Réfléchir sur trois fois rien, demeurer dans le léger pour ne pas s'abîmer dans le grave.

Articles tagués “bricolage

Savoir s’arrêter 🤯

Ai-je exagéré ? Sans doute. Avec l’entrée des tourterelles… j’ai trop créé… Alors je ne vois plus les défauts. Si quelqu’un voit un truc à améliorer, qu’il ou elle me le dise avant que j’ouvre le cerceau et transforme le tout en pochette.

Le cerisier du Japon

Inutile de me demander quelles sont ces fleurs… elles sortent de mon imaginaire car les coquelicots sont trop rouges, les primevères trop fournies… tout est trop… ou pas assez. C’est tout moi, quoi!

Je rappelle que le cercle est oblong et pas rond volontairement, comme une graine… Encore une idée contestable sans doute. Tant pis. Le tout me plaît quand même assez… Enfin, je ne sais plus.


Recyclage ♻️

Tous ces livres🔰📓📗📘📙📚 que je n’ouvre plus et que j’ai mis au purgatoire dans des placards, sous le toit de ma chaumière 💒🏠🏡, et dans les étagères en coin… Je ne les jette pas … sous peine d’être maudite par mes enfants. Je viens d’en recycler… 2 !😏😊🤓

Et pas des moindres! Merci Robert!

Il me fallait trouver un système pour tenir mon tambour de broderie pour passer une main dessus et l’autre dessous, en mode ambidextre. La figure avance plus vite ainsi…

La structure est modulable! Parfois je prends des livres plus minces, selon la table à laquelle je m’installe 🪑… Et le tout ne m’a coûté que les quelques sous des deux pinces de bricolage car j’ai accroché l’ensemble à un petit chevalet que je possédais déjà.

Du coup… Mon arbre 🌳avance… J’en suis au fond d’herbe…🌱🍃 J’ignore encore s’il s’agira d’un cerisier, français ou du Japon, d’un magnolia ou d’un pawlaunia💐.. Je ne sais jamais à l’avance où me conduiront mes aiguilles… 🧵🧶

Il faudra aussi un peu de vie animale…🐈🦆🦊🐌🐜🐞🦋🐛🐀🐇🐸🐓🦔🦢🐝 Un oiseau 🐦 ou deux🦩… Ils ne font pas de fiente, là ! Et les nuances de coloris vont bien m’occuper, un peu de☀️🌄 des pastels🌈. Ce qu’on fera de son ouvrage est aussi une bonne question… je sais que le final 🖼️sera une pochette 👝dont j’ai déjà prévu la doublure car mes aiguillées commencent par un noeud mais, désormais, je les arrête ✂️à fleur de tissu; il importe donc que l’envers ne soit pas perturbé par des frottements…

Les vidéos de broderie figurent toujours dans mes préférées et j’y apprends encore des trucs de spécialistes. 🧚 Bref… J’en ai encore pour un mois ou deux… Je suis les rails🛤️.


Tranche de retraite

Ce matin était un jour de nettoyage… Le moment venu d’utiliser une nouvelle acquisition…

Mon balai-serpillière XXL!

Vous n’avez pas idée du plaisir que m’a procuré cette jolie surface de coton : 47 cm de long sur 17 cm de large. Ce fut le Pérou ! En deux temps et trois mouvements, nos quelques mètres carrés de carrelage ont relui, dans notre maison toute rikiki qui nous suffit! Si c’est pas du confort, ça ! Je me suis activée en me répétant que nous avons encore un carrelage à nettoyer, nous, quand d’autres n’en ont plus…

Selon mon credo, réaffirmé en « page d’à propos », il importe de se savoir chanceuse et de fixer ces instants de véritable épicurisme. C’est à Coué je tiens.

Changement d’état d’esprit, quand dans l’après-midi, Papy H. a décidé de réparer le lustre du salon… la quatrième lampe ledG9 ne s’allumait plus…

Mes tulipes de lumière
  • « – Mais j’t’ai pas dit d’éteindre ! » jette l’époux ayant coiffé sa casquette d’électricien à l’épouse réquisitionnée pour tenir ceci, passer cela, éclairer le théâtre des opérations et se faire copieusement houspiller…  » Attends que je te le demande »
  • Cinq minutes plus tard :  » – Mais pourquoi t’éteins pas? Tu vois bien que ça marche pas et qu’avec les autres, chuis ébloui ? »

Si j’avais su garder mon calme, j’aurais eu la présence d’esprit de répondre :

« – Mais tu m’as dit de dire Hardy, alors j’ai dit Hardy! »

A la place j’ai rugi et failli le planter là, le réparateur irascible ! Et puis l’orage de mots qui grondait fort… s’est évanoui à la seconde où la lampe réparée s’est allumée ! ET LUX FUIT… Et le verbe s’apaisa, dans notre paradis retrouvé !

