Réfléchir sur trois fois rien, demeurer dans le léger pour ne pas s'abîmer dans le grave.

Articles tagués “blog

Virgola :

            Mon ex-collègue d’italien, Gwen, a toujours apprécié cette jeune artiste dont elle nous envoie les oeuvres délicates pour accompagner ses messages et je la remercie de m’avoir fait découvrir cette artiste sicilienne. VIRGINIA DI GIORGIO, qui signe ses oeuvres du surnom de son enfance, VIRGOLA (cf le blog emiliogarciavarona), est une jeune femme qui dessine une petite bonne femme (Coma) à la figure éligmatique parce qu’elle n’a que deux points en guise d’yeux. On peut donc leur prêter toutes les expressions !  Virginia agrémente ses croquis d’un élément collé issu de notre quotidien, un capuchon, un masque plié, une pelure de banane, des plumes et des petites choses improbables transformées en éléments de décor. La vidéo suivante est en italien seulement mais il est inutile de comprendre la présentatrice pour admirer Virginia à l’oeuvre et estimer la qualité de son travail!

Dans l’article The oldnowmagazine concerné on peut voir d’autres dessins amusants.

Et une présentation de Virginia en anglais, sur cette page-ci.

(POST SCRIPTUM : chez emiliogarciavarona, on découvre une très curieuse machine « la dernière Harley Davidson » ! LOL. Emilio est … un homme (un Italien ou un Espagnol… Point ne sais car il n’y a pas de véritable présentation ! Qu’est-ce que je déteste ça !) fan de Thierry Mugler, de belles pépés et de deux roues… A vous d’en découvrir plus! Ce serait bête de ne pas le signaler même si ces découvertes n’ont aucun rapport avec Virginia ! )


Planter sans devoir arroser…

Où en est ma plantation de coquelicots…

Pas aussi loin que je le voudrais… Je m’attaque aux orangés… Déjà 3 nuances de rouge utilisées… Mais je suis très loin du but escompté!

« Patience et longueur de temps… » Au moins là je suis seule responsable de mes points et je ne perturbe que moi ! Cette réflexion m’est inspirée par deux commentaires mal reçus par ceux à qui je les ai faits… Choisir ses mots est aussi difficile que choisir ses nuances de couleur… Surtout quand on voit peu ou pas du tout l’interlocuteur! Dans une conversation, les expressions faciales ou corporelles aident la compréhension des intentions d’autrui… Pas sûr le Net… Ou tout est flou finalement !


Toile 💻🧵🎞️

            Internet est une bibliothèque, une ludothèque, une vidéothèque… une étagère de produits qui me distraient et me cultivent. Je découvre beaucoup et je lâche aussitôt tout ce qui me déplaît dès que j’en prends conscience. Internet est une toile où je brode le fil de mes pensées, de mon savoir et la toile de conversations qui ne seront plus éphémères car fixées dans des serveurs… Les écrans deviennent comme les espaces de ma broderie, un espace palimpseste…

Que de temps passé à créer le mouvement de ces brins de réflexion…

            Un « ami internaute » s’est exclamé qu’il n’allait tout de même pas raconter la banalité de sa journée. Est-elle aussi banale qu’il le croit… ? Certaines gens à qui je parle de mes blogs me répliquent « Ah tu fais comme ces femmes qui prennent ce qu’elles mangent en photo. C’est sans intérêt » Et vlan! Une baffe de mépris sans même m’écouter expliquer la différence… Dans l’indifférence.

En cours de floraison…

            Répliquer qu’il n’est question d’aucune story, pas de TikTok toc toc, pas d’actu en tweet ni d’Instagram, ni de Facebook, (je ne fréquente les réseaux sociaux que dans mon groupe WhatsApp familial) est une perte de temps… Impossible de convaincre qui est déjà convaincu de votre petitesse, de votre simplicité, de votre insignifiance…

            » – De quoi est-il question dans cet article?

            – toujours de broderie finalement… et encore de « philosophie du quotidien » : écrire dans un blog, relire encore et encore pour laisser un tout petit récit riquiqui ou une poésie qui n’émeut que moi, lire sur la Toile les écrits des autres dans les blogs auxquels je me suis abonnée, y passer du temps, y poser deux mots , deux petits cailloux, par-ci par-là pour former un chemin mémoriel, croiser des connexions dans un pan de pensée, combler une vacuité dans mon intellect-gruyère, c’est combattre la vieillesse du cerveau, comprendre des tranches de vie pour mieux digérer les siennes… et broder cette étape actuelle … fleurir mon quotidien. Ecrire sur des… rien… POINT… mais jamais final.


J’irai « liker » dans mon jardin!

            Comme j’en avais assez d’entendre Papy H. crier après les « gens qui parlent à la télé », faisant entrer les polémistes de carrière dans notre salon et agitant mon âme de préoccupations stressantes… j’ai ouvert mon lecteur de WordPress afin de me promener sur les blogs auxquels je me suis abonnée et d’y lire les derniers écrits qui vont me donner à penser au moins toute une journée…

            Je commence par lire une belle tranche de vie chez Norbert... mais qu’il introduit par une allusion à une péripatéticienne et je n’ai pas compris pourquoi il se plaint de l’administration en parlant de ce type de femme… En quoi est-elle une prostituée? Pour moi elle est injuste, sourde et muette… comme une statue tant ses statuts sont éculés.

