Réfléchir sur trois fois rien, demeurer dans le léger pour ne pas s'abßmer dans le grave.

Un drama vaut largement un Dumas

            Dans mon enfance, assez tĂŽt et pour toujours, les Dumas nourrirent mon imaginaiređŸ‘©â€đŸ« et dans ma vieillesse🧓 je retrouve tout Dumas (et tellement plus) dans les dramas :

            Peu m’importa quand j’appris que Dumas avait engagĂ© des rĂ©dacteurs pour enrichir sa production. Je ne changeai pas d’avis : le roman d’action, qu’il soit rĂ©aliste ou fantastique, policier ou de Science Fiction… đŸ€ș🧚🧝🧙🩾quel qu’il fĂ»t, m’apporterait toujours des heures d’un plaisir souvent renouvelĂ© par la relecture. đŸ‘©â€đŸ’»

            D’Artagnan đŸ—Ąïžâšœïžâš”ïžđŸ€șaimera Ă©ternellement Constance❀, mĂȘme en l’ayant trahie avec Milady (Ă  laquelle, je le rappelle, pour l’avoir dĂ©jĂ  Ă©crit ailleurs, il manque une dent « sous l’oeillĂšre gauche » alors qu’il m’en manque une Ă  droite!! Ah ah ah!) et elle mourra sans cesse dans ses bras au moment de leurs retrouvailles! Destin et destinĂ©es… Idem dans les dramas :

            Les dramas ont des scĂ©naristes retors qui font languir le spectateur pendant 12 Ă  seize Ă©pisodes de 60 minutes et plus (et parfois mĂȘme 53, comme dans Secret garden ou Empress Ki) pour rĂ©unir les deux hĂ©ros rĂ©chappĂ©s d’un triangle amoureux ou deux! Ci-dessus vous constatez le romantisme du serment d’amour Ă©ternel 💘scellĂ© par la bague en fleur 🧎. Remarquez la scĂšne oĂč l’un des amoureux embrasse l’autre lovĂ© /e contre son dos en un long cĂąlin confiant , comme dans A TALE OF NOKDU (on s’embrasse peu dans ces feuilletons corĂ©ens et la camĂ©ra ne va jamais ou presque au lit, sauf dans NEVERTHELESS qui fut le plus olĂ© olĂ© que j’ai vu dans le genre du drama… Mais pas si osĂ© que ça au regard des moindres productions issues d’autres pays.).

            Les amoureux se doivent d’abord de s’apprivoiser, de s’approcher longuement et lentement, de se rejoindre et se quitter plusieurs fois avant d’enfin marcher du mĂȘme pas et dans plusieurs sĂ©ries, la scĂšne dure ses trois longues minutes. :

            Ils ont aussi des rĂ©alisateurs qui paufinent les images et nous emmĂšnent dans les plus beaux paysages de CorĂ©e oĂč le personnage tombe en rĂ©flexion sur son devenir et celui de son couple :

            L’humour est toujours au rendez-vous :

            Le portable đŸ€łest dĂ©sormais un personnage de l’action! Il ment, dĂ©nonce, affole, relie les amoureux la nuit jusqu’Ă  ce que, le tenant comme un trĂ©sor, chacun s’endorme en le reposant sur sa joue aprĂšs d’interminables confidences…

            Beaucoup de ces photos sont extraites des trois derniers que je viens d’enchaĂźner :

            CHOCOLATE (lien Netflix) đŸ«

            Un docteur et une cuisiniĂšre se sont rencontrĂ©s quand ils avaient une dizaine d’annĂ©es. Ils grandissent liĂ©s par un destin commun en se croisant, se retrouvant, se repoussant, au grĂ© des malheurs qui les marquent et perturbent irrĂ©mĂ©diablement.

            On trouve ici les topois du genre (les scĂšnes classiques) : le triangle amoureux, l’amour de jeunesse, la famille nocive, l’Ă©volution des mĂ©chantes gens, les secrets de famille, les trahisons d’amis malintentionnĂ©s, la vie des riches avec leur lutte intrafamiliale pour leur patrimoine, la dure condition des pauvres…

            Mais tant d’autres thĂšmes sont abordĂ©s tels que la relation entre cousins germains, le burn out des soignants comme celui des intellectuels, la cuisine qui soigne l’esprit comme le corps🍜🍛🍰🍚, l’individu original de la famille difficile Ă  supporter, la mĂšre dĂ©naturĂ©e, l’amour d’un animal familier🐕 le veuvage, le divorce … la poterieđŸș comme thĂ©rapie et surtout la fin de vie des personnes condamnĂ©es par une maladie incurable… Le message restant celui d’un carrĂ© de chocolat qui peut compenser une tristesse đŸ«(mais ils n’abusent pas de ce symbole).

