Réfléchir sur trois fois rien, demeurer dans le léger pour ne pas s'abîmer dans le grave.

Nature:

Il était dans le bon rayon

Faisant ses courses, ce pigeon,

Là, en pleine consommation
A Carrouf, picorant le bon
Grain échappé des gros cartons…

Personne alors dans cette allée
Ne passa l’en dissuader…

Sic, je lui soufflai « hâte-toi
De te rassasier puis au toit
Vole vite trouver l’abri! »
Le préférant à des souris…

Il me vit et me regarda…
Pour cette photo il posa…
Pfuitttt! bien repus s’échappa,
Laissant trace de son repas.

Une tourterelle peut vivre 14 ans… J’espère que cet 🐦 -ci aura longue vie et ne finira pas quelques rayons plus loin, en sachet, déplumé pour être consommé !

Longue et heureuse vie à toi qui passais par là !

Publicité

Arc en ciel

Ce matin, en regardant vers l’Ouest, on voit un immense arc en ciel qui illumine notre ciel provençal nuageux !


Encore une idée bête

Quelque part (impossible de retrouver l’article) j’ai lu que quelqu’un voulait débaptiser les lieux français dont le nom comprend le mot « saint »! Alors comme ça, dans mon horizon « à la Cézanne », celui que j’aperçois de ma colline, je ne verrais plus que… La Victoire et non la Sainte Victoire ? Que c’est niais!

Tiens, je viens de la photographier du balcon (je l’ai grossie bien sûr car elle est à une quarantaine de bornes d’ici)… et elle porte un gros nuage noir au-dessus d’elle… ce sont certainement toutes les idées bêtes qui nous guettent qui doivent le composer!

En transposant les photos prises de mon APN au PC… j’aperçois un truc qui vole en haut du nuage… or je n’avais pas entendu d’avion… Encore un objet volant que je n’ai pas identifié (je rigole! )

La croix à son sommet m’a fait coucou et bien que je sois d’esprit résolument laïque, il ne me viendrait pas à l’idée de réclamer qu’on la déboulonne!


Observation obstinée

Comme au cours d’un repas en famille je fus moquée pour avoir énoncé l’idée que j’avais vu un satellite passer… Je m’obstine et je viens de photographier, vers 18 heures,  un point lumineux fixe pendant de longues minutes dans mon ciel provençal.. alors qu’il n’y avait pas d’étoile ! 

Et comme j’ai convoqué la famille, voici la vue depuis la banlieue de Paris au Sud.


Meowsitting

Nos belles princesses font un nouveau séjour…


Souviens-toi de Damoclès !

Vous le voyez? Quoi? Mais cet objet volant, là, qui passe chaque matin vers 8 heures dans mon ciel provençal! Je me repère aux avions de ligne réguliers et aux arbres en-dessous.

D’accord… j’étais encore , le 13 octobre, en train de chercher Superman… ou plutôt ce fameux S que je vois souvent là-haut… et puis je l’ai vu progresser, ce satellite ou peut-être plus, et pourquoi pas… Non, pas lui.

Grossissez la photo, vous verrez des pales à l’arrière et sur le côté gauche, sans compter les révolutions de vapeur d’eau que doivent produire ses panneaux solaires ou ses radiateurs, que sais-je, moi! N’empêche, je l’ai bien vu passer là-haut 3 jours de suite, quel qu’il soit, satellite d’ici ou d’ailleurs… Et n’imaginez pas une seconde que j’aurais pu trafiquer la photo prise avec mon portable car il n’en est pas question du tout! Le portable a mis des filtres colorés, forcément mais je ne sais pas photographier en mode expert. C’est bien ce que nous avons capté, mon portable et moi, tel quel !

Ciel vu plein Est, depuis l’ouest, le 13 octobre 2022 vers 8 heures en Provence. Le soleil se lève juste à droite de ce panorama, caché par un gros chêne.

Du coup j’ai surveillé les jours suivants… Le lendemain, les nuages remplissaient la voûte céleste et brouillaient la scène, mais je me suis obstinée et je l’ai aperçu. Le surlendemain, ce matin, j’étais encore à mon poste d’observation et je n’ai d’abord vu que des ombres… Cependant dans ces échos dont les rotondités sont évocatrices par leur mouvement et l’illumination du soleil levant, je le devine encore… et sa recherche m’a tenue scotchée longtemps… Affaire à suivre !

Je sais, Norbert va encore me dire qu’il ne voit rien ! Faut zoomer, zoomer pour que se dessinent des amas géométriques, des points lumineux, des … peut-être objets dérivants dans l’atmosphère comme en parle cet article de mai 2021 sur TV5.

