Réfléchir sur trois fois rien, demeurer dans le léger pour ne pas s'abîmer dans le grave.

Articles tagués “outils

Mouvement d’humeur

Y en marre! Fichu portable! Traître de mes pensées et sentiments… Saboteur! Sale machin censément perfectionné mais si souvent déficient…

Photo de PhotoMIX Company sur Pexels.com

J’écris vite et je vérifie l’orthographe chemin faisant… Je relis, oui je relis…. Tout est bon, alors je clique dans la foulée… Et pchittttttt ! ma pensée se fane!

Photo de Eva Elijas sur Pexels.com

Ma joie s’éteint.

Le portable a remplacé la bonne version par celle de son cru… Voilà : il recommence! Il vient de m’écrire « de son cri »… Et là, le faux est devenu vrai : je crie!

Passer pour une idiote quand on a pris ses précautions est rageant! Je ne dis pas que je ne me trompe jamais… mais tout de même pas aussi souvent! Et pour comble d’infortune : aucun commentaire ne peut être effacé par l’auteur après le clic… Crac! Je craque.

Publicité

Le mystère du « contre-écrou »:

Mes vacances d’été sont le moment privilégié où je vis réellement auprès de ma moitié… car le reste du temps, en période de travail, nous passons plus de temps dans nos établissements scolaires respectifs qu’ensemble…

Un beau matin, voilà que je veux réparer, toute seule, comme une grande, mon presse-ail qui avait perdu  sa vis…

Je descends dans le garage, dans ce domaine très masculin dont mon homme est le roi… et je trouve une vis et un écrou adéquats…

« Satisfaction! »

Je remonte, particulièrement fière de moi…

Et en fait, à l’usage… bof… ma réparation me déconcerte par son manque de qualité. Je la montre, finalement, à Titi, qui s’exclame aussitôt, au premier regard sur ce que je croyais être mon exploit:

« C’est normal, tu as oublié le contre-écrou. »

Toute déconfite, ayant vaguement compris le principe de la chose… je redescends et je fouille un peu partout, à la recherche de cette pièce mystérieuse que j’imaginais comme une rondelle plate à ajouter… En vain, bien sûr!

Heureusement, mon homme fut miséricordieux et, tel Zorro, il arriva peu après moi à l’établi… pour placer…

un deuxième écrou, tout simplement, qui solidifia le serrage!

Le mystère fut résolu.

Du coup j’ai trouvé ce monde masculin, que constituent le garage et l’établi,  particulièrement merveilleux!

Tout y est clinquant (argenté, doré…),

utile,

varié,

prometteur…

J’ai redécouvert la débrouillardise de mon époux et son système de pots en verre vissés sur les étagères d’une vieille armoire en acajou ajustées au mur et tapissées d’outils, tous bien alignés,  en rangs de tailles décroissantes…

C’est bien mieux rangé que mon bureau!

L’été… je vis à l’heure masculine et je m’adonne au bricolage, au jardinage… je suis en nage!

Comme dirait ma belle-maman, quand elle goûte à un mets inhabituel: « ça change »!