            FIND ME IN YOUR MEMORY (lien Netflix)

            Entre une actrice et un prĂ©sentateur de tĂ©lĂ©vision un lien dont il n’ont pas connaissance les amĂšne Ă  se rencontrerđŸ‘«, se dĂ©chirer et hĂ©siter Ă  s’unir.đŸ€”đŸ‘°

            Les thĂšmes traitĂ©s sont d’abord la mĂ©moire car le prĂ©sentateur est hypermnĂ©sique alors que l’actrice a perdu la mĂ©moire 🧀aprĂšs un choc psychologique. L’amour fraternel qui lie la belle hĂ©roĂŻne et sa soeur, son manager, est admirable. Les deux filles sont opposĂ©es par le physique et le caractĂšre. Du coup les amours de l’une font Ă©cho Ă  celles de l’autre , comme dans le Bourgeois gentilhomme de MoliĂšre! Le couple B aide Ă  dĂ©samorcer la tension crĂ©Ă©e par le couple A. Le thĂšme des paparazzis đŸ—žïžet celui du mĂ©decin ignobleđŸ©ș qui veut tirer de la gloire du fait d’avoir dĂ©couvert et soignĂ© un « cas rare » puis qui finit par porter atteinte Ă  la santĂ© de son patient afin de monnayer son bouquin et de vĂ©rifier sa thĂ©orie erronĂ©e sur ce cas est particuliĂšrement original.

            ARTHDAL CHRONICLES (lien Netflix)

            Changement de style avec ce feuilleton qui est une dystopie, du fantastique se situant dans une Ă©poque prĂ©historique mythique👣 au pays d’Arth longĂ© par le pays d’Iark et celui des montagnes blanches. Des ĂȘtres surhumains, au sang bleu, ont Ă©tĂ© pratiquement exterminĂ©s (ben oui… trente bonshommes peuvent vaincre un seul surhomme) par les peuplades d’Arth dans le but de s’approprier le pays entier, raison pour laquelle ils vont aussi soumettre les habitants d’Iark dont les deux hĂ©ros, la fille de la prĂȘtresse 🧖 et un Iguru 🩾(un mĂ©tis, au sang violet qui a plus de forces qu’un humain au sang rouge ).

            On y trouve les thĂšmes des frĂšres jumeaux đŸ€Œaussi dissemblables que possible dans leur caractĂšre profond, celui des malĂ©dictions et du destin, celui du pouvoir et des compromissions, celui des brutes se rachetant sur le tard, l’amour bien sĂ»r, le triangle amoureux, les trahisons de ses parents ou de ses enfants… et les racismes ancestraux.

            Une deuxiĂšme saison de ce feuilleton rĂ©cent est en prĂ©paration et tant mieux car Song Joong-ki qui joue les jumeaux , Jang Dong-gun et Kim Ji-won m’ont fidĂ©lisĂ©e.

            Et je n’ai pas parlĂ© des costumes et des coloris du dĂ©cor qui sont d’une finesse, assortis magistralement, Ă©lĂ©gamment… Un festival pour les yeux.

            Conclusion : alors oui, le rythme narratif est gĂ©nĂ©ralement lent, oui la dĂ©finition de l’image n’est pas celle des feuilletons europĂ©ens ou amĂ©ricains… oui j’ai mĂȘme entendu une jeune femme me faire taire en affirmant pĂ©remptoirement ( ! ) que ces rĂ©cits sont « culcul la praline » … Moi j’affirme que les dramas sont des feuilletons d’action qui ont une dimension mythique, comme les Dumas et bien plus encore, du fait du choc des images. Que l’on ne vienne pas me dire qu’elles ne sont que la copie des webtoons correspondants ( je n’en lis pas) ou qu’en tant qu’adaptations elles rĂ©duisent l’imaginaire car il n’en est rien… Ou alors c’est qu’on a toujours manquĂ© d’imagination!

Publicité

3 RĂ©ponses

  1. haha c’est mon pseudo depuis tellement d’annĂ©es qu’en rĂ©alitĂ© je ne pense jamais Ă  me prĂ©senter avec mon « vrai » prĂ©nom sur le net. en rĂ©alitĂ©, mon pseudo vient de la littĂ©rature et non pas des jeux vidĂ©os 😉
    mon vrai prĂ©nom est Virginie. je ne l’aime pas. tant pis.
    passe un bon jeudi et Ă  bientĂŽt!

    31 mars 2022 Ă  8 h 29 min

  2. TrĂšs bien, merci. Tu ne veux toujours pas me dire ton prĂ©nom ! ? Dommage. Je vais te donner un pseudo… Hummmm… Yuna ou Leewon… J’ignore leur sens mais j’aimerais bien m’adresser Ă  quelqu’un qui ne s’appelle pas Carfax Ă  cause des sonoritĂ©s qui me paraissent satiriques. Ça fait personnage de jeu vidĂ©o… Bon alors Yuna, j’espĂšre que tu vas bien toi aussi et je te souhaite un bon jeudi!

    30 mars 2022 Ă  17 h 58 min

  3. bonjour, comment vas tu? j’adore le titre de ton article! j’ai vu Arthdal et j’ai adorĂ©. la suite devrait etre tournĂ©e cette annĂ©e. j’ai hate! passe un bon mercredi et Ă  bientĂŽt!

    30 mars 2022 Ă  17 h 45 min

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s