« -Hein ? j’suis trop fort ! » a plastronné, rouge d’orgueil, l’homme au courant… Alors je lui ai laissé ce contentement- là… C’était à son tour de ressentir le bonheur domestique!


Acquérir de l’expérience… Concrète.

Tandis que Papy H. acquiert de plus en plus d’expérience en culture de bébés mangues, bébés litchis et bébés avocats…

mon nouveau projet brodé me permet de parfaire mes capacités en point lancé ou point passé plat… et autres. La « fenêtre » n’est pas ronde mais… Oblongue comme une graine. Je suis bien partie pour y passer encore deux mois!


Le dernier des tableautins


Mise à jour du 1er octobre 2021 : cet article concerne le dernier des tableautins de naissance que j’ai composés. Certains furent bien ratés ( j’imagine sans peine ni regret qu’ils ont fini à la poubelle)… celui-ci est demeuré intact depuis sa conception. C’était donc ce que je pouvais proposer de mieux dans le genre!

J’avais commandé à Agnès, une collègue qui excelle en broderie, une fée qu’elle a composée en une semaine et assorti du prénom en argenté. Je lui ai payé cet ouvrage avec plaisir car le travail était parfait… J’avais déjà le projet de m’approprier l’oeuvre pour la transformer en un tableautin contenant une plaque de métal et permettant de placer des magnets. Voici le tout terminé:


—— Pour obtenir ceci, j’ai commencé par imiter la qualité de son travail en doublant la broderie du prénom de doré.

et c’était difficile d’obtenir la même qualité de finesse qu’Agnès!

Je m’y suis reprise plusieurs, fois, faisant et défaisant!

et j’ai tout fait pour que mon action ne salisse pas, n’abîme pas le belle oeuvre de ma collègue-brodeuse d’exception.

Voici le vrai dessin qu’elle avait choisi et que j’avais décidé de rendre plus détaillé au niveau des ailes,plus beau encore selon mon point de vue au niveau du prénom parce que je trouvais les couleurs d’origine un peu trop pâles.


——- Puis je me suis occupée de la petite fée ( la poupée) qui devait accompagner la broderie afin de porter la baguette magique, signature de mes précédents tableautins.


——- On peut la voir ici de face…. et de dos… pour constater que ses cheveux sont tressés, ce qui m’a donné beaucoup de mal puisque la poupée est très petite… Les ailes, c’est moi qui les ai créées avec du tulle que j’ai brodé… que c’était minuscule pour mes gros doigts! De même que ses vêtements (bas compris) que j’ai cousus aussi!!!


——- Puis j’ai réalisé en « plastic fou » les mentions que je voulais écrire en exergue. C’est une activité (le dessin sur plastic fou) dont je reparlerai dans un autre article, au sujet du minuscule manège que j’ai construit pour la maman, en guise de « cadeau de naissance », car elle avait fait beaucoup de manège étant petite.
——- Et il a fallu encore cirer le cadre en violet. J’ai mis un temps certain à le faire, après avoir poncé la base! Et j’ai bien essuyé pour que la cire brille!
—– Mais je n’ai pas regretté tout le temps que j’ai passé sur mon travail qui a plu aux parents et qui est mon chef-d’oeuvre personnel en la matière.


Le « plastic fou »


Mise à jour du 1er octobre 2021 : tout ce qui suit a été réduit à néant lorsque les points de colle ont cédé 3 ans plus tard! Pas de regrets… je m’étais bien amusée!

Retour dans le passé de Miss Bricolo :

Quand j’ai voulu offrir un « cadeau de naissance » à ma fille pour l’arrivée de Mininous… j’ai évidemment réalisé un tableautin… mais j’ai aussi voulu « marquer le coup » avec la création d’un petit manège, parce que ma fille chérie avait tellement adoré cette activité étant petite qu’il s’agissait là du symbole de l’enfance me paraissant le plus approprié…

——- Évidemment dans les magasins, il y en avait des tout prêts et bien plus beaux que tout ce que j’étais capable de faire… mais la démarche m’a paru importante… plus pour moi que pour elle bien sûr!