Il y aurait 1 million d’objets dans l’espace… beaucoup de pollution dans la stratosphère… et le risque est qu’il en tombe de temps en temps sur nos têtes, à nous, pauvres Damoclès…

Tenez, voici de belles images de mon morceau de ciel peut-être traversé par des objets, bien identifiables mais pas très visibles avec mon portable ou mon APN ! Et toujours le même S ! Attention sur les deux photos les plus zébrées… je n’ai rien vu de particulier ! Il faut bien laisser la place à la beauté, quand même!


Des nouvelles de qui vous savez…

C’était jeudi soir… depuis je guette, du haut de ma vigie… pourvu qu’Obélix ne passe pas par là!


Hein?

Isis
Reine de Saba

Mammatus habité ☁️

A l’aube, j’ai observé, comme de nombreux Provençaux debout à cette heure-là, ce phénomène atmosphérique dont j’ai appris le nom dans la matinée : un mammatus! Dire que j’ai vécu 64 ans sans connaître le nom d’un tel événement déjà observé une ou deux fois !

Je blague… Tant d’ignorance me caractérise que je ne suis plus à un apprentissage près…. Non, ce que je retiendrai, c’est que sous cette masse imposante de poches rondes… Des petits nuages de style stratus ont, encore une fois, évoqué dans mon esprit fertile, un triangle ( le retour ?) , puis un personnage en aube… Normal à cette heure-là ! En néphophile passionnée ( = amatrice de ☁️ ) je ne pouvais pas oublier de fixer ici ce bel instant vécu à ma fenêtre face à l’immensité panoramique de ces sillons célestes ornés d’un pendentif en leur sinus central ( il faut zoomer pour le voir… Mais pourquoi donc les objectifs ne rendent-ils pas ce que l’oeil, même un seul et le bon – coucou Norbert – voit si bien?) !


Il a pointé ce matin !

-Qui ça? Zorro ?

-Mais non ! SUPERMAN !

-Ah bon, tout seul ?

-Ben si tu regardes bien, on dirait qu’un de ses fils a signé derrière lui… Mais il écrit mal, pour un héros ! Tiens, je te montre les preuves avec différents éclairages… Tu vois, là, à gauche ?

-Ils auraient pu nous dire un mot, quand même!

-L’important c’est qu’ils veillent sur nous… On en a bien besoin, non ?

-Ils savent pas écrire dans un triangle, ces gros bras! Comprennent pas que ce sont les maths qui nous sauveront, non!?


vues horticoles 🌳


Brèves de Nature

La voyez-vous?


Mimétist !🐸

« Tu ne me vois pas! » répète le bébé crapaud de 10 centimètres carrés, tapi dans les feuilles mortes… en mode mimétique.

« On t’a vu! » avons-nous répliqué…

Enfin moi je n’aurais rien vu si Papy H. ne m’avait pas appelée!

Il est tout marron verdâtre, ce petit prince-là… Vraiment pas en tenue de gala! D’abord tout aplati, il s’est gonflé et m’a lancé un oeil évaluatif…

Ses yeux rouges m’ont alors renvoyé un regard dissuasif :

« – T’avise pas de me poutouner!

– Oh ben non, je craindrais que tu ne redeviennes un humain! Ce n’est pas si honorable que ça d’être un être humain, à notre époque ! Les animaux sont plus… Moins… enfin tu vois, quoi.  » Nous nous sommes compris.

« Allez, reste un gentil crapaud ! Va ! » Et il s’en est allé, rassuré.

(Ces photos sont d’une mauvaise qualité… Tant pis, car la rencontre fut belle, elle.)


Fin de séjour numéro 2

Et voilà dix jours de catsitting qui se terminent. Nous avons eu notre content de câlins et de jeux… C’est déjà la rentrée par chez nous !


Complexion ◼️◻️➿

Deux soeurs semblables mais différentes.

L’une mange plus vite, grandit et grossit plus vite, elle pèse 300 grammes de plus. Elle a mis son noeud 🦋 blanc. La reine de Saba a une démarche assurée et domine son monde. Ses yeux sont orangés.

L’autre est plus fine. Son regard est plus vert et ses airs de ouistiti font remarquer sa tête triangulaire, son maillot de bain blanc sur le côté interne et quelques « extensions » de poils blancs (LOL) dans sa 👗 noire, sur le dos.
Au début, on est plus attiré par Isis… Mais la ténacité de la reine de Saba gagne notre estime qu’elle a conquise de haute lutte… Et toutes deux sont autant câlines en définitive ! 

