Réflexions, découvertes et souvenirs d'une senior

Nouveau

Vivre et positiver 💜

« Tu sais Véro, j’ai surmonté un gros truc, là. » Par ces mots elle m’explique qu’elle a compris le cadeau qui vient de lui être accordé : la vie. Elle se remet d’un AVC. Elle a dû réapprendre à déglutir. Son élocution est de nouveau fluide. Elle a encore des difficultés pour écouter la télévision et lire lui est pénible mais elle revit.

Dimanche, ce sera sa fête comme la mienne ou celle de ma fille, sa petite-fille. Elle sera encore à la clinique par sécurité. Ma présence ne lui serait d’aucune utilité mais lui parler de temps en temps fait fonctionner son esprit.

Dans mon jardin, croissent des « éternelles ». Leur couleur dorée est une captation de soleil et une célébration de l’instant présent, de la vie. Leurs gerbes illuminent, comme de petites ampoules, ce semblant de sous bois. En les regardant, je songe à cette figure éternelle de la Mère, dont nous sommes chacune une image, nous qui éclairons de loin nos enfants pour qu’ils poursuivent leur route… Pensées maternelles de création.

Mininous va réciter un beau poème, comme sa maman avant elle, petite fleur de vie qui va illuminer nos pensées dans la genèse de notre famille et faire fleurir nos sourires.

Petit bien-être à moindre frais…🥬🥒🥕🥓

Quand on dispose d’un petit jardin, qu’il fait beau, qu’on a trois légumes et un peu de viande au frigo… Un petit barbecue peut s’envisager… Et pourtant je n’aime pas sentir le feu dont la fumée trouve toujours le moyen de s’insinuer dans la maison…

 

Pendant que Papy H. s’active auprès du point d’eau et malgré le petit souffle de vent qui s’est invité, je reste dans les parages, histoire de ne pas laisser le cuistot tout seul.

Le brasero est son oeuvre et n’a pas coûté le moindre sou puisque fait de matériaux de récupération. Les fers de brochette sont montés sur un manche de sa création et, aujourd’hui, il remplace le sèche-cheveux par un éventail en carton!

Après la cuisson des poivrons, celle d’un peu de poitrine de porc me donnera l’impression d’être actrice dans l’un de mes dramas coréens… Mais sans les épices ni kimchi, dont j’ignore le goût et ne souhaite pas le découvrir. Je n’apprécie pas les assaisonnements compliqués ! Pas de soju non plus pour mon époux, très conformiste au point de détester entendre les dialogues coréens et de fuir ma télé pour vite aller regarder sur la sienne un vieux Monk ou une autre diffusion en version française !

Allez… je vais peler les poivrons! Bon appétit à ceux qui passeront par là.

Partition céleste et géométrie 🎼🎵🎶

Ce matin, en ouvrant les volets, j’ai vu le fil du téléphone traversé par les trajectoires des avions de lignes …

et j’ai eu envie de monter une gamme!

ou de vérifier les comptes de la Nature, car les avions continuaient de tracer des droites encore et encore, tandis que leur plan orthonormé s’effilochait sous les bulles de vapeur. Les facétieuses s’évadaient en suites de Fibonacci… Je cherchai le nombre d’or…

Mais je trouvai des multiples de 5 pétales de pourpre et rose… 5… Normal au mois de mai !

Gracieuses danses chinoises 🦋🩰👘

            Tombée en amour pour les productions artistiques d’Extrême Orient, je suis abonnée sur Youtube à la chaîne REDGOWN. Elle émet depuis les Etats Unis mais est consacrée à des danseurs chinois.

Je ne comprends rien aux sous-titres mais la musique et la danse sont des langages universels. Il me semble que les danseurs sont présentés dans une vidéo située tout en bas de la page des vidéos… mais faute de traduction anglaise… j’en suis aux suppositions.

Voici un an, la troupe a proposé la vidéo d’un spectacle dont la musique est faite de bruits de cascade et l’on croit voir des créatures mi-végétales, mi-aquatiques fleurir et évoluer sous nos yeux. Je suis toujours émerveillée par la plastique des danseurs qui sont élégants jusqu’au bout des ongles. Leurs ballets me captivent.