——- Voici la réalisation finale:

——- La grande plaque porte le nom de Mininous et on voit sur le chapiteau, les licornes en plastic fou que je me suis régalée à colorier…

——- Elles sont le fruit de plusieurs essais. Parfois j’ai même cassé l’objet en voulant mieux l’aplatir car au sortir du four le matériau n’est pas toujours dans la forme souhaitée. J’ai bien réussi en revanche à donner une forme un peu arrondie à la grande plaque.

——- Et je n’avais pas oublié aussi de trouer les objets avec des oeillets en forme de coeurs pour pouvoir les coudre sur les rubans du chapiteau.  Je recommande les feutres permanents POSCA et les couleurs les plus claires cernées de plus foncées.

——- Mon plus grand regret est évidemment le fait que le manège ne tourne pas si bien que je l’avais espéré : j’ai inventé une tirette avec du fil de pêche qui s’enroule sous le socle autour du pied contenu dans la base … j’avais, au départ, placé les animaux sur le couvercle d’une boîte en bois de camembert qui tournait vraiment bien sur sa base…  mais sur le conseil de plus bricoleur que moi ( conseil avisé car le plastic dure plus longtemps que le bois ) … j’ai recollé le manège sur un boîtier en plastic de CD et les animaux sur un CD transparent … Et le système en acquit des frottements qui le ralentissent. Le mieux est donc l’ennemi du bien!

——- Il serait trop long de raconter toutes les étapes… J’ai mis plus d’un mois à le réaliser,  et il est sûr que le résultat n’est pas à la hauteur de mes efforts… mais c’est on ne peut plus personnel, comme cadeau! J’ai présenté le manège dans une cage à oiseau achetée pour l’occasion et bien nettoyée,  avec une  guirlande lumineuse, un chapeau en un matériau prévu pour les luminaires et  sur un socle de tissu brillant… bref… c’est kitchissime !  Précisons que les animaux ont des selles en cuir! J’ai tant cousu, collé, refait avec délectation et parfois énervement… Que tous ces travaux manuels ont d’abord été mon cadeau, à moi la grand-mère !

——- une oeuvre qui n’en finissait plus pour un coin d’étagère, direz-vous… mais une création d’amour pur !


Plus j’avance en âge…

et plus je me détache des connaissances que le passé m’a offertes pour m’attacher aux objets, aux créations de mes mains.

——- Ma mémoire se creuse de trous trop nombreux dont certains deviennent des gouffres et pourtant je ne suis pas (ou pas encore, allez savoir) atteinte de maladie reconnue. Les activités manuelles prennent de l’importance sur les réflexions intellectuelles.

——- Dans les jeux de société, peu m’importait, autrefois, de gagner contre ceux que j’aime… Désormais je m’obstine presque à prendre la dernière place… à devenir leur faire-valoir, à leur laisser l’espace que je quitte. Ils n’apprécient guère alors je me résigne à me battre un peu cependant dès que je reprends la main… mon succès m’effraie et je redeviens nulle dès que j’ai pu leur laisser penser que ma valeur a pu un peu survivre à l’émergence de leur domination intellectuelle. La musique est presque  portée disparue dans ma vie! J’éteins la radio pendant les déplacements routiers pour compenser le bruit entendu dans mes dernières années d’activité professionnelle. Mes petits compagnons de route sociale (les « petits habitants de mes classes ») font régner la terreur auditive! Non je n’exagère pas en employant ces mots. J’ai mal aux tympans tout le temps. Ils ne témoignent presque plus d’écoute au point que la petite voix mal assurée de certains n’est audible que lorsque je les force tous à la recevoir en… gueulant comme un putois! Du bruit pour arrêter le bruit! De la fatigue et le besoin de silence en route afin de garantir un reste d’attention aux soucis de la conduite. Et comme je me couche tôt en général (sauf à corriger les copies virtuelles, occupation chronophage) , dans la mesure où je n’ai pas le réflexe- Youtube sur ma TV, que je n’allume que pour les informations… La musique n’est plus qu’occasionnellement vivante chez moi!

Alors à quoi prends-je du plaisir? Mais toujours aux activités manuelles et informatiques dont Mininous , ma famille ou Néo sont les  destinataires ou encore mes petits compagnons de route sociale. Je découpe, colle, couds, construis  pour eux avec une paix de l’esprit totale.