Semblables mais différentes… J’y vois une métaphore de ma vie qui me rappelle ma propre soeur. La vie nous a définitivement éloignées et je n’ai aucune envie de changer cet état construit par nos différences de complexion et de caractère. Il n’empêche que, régulièrement, je me souviens de notre origine commune. Je nous souhaite à toutes deux le Bonheur. Qu’il soit semblable ou différent n’a aucune importance.


Ronron d’Isis (M.A.J. du 11 août 22)

Quelle mésaventure ! Je viens de lire l’analyse de la chanson Il était une bergère dont j’avais cité un passage en titre de cet article et dont je ne connaissais pas tous les couplets… or le chaton dont il est question y est tué par la bergère, laquelle finit avec un prêtre défroqué!!! Quelle horreur (d’avoir tué un chat! je ne m’intéresse pas à la religion et suggère au contraire que tous les prêtres se marient pour demeurer fidèles à leur compagne/gnon)!

Voilà qui confirme l’idée que les gens sont mauvais et que sous couvert de chanter des paroles douces et enfantines… ils donnent des cauchemars à toutes les personnes sensibles ! Ma petite-fille ne veut plus regarder de contes « pour enfant » et réclame des « dessins animés courts » car les autres « font trop peur »! J’avais déjà entendu une collègue me dire que son enfant agissait ainsi… donc les petits humains sont plus intelligents que les grands!

(Voici le lien de l’analyse que j’ai consultée sur « les petites laiteries » (on se cultive partout, même en mangeant du fromage!!!).


Reprenez donc une chattise ! 🐈🐈

(= une petite gourmandise de chat)

Remarquez qu’Isis a mis son maillot de bain deux pièces en poils blancs. C’est du dernier chic sur fond noir!


Minois de minettes

Des instants toujours gracieux ! 

De merveilleux moments… même quand on est réveillé à 2 heures parce que l’une d’elle a peur des hululements répétés d’un oiseau et veut des câlins pour accepter de se rendormir !

Et même quand on peut mal aérer pour les empêcher de prendre la poudre d’escampette puisque les arbres sont nombreux au jardin et les voisins plutôt absents! On ne pourrait pas aller les récupérer si elle passaient dans les jardins d’à côté !

Et même s’il faut se relayer pour la surveillance de ces bolides se poursuivant pour se mordiller au point de pleurer un peu et de tellement nous émouvoir qu’on aurait envie d’intervenir dans ces règlements de comptes familiaux !

Et même si le bazar est indescriptible avec tous ces jouets disséminés aux quatre coins. Nous avons même fait un concours de création de « canne à pêche de chat », Papy H et moi avec grelots et bolduc… Finalement nous avons gagné tous les deux car nos oeuvres ont été pareillement… déchiquetées !

Le jeu numéro deux, après le carton, est… Le jet de paquet de mouchoirs dont elles adorent entendre le crissement et qu’elles transportent fièrement vers leur coin caché !

Enfin elles apprécient le mince jet d’eau d’un robinet dont elles capturent quelques gouttes dans leur pattoune retournée, comme une main, et sucée avec délectation !

Attention, elles se jalousent si vous n’en prenez qu’une pour la flatter… l’autre exige de son regard insistant, d’être à son tour caressée… Non mais!


Catsitting😺😺

Après le babysitting, nous nous essayons au catsitting pour nos deux petites de trois mois, les chattes de notre fils et belle-fille, partis en voyage, la reine de Saba et Isis.
Impossible de laisser un porte ou une fenêtre ouverte longtemps car elles courent plus vite qu’Eole lui-même ! Et nous ne pouvons pas risquer de les perdre dans la nature.
La maison est un terrain de jeu parcouru par 8 pattes galopantes dans tous les sens et nous devons surveiller nos vieilles jambes afin de ne pas écraser ni frapper ces poids-plume.
Nous avons dû accrocher les rideaux pour éviter qu’elles s’y pendent et user de vaporisateurs d’eau pour matérialiser nos « non » retentissants mais elles reviennent vite se faire pardonner d’un ronron insistant et il faut recommencer.
On dirait qu’elles comprennent une foule de mots… à répéter plusieurs fois néanmoins! 😹
A deux, elles se réconfortent et se distraient avec autonomie. Elles jouent à la vie de panthères et se font des mines sauvages en se dominant chacune à leur tour… Parfois elles feraient presque peur avec leur mines de sauvageonnes, leurs regards aussi intelligents que ceux d’un singe et leurs attaques inattendues. Un chat demeure un animal sauvage! Elles nous manipulent habilement!