J’ai pris deux autres captures d’écran pour tenter de faire comprendre combien les jeux de lumière s’associent aux effets sonores et déplacements visuels pour nous charmer.

Et ce dimanche 22 mai 2022, une télé chinoise m’a proposé (par le biais des algorithmes évidemment) une vidéo d’un gala de printemps dans laquelle les danseuses sont de véritables flamands roses ou des paons en majesté dans un mimétisme absolu. L’illusion est telle que… je me suis abonnée aussi à cette chaîne.

          

Bon visionnage sur Redgown où tout est beau et on n’y admire pas que des filles ! Et sur les vidéos de danse de la chaîne chinoise, dont je donne aussi le visuel d’accueil🦋🩰👘

Passages éclair…🌹💐🌸🥀

            de ces fleurs dont je souhaite garder une trace tant leur éclat m’impressionne…

Shy… Tel est le nom qui me vient à l’esprit en plongeant dans cet incarnat.

Ces belles d’un jour ou deux repeuplent notre petit espace chaque année dans la symphonie des bourdonnants amateurs de pollen… Voici les roses, le chèvrefeuille, les fleurs de grenadier qui ne donneront pas de grenades… et surtout, depuis deux ans… les géraniums qui produisent une illusion de balcon alsacien en accord avec notre patronyme.

            On croirait certaines montées en crème chantilly… D’autres se dressent comme des oratrices et font leur show à leur tribune. La senteur de leurs effluves embaume l’air provençal… la douceur de leurs pétales nous est offerte… perceptible par l’oeil…point n’est besoin de les toucher… On dirait la peau de ma fille, ma reine qui a hérité des gènes des bords du Rhin… Sur un fond de ciel bleu comme la couleur de ses yeux…

Et sous les pins, la fleur de grenade, ce fruit que mon fils et moi aimons partager…

Près de la balançoire de ma petite-fille… C’est mon Eden.

Et c’est reparti…🕸️💡✂️🧶🧵

En carré cette fois… j’avais des envies de fleurs… de coquillages évidemment (cf mon article « Le bon mot, la bonne lettre ») !

Et les photos dont je m’inspire :

Pas de crêpe-coeur…🍪🎤🎭🎤

            Ce samedi 14 mai 2022 fut une soirée musicale télévisée 📺agréable somme toute… bien qu’un Grand Breton ait supplanté nos Bretons de Petite Bretagne. Ce breton-là était plus beau (estimation personnelle non justifiable), plus grand puisque Space Man (titre de sa chanson) et montait plus haut en vocalises que l’étincelle de notre chanteur français… Brocéliande ne fait recette qu’au cinéma !

            Dans le groupe français, les chanteuses n’étaient pas dénudées comme les Espagnoles (et je suis encore outrée 👀de ce spectacle parce que je n’ai vu que des chairs agitées, certes d’une ligne parfaite… mais ces corps hurlaient plus que les sons dans mon imagination et j’en suis devenue sourde !). Le Roumain avec Llamame a produit une prestation plus conforme à l’esprit hispanique, selon mon sentiment, que ces dames « déshabillées » en toreras de films X.🙈🙉🙊

            Les bananes norvégiennes ont eu un succès d’estime en finissant dans les dix premiers… et de ce fait j’en ai perdu mon latin… que j’ai retrouvé quelques secondes avec la Serbie. La chanteuse, KONSTRAKTA, se lavait les mains comme Ponce pour nous inciter peut-être à faire du Pilate ! Elle chante le refrain dans la langue de Cicéron pour énoncer des règles d’hygiène… peu carrées… puisque teintées de douce folie (elle parle des cheveux de Megan Markle puis du dieu de la santé… ???) En y resongeant… j’en reperds mon latin!

            Finalement… 🤔J’ai élu dans mon for intérieur la Moldavie, qui m’a semblé parfaite avec cet air folklorique comique évoquant Tintin, la première BD que j’ai lue de ma vie, à 5 ans, chez les petits voisins du-dessus… (mythe coréen du premier amour!)