            Tentée de demander une explication pour ne pas mourir idiote, je me retiens in extremis sans trop savoir pourquoi… Je passe et découvre un dessin humoristique chez Gilles, que je like aussitôt mais dans la légende j’apprends que ce blogueur va lui aussi, comme le précédent, partir un certain temps, ce qui m’attriste : ça va forcément être moins intéressant sur la toile, sans eux. Je lui souhaite in petto de bien s’aérer en randonnée pédestre et je continue mon itinéraire virtuel… Comme, chez « Maman lyonnaise » j’avais vu la veille, une planche d’activités réalisée avec soin dont j’aurais bien aimé avoir eu l’idée quand Mininous, ma petite-fille, était bébé , je m’intéresse à tous les articles qui concernent bricolage et vie pratique alors je clique, ce matin, chez Carfax. Elle nous informe du fait que certains sachets de thé contiennent des substances nocives. Je l’en remercie aussitôt car elle m’a fait vérifier mes propres sachets de thé illico presto, pour mon plus grand soulagement…

            Ensuite je lis une biographie revisitée de Saint Patrick chez Jourdhumeur et y place une allusion à Bruel comme je l’avais fait la veille, dans une autre biographie du même faux saint homme tout aussi humoristique, celui de Mélie. On va penser que je suis une fan de ce chanteur mais bof… pas plus que cela, en fait.

            Puis je clique, en bas dudit article, sur un avatar que je n’avais pas vu auparavant. C’est une belle dame. Depuis son Gravatar j’arrive sur son blog et sa page de présentation.

fleurs du jardin en mars

            Wouaw! non seulement cette femme est belle, Européenne francophone, mais encore c’est une lettreuse (oui je joue de l’homophone maintenant que je suis à la retraite et que je refais du pipeau) … Elle a un bagage littéraire long comme le bras et se présente comme autrice, poétesse, universitaire… N’en jetons plus la cour est pleine! Je perds aussitôt le désir d’en découvrir plus du fait du ton professoral ; j’ai déjà donné dans cette activité qui ne me passionne plus du tout. Toute ma vie durant jusqu’ici, j’ai apprécié les études et admiré les capacités intellectuelles. Très fière des très longues études faites par mes enfants et leurs conjoints, bien plus encore que de mon parcours personnel, je privilégie désormais la santé et le « savoir être heureux » sur le savoir tout court.

            A un certain âge, surtout à un âge certain, le bagage intellectuel, c’est comme la beauté : ceux qui l’ont eue jeunes et ceux qui ne l’ont jamais eue sont le plus souvent à égalité! Nous sommes comme ces violettes et ces marguerites… à côté les unes des autres parfois similaires mais pas vraiment semblables! Dans la blogosphère, le lecteur butine et se pose sur les corolles (tranquille puisqu’il le peut sans risquer la corona), certaines n’ont que quelques pétales avec un coeur protégé d’autres sont de belles plantes aux dizaines de pétales et offent leur large capitule de blonde aux yeux clairs ! (Il semblerait qu’en botanique un capitule soit plus complexe qu’un pistil parce qu’une inflorescence de plusieurs petites fleurs! La marguerite est donc une poupée russe, une matriochka! Cela sied à merveille à ma Roumaine de rencontre!).

            Ce sont toutes des fleurs et on pourrait les croire toutes autant estimables, ou les espérer telles… mais moi, je n’ai rien à vendre, ici, tandis que la dame fait la publicité de ses livres. Je parle pour le plaisir de parler, loquace bavarde… et je me parle à moi-même avant tout. Voyez ces plants de fleurs des champs, dans mon jardin, ce matin :

On voit bien que les violettes se ressemblent mais elles sont déjà de deux couleurs différentes… et pourtant elles poussent dans le même mètre carré et forcément la même terre ! Si on donne comme critère d’estime le nombre de pétales ou la couleur… la marguerite l’emporte sur elles mais dès que le pissenlit situé tout près fleurira… c’est lui qui gagnera l’intérêt du lecteur d’image ! Il aura plus de pétales et une couleur bien pétante sans compter qu’il deviendra un envol de mini-montgolfières, ses akènes légers, au moindre souffle d’air! Bref…

il n’y a pas de concours! Avec ou sans diplôme, si on écrit avec le coeur, la lecture émeut, arrête, résonne… vous entendez, Norbert?

            Moi je ne suis qu’une véronique, c’est ridiculement petit à côté de toutes ces belles fleurs (et on n’évoque même pas ici la rose ou l’orchidée!) et c’est tout simple, une véro, avec ses 4 pétales dans moins d’un demi-centimètre carré…

            Bref… je me sens trop simplette en comparaison de toutes ces plantes luxuriantes. Je vous ai soûlés avec des « prénoms » de blogueurs bien que je ne sois pas du tout certaine que ce soit le leur car il est souvent trop difficile de trouver une présentation claire d’un webmestre, un vrai prénom et non une dénomination humoristique lancée par un blagueur comparse… dans la mesure où beaucoup de ceux que j’apprécie sont « mestres » d’humour!