Cependant il leur arrive de nous gratifier d’une attention soutenue… Surtout quand nous arrivons à une porte !
Elles étudient tous les moyens de grimper ici ou là… Et se précipitent dans tout placard pas encore visité… cherchant les moyens de toujours grimper plus haut !
Elles chippent une serviette ou un vêtement pour les transporter dans une cachette. J’y ai même retrouvé ma gratounette de vaisselle et le chiffon pour les lunettes de Papy H !

Du coup, je dois fermer la cuisine jusqu’à ce que la gazinière ait retrouvé son inocuité totale! Et tout replacer dans les tiroirs et étagères concernés parce que la nuit, elles se baladent partout!
Un carton est leur meilleur jouet (inutile de dépenser des mille et des cents!).
Trois minutes de câlin, pas plus et elles repartent à la recherche de quelque bêtise à réaliser comme passer entre le dessus-de-lit qui protège le canapé et l’assise… Histoire de nous obliger à vérifier l’endroit où l’on s’assoit!
Elle grimpent même au mur de l’entrée et découpent toutes les ficelles avec leurs petites dents acérées, mâchouillant n’importe quoi au risque de s’étouffer !
Malignes comme tout, elles surveillent nos moindres gestes et veulent autant nous imiter que Mininous !
Il nous faut plus encore de présence d’esprit et de surveillance qu’avec notre petite-fille ! Et nous ne pourrons jamais courir assez vite pour les rattraper, elles!!!

Cette nuit, j’ai eu droit à deux ou trois séances de ronrons et léchouilles insistants… Sans doute pour me réveiller… Mais Mamy H est une dormeuse invétérée et c’est le seul moment où j’ai gagné contre leur volonté ! 

Bref nous sommes très occupés… Et tellement heureux !  Elles me rappellent notre Néo sans avoir l’impression de le trahir. 


gnome (réécriture d’un article de 2013) :

Petite feuille…
le gnome vu dans le cerisier

Dans The Queen of Air and Darkness, dont je ne vous recommande pas la lecture, Poul Anderson imaginait dans les années 70 (et il avait obtenu le Prix Hugo en 71), une divinité qui dupait les gens pour les repousser. Bien sûr je n’avais pas apprécié cette nouvelle, qui, en 2013 m’avait hantée un bon bout de temps d’autant plus que j’ai lu ensuite Morwenna de Jo Walton, qui m’avait rassérénée car l’héroïne voit des fées qui lui parlent dans les buissons… J’avais regardé la Nature, dans mon jardin, avec attention et y avais vu un gnome. Ce personnage parlait le langage très commun, restitué avec Photoshop… celui du corps. (J’entends par là que nos gestes sont un langage tacite qui nous paraît très clair… un langage primitif, presque universel… mais certains gestes, certaines réactions physiques, paraissent blessants en dehors du lieu ou du pays où ils sont faits, alors même qu’ils ont été faits sans malice… Et finalemant nombre de gestes peuvent être interprétés différemment selon les contextes.)

Je me rends donc compte que de vert, ce gnome pourrait devenir rouge et faire allusion au feu qui guette toujours en cette période de chaleur et de vent. Ce fléau, le feu, est généré par la présence d’humains inconscients, provoquant des malheurs difficilement combattus par des pompiers au courage remarquable, indispensable, admirable.


Il faut bien vivre avec !🐝🕸️🕷️

  • 1 ) ça va chanter sur ma colline!
  • 2 ) Elle a tissé sa toile en une nuit… juste à côté de l’appareil insecticide accroché avec une prise-minuteur près de la plinthe… et elle l’a fait pendant la nuit… soit juste pendant la période d’activité de la prise ! Et elle tient depuis 72 heures! j’ai eu pitié d’elle et ne l’ai pas écrasée mais je vais finir par la passer par la fenêtre ! Question : quelle est l’efficacité de l’insecticide anti-moustique? Est-il à ce point sélectif?
  • 3 . J’ai été attaquée par des guêpes en ratissant : 4 piqûres sur l’avant-bras, la semaine dernière (malgré les gants et la chemise à manches longues) et j’ai toujours un bel hématome malgré les pommades renouvelées!

Conclusion… seules les araignées et les cigales sont mes copines!

Sur le site Spotjardin de Jean-Claude Divet ( voir ma page de liens) aujourd’hui, un article sur les insectes démontre l’aide qu’ils apportent à l’agriculture. A regarder ! ( C’est une vidéo).


Tête à queue 🕸️🕷️

« J’ai tout bu » dit Arachné…

Tapie pour mieux nous leurrer…

« De mon vis fondamental

Je lorgne votre frontal…

Aucun clin ne me plissera l’oeil !