            Il était évident que l’Ukraine gagnerait puisque ce spectacle est avant tout politique et commercial et je ne me suis pas imposé le comptage des points… De cette écoute, il me reste une impression mitigée… Certains visuels, comme la robe blanche du chanteur Australien, certains refrains me restent bizarrement en mémoire … J’entends encore « Mourir ensemble » chanté par une dame en anglais bien sûr… et dans les propos suisses « les garçons pleurent aussi (toujours en anglais)… que ces mots ne nous soient pas funestes.😒

            La deuxième émission musicale de la soirée était The Voice. J’y ai aussi eu quelque tristesse car des chanteurs qui m’avaient émue ont été éliminés ! (le niveau était élevé parmi les concurrents, cette année). Là encore, je n’ai pas les mêmes ressentis que les votants mais m’en console fort bien!

            Bref… pas de crève-coeur… ni de crêpe-coeur , comme celle qu’Alix (une de mes meilleurs élèves de 2016) m’avait offerte… parce que j’ai mangé mes oeufs avec des épinards… c’est meilleur pour la Santé 🤸et tant pis pour ma promesse de crêpes au Nutella… de toute façon : les dés étaient pipés !

Que Fulenn étincelle !⭐🌟✨💥

            La finale de l’Eurovision aura lieu ce samedi… et nos Bretons doivent être soutenus!

leur visuel celtique

Certes je suis un peu déroutée par le fait de ne pas pouvoir chanter ce titre qui représente la France, ignorant le breton… mais voici le LIEN POUR LES PAROLES et TRADUCTION du texte de Fulenn sur Lyricstranslate

            Nous pouvons au moins chantonner cet air qui est assez bas et simple, une ritournelle sauvage ponctuée de « treeeeet! » à rouler dans sa gorge pour exprimer son délire de fête ensorcelante, sa joie! 🧙🧛🧝🧝🧝🧝🧝🧝🧝🧝

            Papy H. a suffisamment expliqué qu’il ne regarderait plus l’Eurovision parce que « tout le monde chante en anglais », alors je me réjouis d’un air venu d’une époque ancestrale, où les Celtes peuplaient un village gaulois, celui d’Astérix! Le trio de filles est enthousiasmant, le garçon bien vêtu et pas désagréable à regarder, la chorégraphie est vivante car la danseuse, longiforme, serpente dans les flots de verdure lumineuse… Allez zou! Sans chapeau rond ringard ni biniou classique, soyons tous Bretons!

            J’espère que « les loups et bananes norvégiennes », Subwoolfer – Give That Wolf A Banana, seront numéro 2 car j’ai adoré entendre et voir ce groupe à la Daft Punk trop drôle… bien que je n’aie pas plus compris le message que je trouve un peu trop suggestif, raison pour laquelle je ne mets pas cette vidéo ici !

Donc , « dansons avec le diable » et Alvan et Ahez (la traduction semble ignorer la formule française « faire fi de » et a écrit « fit » que j’ai rectifié ici !) :

Etincelle

C’est parti !

Dans l’obscurité des bois germe la nuit

Les étoiles apparaissent dans le bruissement sans repos

Une ombre féminine virevolte à la lueur d’un flambeau

En faisant fi des bêtes sauvages je danse

Je vole le feu de leur regard plein de convoitise

Et le change en un chant à reprendre à l’unisson

Elle danse avec le diable, et alors ?

Je danse avec le diable, et alors ?

Embrasement et boue, embrasement, fête et boue

La forêt vibre au contact de l’étincelle qui danse

Sa magie enchanteresse monte jusqu’aux grands arbres

En faisant fi des bêtes sauvages je danse

Je vole le feu de leur regard plein de convoitise

Et le change en un chant à reprendre à l’unisson

Intrépide au milieu de la clairière danse l’étincelle

Tournent et tournent autour d’elle des âmes déchaînées

Lalalalalalaleno lalelalo

Lalalalalalaleno lalelalo

Lalalalalalaleno lalelalo

Lalalalalalaleno lalelalo

Je danse avec le diable, et alors ?