Avec mon papier fait maison…

Voici mes dernières cartes de voeux d’anniversaire:

mescartesdevoeux2013

 

Le temps passé à assortir les couleurs, penser à la composition, choisir les détails pour ce tout petit résultat… je ne vous dis pas! Mais j’ai longtemps pensé exclusivement à mes deux correspondants et

« I made it myself! » j’ai médité, j’ai médité…


Vulcania:

Nos derniers travaux de bricolage m’ont enthousiasmée car j’ai…

fait de la soudure!

Oh juste un tout petit essai, détruit ensuite car c’est mon époux qui fait les gros travaux… Mais j’ai tout essayé avec plaisir.

Souder, percer, meuler, fixer…  Quel travail!

Je me suis prise pour la fille de Vulcain!

 

Bon… je préfèrerai toujours lire ou composer un article de blog…

Mais ces activités sont nécessaires pour prendre soin de la maison…

Et ce n’est pas fini… Même s’il faut retourner à l’école entre temps.


Le mystère du « contre-écrou »:

Mes vacances d’été sont le moment privilégié où je vis réellement auprès de ma moitié… car le reste du temps, en période de travail, nous passons plus de temps dans nos établissements scolaires respectifs qu’ensemble…

Un beau matin, voilà que je veux réparer, toute seule, comme une grande, mon presse-ail qui avait perdu  sa vis…

Je descends dans le garage, dans ce domaine très masculin dont mon homme est le roi… et je trouve une vis et un écrou adéquats…

« Satisfaction! »

Je remonte, particulièrement fière de moi…

Et en fait, à l’usage… bof… ma réparation me déconcerte par son manque de qualité. Je la montre, finalement, à Titi, qui s’exclame aussitôt, au premier regard sur ce que je croyais être mon exploit:

« C’est normal, tu as oublié le contre-écrou. »

Toute déconfite, ayant vaguement compris le principe de la chose… je redescends et je fouille un peu partout, à la recherche de cette pièce mystérieuse que j’imaginais comme une rondelle plate à ajouter… En vain, bien sûr!

Heureusement, mon homme fut miséricordieux et, tel Zorro, il arriva peu après moi à l’établi… pour placer…

un deuxième écrou, tout simplement, qui solidifia le serrage!

Le mystère fut résolu.

Du coup j’ai trouvé ce monde masculin, que constituent le garage et l’établi,  particulièrement merveilleux!

Tout y est clinquant (argenté, doré…),

utile,

varié,

prometteur…

J’ai redécouvert la débrouillardise de mon époux et son système de pots en verre vissés sur les étagères d’une vieille armoire en acajou ajustées au mur et tapissées d’outils, tous bien alignés,  en rangs de tailles décroissantes…

C’est bien mieux rangé que mon bureau!

L’été… je vis à l’heure masculine et je m’adonne au bricolage, au jardinage… je suis en nage!

Comme dirait ma belle-maman, quand elle goûte à un mets inhabituel: « ça change »!


Travaux de caniveaux: SATIS FECIMUS!

Chaque été nous devons refaire quelque canalisation… Une vraie fatalité!

Certes je n’ignore pas que ceux qui  construisent des maisons en bois ou sculptent les matériaux les plus nobles… souriront devant le caractère bien modeste de notre ouvrage…

Nous… nous avons utilisé le ciment!

Le travail est utilitaire et… pas une œuvre d’art… mais nous y avons pris tellement de plaisir!

Donc, cette fois-ci, nous nous sommes transformés en maçons

et avons tripatouillé le mortier avec délectation…

1Fairedestravauxsoimême

Si j’ai  vraiment tenté d’en faire ma part…

Il faut bien dire que mon mari est un chef de chantier efficace et qu’il a bien compensé mes manques pour la bonne réalisation de nos objectifs!

2lestravauxdemaçonnerie 3lesapprentismaçons

Il nous reste encore tant à faire…

Mais c’est un plaisir de nous coucher le soir en pensant que nous avons réalisé quelque chose qui nous plaît.

Certes, il nous aura fallu trois matinées de travail… mais nous n’avons œuvré qu’à la fraîche…

Et puis… ce n’est pas du tout notre métier… Alors le résultat nous satisfait tout à fait.

4lesestravauxfaitssoimême