            Désormais, par humilité, je « likerai » dans mon jardin et jai désactivé les likes sur mes deux blogs de crainte d’y voir apparaître des matriochkas commerçantes se servant de moi comme d’un tremplin! Si mes propos vous plaisent, daignez dire trois mots en commentaire et si ces trois mots ne doivent pas apparaître publiquement, informez-m’en, SVP et… si vous pouviez signer de votre prénom, ça me clarifierait le ciboulot et me ferait bien plaisir. Je ferai de même chez vous.

           


Merci Alice!

Le 8 octobre 2013 j’écrivais :

Je viens de « refaire la connaissance » d’une belle personne.

J’ignore son visage, son vrai nom, qui elle est vraiment… Mais  je sais qu’elle est humainement une personne estimable.

C’est une jeune femme qui écrit un blog plein de sensibilité. Ses textes démontrent que ses valeurs  s’apparentent aux miennes alors que plus de trente ans nous séparent…

Je veux vous parler de la webmestre du blog SUPER HEROS ET BAGUETTES MAGIQUES.

Sans me connaître, elle m’a accordé de relire  l’un de ses textes, celui qui m’avait intéressée en 2010!

AliceWonderland

(voici  l’article que je consacrais à un recueil de nouvelles qui était à la mode à cette époque-là, quand j’ai découvert The Host de S.Meyer).

Elle avait supprimé cet article de son blog et m’a pourtant répondu sans délai.

Une belle personne, vous dis-je!

On n’a pas si souvent l’occasion de recevoir plus qu’on ne donne…

Et j’ai encore une fois l’opportunité de me réjouir de l’existence d’un « pont entre les générations », celui que nous symbolisons toutes les deux.

Merci Alice!

Mise à Jour du 08 juillet 2022 :  Le blog ancien d’Alice existe toujours même si elle n’écrit plus dedans (désormais les gens écrivent plutôt dans Instagram) , alors je laisse cet article dans le mien.


FLORES : Schlumbergera

Comme ces cactées, appelées (au XIXème siècle, par le botaniste  français Lemaire  des Sclumbergeras en l’honneur d’un collectionneur de cactées et qui appartiennent aux plantes dites « succulentes » (euh… je n’ai  goûté que leur beauté simple!) mettent du soleil dans notre intérieur, les sites qui me plaisent illuminent mon esprit et guident ma pensée.

Voici des corolles qui ressemblent aux explosions sur le soleil:

fev 154fev 149

Quelqu’un a reblogué un de mes articles…

Cela m’a fait tout drôle d’aller me lire ailleurs, au milieu des articles d’un autre… Je ne sais toujours pas si ça me fait plaisir ou pas. J’ai donc essayé de trouver une ligne de conduite…

J’en suis arrivée à constater que je renvoie volontiers  mes lecteurs vers des sites qui m’ont remplie de respect et d’admiration (Chez Véra),  qui m’ont amusée   et dont le domaine m’a paru si esthétique (chez Herman), qui me  font  toujours réfléchir   (chez Elisabeth), qui m’ont épatée par leur projet (chez Cat)… vers des personnes qui m’ont touchée, qui ont du goût  et dont la culture est grande et variée.

Mes abonnements sont d’une grande diversité… ils représentent la polyphonie de mes goûts. Ils figurent en bas des pages et des articles.

Mes commentaires sur les autres blogs peuvent voisiner parfois avec des personnes qui me laissent effarées par leur profil (comme cette dame qui se décrit à la façon d’un portrait de  site de rencontres!) ou au contraire admirative.

C’est la diversité de la foule. Sa richesse aussi.  Chez les autres je ne suis qu’une parmi tant de passants.

Chez moi, peu de passage et moi d’abord. Egocentrisme? sans aucun doute. Narcissisme, c’est certain…

Mais  avant tout: Réflexion, Pause, Reprise d’un vécu ici capturé pour un temps… Progression… Ressentis.

Ici, c’est d’abord mon salon et je l’orne de mes découvertes, celles qui me paraissent « trop belles », comme diraient mes collégiens!

Je n’y invite que des personnes qui m’ont été  sympathiques, que je pense des plus  cultivées ou qui ont de l’esprit… des personnes qui me sont  agréables… Sont-elles vraies? Il m’a semblé. Et si  je me suis trompée dans mes choix… Tant pis.  Se tromper  n’est pas si grave au fond.

Je ne veux  pas installer ici ce que l’on ne m’a pas offert, à moi, précisément.

maximaflora

petitjardind'intérieur lesgrassesenfleur

fev 153Les Sclumbergeras  sont donc bien des cactus de Noël comme me l’a dit Véra.

Elles se ferment le soir! On ne peut mieux voir ainsi le temps s’écouler. Elles vont se coucher aussi tôt que moi.