était « lieu de réunion ». En outre  les bâtiments religieux actuels font naître des chorals  sous la beauté de leur lumière et  la lumière de cette photo m’a paru bien jolie, presque comparable…!

Mes futures pommes, garanties  des plus biologiques, prennent forme et paraissent de bonnes joues à embrasser.

Le mot « pommelure » existe dans le dictionnaire de l’Académie (A.T.L.F.I.) mais il est masculin et non comme « chevelure, fissure, armure, brisure… ». Un pommelure, donc!

Dans la terre de mon paradis personnel, un firmament stellaire se déploie, lentement mais sûrement… Les futures poires.

Tels des suricates en pétales, les fleurs d’ortie me paraissent guetter un prédateur quelconque…

Sur une plante grasse aux feuilles à taches de rosé (et non « de rousseur »), dans les replis des fleurs jaune canari, à la recherche de succulences, les fourmis, encore, explorent et agitent leurs antennes…

Nous en goûterions bien, nous aussi!

A coeur de tulipes, parfois, entre clair et obscur ou sur des fulgurances, le soleil se reflète et un minuscule éphémère que je n’ai pas su mieux capter, près du pistil en parasol jaune, se cache de l’objectif…

Enfin les douces teintes du matin levant, sur le petit cerisier de mon amie Madeleine, m’ont trouvée heureuse du retour des chaleurs.


Faire-part de naissances multiples en avril:

Voici les résultats de mes récréations, entre deux copies, dans le jardin:

bébéabricotTout d’abord, j’ai admiré les descendants de notre vieil abricotier.

J’ai dû placer ma main pour obtenir enfin une mise au point correcte!

Puis, dans mon cerisier préféré, j’ai remarqué combien  les nourrissons ont des coiffes très drôles…

On se croirait à une autre époque!

Ces petites cerises sont entre deux étapes…

Alors le soleil nourrit cette couveuse pour prématurés.

Ses rayons les font déjà suer à défaut de rougir.

nifleurnifruit Cherrybaby

encoreauberceau Enfin… en me promenant le nez au ras du sol…

Et Néo se demandait quel était mon objectif… ah ah! …

J’ai mis en boîte une réserve de clichés que je suis en train de traiter et vous montrerai bientôt…

[Il y a de quoi faire un jeu de mots avec « Ras » et « rez de chaussée » car je dois raconter… à ma grande honte… que je suis tombée à la renverse au sens propre…

Quand je fais quelque chose, je ne le fais pas à moitié! 

Néo s’est dit que je venais enfin jouer avec lui et gambadait à mes côtés…

Ahhhhhhhhh le printemps!

Les mémés font des pirouettes dans les prés…

J’ai songé à Daudet mais je ne suis pas sous-préfet.]

Je vous laisse pour l’instant avec des roses grasses qui ont une petite sœur aux airs d’artichaut!

bébéderoseverte


Le cerisier est en fleurs:

Sous un superbe soleil revenu…

finmars 055

Les bourgeons craquent et éclosent:

Ce diaporama nécessite JavaScript.