Mes rondes billes guettent l’écueil

De quelque proie fuyant au-delà

De mon faux regard… À l’opposé…

Sans se méfier des noirs éclats

De ma tête qui happe… Jet posé ! »

Et tout droit dans ses bras écartés !

L’accident n’est pas filmé… La macro de mon portable a des limites ! C’est un drama provençal que je réalise là, intitulé… Du fond d’un coeur de tournesol 🌻 ( je crois… Identification de plante sujette à caution!)

Donc la technique de cette arachnide vient de son oeil sur son arrière train ! ( Je décrypte le sujet au cas où mes élucubrations seraient trop absconses !) Bonne semaine à tous !


Passages éclair…🌹💐🌸🥀

            de ces fleurs dont je souhaite garder une trace tant leur éclat m’impressionne…

Shy… Tel est le nom qui me vient à l’esprit en plongeant dans cet incarnat. Photo non modifiée!

Ces belles d’un jour ou deux repeuplent notre petit espace chaque année dans la symphonie des bourdonnants amateurs de pollen… Voici les roses, le chèvrefeuille, les fleurs de grenadier qui ne donneront pas de grenades… et surtout, depuis deux ans… les géraniums qui produisent une illusion de balcon alsacien en accord avec notre patronyme.

            On croirait certaines montées en crème chantilly… D’autres se dressent comme des oratrices et font leur show à leur tribune. La senteur de leurs effluves embaume l’air provençal… la douceur de leurs pétales nous est offerte… perceptible par l’oeil…point n’est besoin de les toucher… On dirait la peau de ma fille, ma reine qui a hérité des gènes des bords du Rhin… Sur un fond de ciel bleu comme la couleur de ses yeux…

Et sous les pins, la fleur de grenade, ce fruit que mon fils et moi aimons partager…

Près de la balançoire de ma petite-fille… C’est mon Eden.


Une orchidée sauvage, l’orchis pourpre

Le 5 mai 2013 je photographiais cette  orchidée sauvage dans mon jardin : 

ophrispurpurea2

Cette orchidée est la PURPURA mais elle ressemble beaucoup à la MILITARIS. 

Voici un « petit soldat » pour preuve:

ophrispurpurea

Les  trois exemplaires  du jardin se dressent fièrement près de l’abricotier…

On désigne  aussi ces fleurs par l’expression « de la Pentecôte ».

Une trentaine de  casques aux formes  aérodynamiques…

Mais les fleurs ne dévalent pas de pente de verdure… Elles montent la garde de quelques mètres carrés sur la colline! J’ai consulté ce site savant: FLOREALPES.

Comme les fleurs sont plus rondes que longues, j’en déduis qu’il s’agit de « l’Orchis purpurea » et non de la « militaris », plus claire aussi. Ce n’est pas une fleur très rare… on est toujours content de les revoir… Aux mêmes places. 

ophrispurpureaChaque  hampe de fleurs  présente les divers stades de la floraison;  à la naissance , elles semblent  faire leur prière… puis se déplient artistiquement.

Une compagnie de petits personnages fantasques, pour faire marcher au pas notre imaginaire…

Ces petits bonshommes peuplent les fourrés de contes enchanteurs, pour qui sait rêver…

Chaque fleur a des petits bras ballants et une tenue qui ressemble à une véritable livrée d’Ancien Régime… Pour un chevalier des prés, qui va peut-être se montrer, au détour d’une feuille…

Leurs coloris se sont assortis, alternant points et rayures. Ils  font jouxter le parme, les grenats, le violet, le rose  et les verts délicats., afin d’agrémenter les lieux encore une fois douchés par  si peu d’ondées que leur pré est bien sec! 

Une « orchis » ( pas une « OPHRYS »)… Ces noms ont une sonorité magique, sonnent comme une incantation féérique…

ophrispurpurea1

La hampe, elle-même, est un petit lutin, une personne qui penche la tête.

Décidément,  de nouvelles arrivées captent nos regards… presque chaque jour. La nature  sauvage s’exprime… Mais  la tondeuse va bientôt opérer ses coupes sombres.

Pourvu que le maître des lieux ne se trouve pas trop vite le courage de couper tout ça…

Dans les jardins adjacents, les autres mécaniques appellent à l’acte réducteur de têtes… Sécateurs, scies et tondeuses ont entonné leur chant lancinant.

En attendant, instruisons-nous sur ce site récapitulatif des orchidées sauvages.

En ce mois de mai 2022… Les orchis pourpres sont au nombre  de 4! Elles se multiplient d’année en année. 

orchis de 2022