Avec le diable je danse

Elle danse avec le diable, et alors ?

Lalalalalalaleno lalelalo

Lalalalalalaleno lalelalo

Lalalalalalaleno lalelalo

Lalalalalalaleno lalelalohttps://lyricstranslate.com/fr/fulenn-etincelle.html

Titres en jeu… linguistique 🧩💡📚📜🗝️💬

            Retrouvés sur mon PC… les titres qu’en avril 2020, (au début de la pandémie et pendant les différents confinements qui bouleversaient notre quotidien…) mes collègues et moi, sur le groupe whatsapp créé pour nous sentir solidaires et informées, nous avions réunis dans le but de produire un message ayant un sens en accord avec nos préoccupations d’alors… ont retenu mon attention de nouveau… deux ans plus tard… Avions-nous composé des « cadavres-exquis » ou des « haïkus »… j’hésite… A chacun d’en décider…

Voici certains de mes choix d’alors (il ne faut considérer que les titres, indépendamment des noms d’auteurs) ; un trio plus optimiste, le second plus alarmiste et le dernier qui exprime ma foi dans la science :

Et les choix de mes collègues… dont je n’ai toujours pas compris certains! ( Il faut me mettre les points sur les i… j’ai toujours eu du mal avec la polysémie!) D’autant plus que le sens de lecture change tout parfois… Et qu’il n’est pas question que de la pandémie mais aussi de nos foyers!

Eclairages et réminiscences…📸🔦💡

            Comme Mininous a repris le chemin de sa maternelle parisienne… la maisonnée est bien silencieuse. Le soleil☀️, néanmoins, continue de briller sur le cerisier du jardin 🍒qui approche certainement du demi-siècle d’existence… Il paraît qu’un tel arbre🌳 peut vivre jusqu’à 100 ans… Le nôtre a déjà bien vieilli et ses « cicatrices » sont visibles ainsi que les coupes subies… pour le maintenir en vie!

            Le cadrage photographique 📸change le regard porté sur le tronc éclairé par le soleil du matin… à gauche les fruits sont nombreux et la star, sur laquelle le projecteur solaire est sensible, brille de mille feux, s’imposant à tous par son éclat comme la première de toutes…. à droite, l’entaille du bois amène le regard sur la deuxième cerise mise en lumière et les autres qui attendent d’être remarquées à leur tour comme à l’arrivée d’un gala💐… Ce sont les métaphores de la gloire dans notre société!

            Nous avions l’impression que les fruits étaient bien petits cette année et guère dignes d’être appelés des burlats… mais ils grossissent et les oiseaux ne les ont pas tous mangés… Nous ne traitons pas l’arbre (et nous avons certainement tort) mais nous ne mangeons pas non plus ses fruits car ils arrivent à mâturité avec… fourrage de vers assuré! Ce sont les oiseaux qui en profitent, surtout les mésanges que nous voyons avec plaisir du fait qu’elles sont des dévoreuses de chenilles processionnaires…

            A l’école, hier, Mininous a appris à dessiner… un serpent! 🐍Sans doute pour peupler un Eden imaginaire… et s’assurer l’accès aux connaissances!

            Je ne peux pas m’empêcher d’être attristée parce que les piverts ont délaissé le coin… sont-ils morts ? (Ils nous réveillaient vers 6 heures par leurs « rires » fracassants et je crains que quelqu’un les ait tués… Par ici les gens sont bien jaloux de leur « tranquillité » et ils ont déjà par le passé tiré sur les pies ou les geais pour les faire taire! ) J’espère qu’ils ont juste changé de lieu de prédilection.

            Le passage de Mininous laisse des souvenirs vivaces… Je l’entends encore chanter « Stone le monde est stone » parce que « C’est Maman qui chante ça ». Et au frigo… les fromages et desserts pour enfants sont à terminer… Et aux toilettes, on entendrait presque notre toute petite crier encore « J’ai fini! » pour qu’on vienne tirer la chasse hors d’atteinte! Grâce à ses parents nous la voyons presque quotidiennement avec Whatsapp😍… La technique a du bon tout de même!😊