Réfléchir sur trois fois rien, demeurer dans le léger pour ne pas s'abîmer dans le grave.

Articles tagués “philosophie

Néo fait sa vie tant bien que mal…

Son cancer de la peau évolue malheureusement.

Il faut le pousser à manger  pour qu’il n’oublie pas de bien se nourrir. Il a déjà perdu 600 grammes de son poids d’il y a un an…

Les deux boules de peau les plus grosses sont comme des noix et il n’aime pas trop qu’on les touche…

Néanmoins il mène sa vie en suspens sans donner l’impression de souffrir… Qu’en est-il vraiment, nous ne le savons pas.

Nous profitons des jours de sursis avec reconnaissance pour ce hasard… qui nous l’a condamné mais qui nous le laisse quelques temps encore.

 


Bévue… ou pas.

Ayant donné à lire à mes ados de quatrième ANIBAL d’Anne Bragance, qui dormait dans notre armoire du C.D.I., j’avais pris la peine de faire écrire un mot pour les parents, disant en substance: ce livre vaut bien mieux que le vocabulaire  très familier et même souvent grossier dans lequel il a été écrit « pour faire jeune »…

AnibaldAnneBragance

Mais j’avais complètement oublié la page 27 où le petit héros de douze ans voit, par la fenêtre comme le voyeur qu’il devient, son chauffeur de maître avoir des relations physiques avec la dame que ce dernier lui avait présentée comme une cousine!

La description de la scène est crue et je n’ai pas envie de citer les termes comparant les bijoux de famille à un plantoir… car je dois finalement reconnaître ici que je suis prude par choix. Je n’apprécie pas les mots trop nets, trop bêtement concrets que j’estime bien masculins.

J’appelle pourtant volontiers « un chat un chat » (amusant de la part de quelqu’un qui ne parlait ces jours-ci que de Néo, non?) et certains cours où j’ai abordé tel ou tel terme  ont déjà bien fait rougir mes petits alors que ce n’était pas le but (Par exemple lorsque j’explique, avec des mots choisis évidemment, certaines insultes que les gosses emploient sans cesse sans en comprendre le sens exact alors qu’ils en ont perçu l’aspect insultant et en usent « à l’aveugle ».)

Mais je ne cours pas après (et souvent même je fuis)   les images ou les textes qui évoquent trop les scènes intimes, dont la mention  me gêne en public (pour le privé… ça ne regarde que moi).  Là je vais citer des blogs auxquels je suis abonnée. Cliquez sur  leurs  liens situés tout en bas de ma page de blog.

Ainsi je n’ai pas  cliqué  sur « like » dans un article de Phédrienne qui contient une poésie, magnifique certes par ce vocabulaire riche et expressif qui la caractérise, une poésie que j’ai estimée  trop « mouillée », trop érotique à mon sens et par là-même trop personnelle… et je suis restée à la porte.

De même le langage très  créatif de la Pastille (qui ressemble beaucoup à celui qu’emploie Anne Bragance dans cet ouvrage) devient parfois excessivement grivois, comme lorsqu’elle nous montre ses draps mais dans cet article-là j’ai bien perçu l’humour et  le double  (triple et quadruple parfois) sens (à ce stade cela devient de l’art!) et j’ai cliqué sur « like » pour le premier sens seulement… car je professe qu’on peut apprécier les gens même, (et surtout… parfois), lorsqu’ils sont très différents de nous ou que nos avis divergent.

Il y a aussi Ben le graphiste avec sa cyclope aux allures ambigües… Certains de ses gifs sont à qualifier de coquins mais c’est un homme et ce type d’allusions me paraît pardonnable en conséquence.

Chez le papa de Mister Bowie, je n’ai pas cliqué sur un extrait de chanson car mettre un « like » là m’aurait paru inconvenant de ma part. Mais je n’ai pas changé d’avis sur son blog que je trouve formidable.

J’en arrive à parler des blogs qui viennent sur mes propres articles et s’y inscrivent en plaçant un « like » qui me dérange lorsque je découvre que sur leur site il y a des contenus grivois ou plus contestables encore. Je ne peux rien y faire et j’espère que l’on ne me confondra pas avec leurs auteurs. Il faut les ignorer.

De même je ne peux pas lire correctement les sites qui comprennent des vidéos nombreuses  et je ne les fréquente pas beaucoup car le hasard des publicités amène forcément, à un moment donné, la vue de contenus trop critiquables.  (Youtube est le piège absolu pour cela. J »ai détruit la chaîne youtube que j’avais sur laquelle je faisais entendre ma voix, où je montrais Néo et où je prenais volontiers des accents divers pour raconter des blagues, ce que j’adore faire car je suis peut-être prude mais vraiment pas d’une fréquentation désespérante! Loin s’en faut.) Pour cette raison je ne m’abonne pas à certains blogs car mon PC est trop vieillot et il faut un temps infini pour que les vidéos se téléchargent… Donc je demande pardon à Prunelles  et à Candice57 pour son blog d ‘humeurs (car je fréquente assidûment celui de photographies) mais je ne peux presque pas voir leurs blogs et je n’ai pas la patience nécessaire, ni le temps principalement,  pour attendre dans le but de placer un » like ».

Ainsi me voici avec une lecture que j’ai imposée et des parents qui vont forcément se plaindre alors que la télévision est déjà un réservoir de femmes nues vantant des yaourts ou des crèmes ou des automobiles!

Non, je ne me suis pas éloignée de mon propos principal: les contenus trop crus.

Que trouve-ton de valable dans ce roman destiné à la  jeunesse? Que vais-je pouvoir répondre à ces parents scandalisés qui n’auront pas lu ce petit roman  alors qu’il vaut bien mieux que son langage ou sa page 27?

Tout d’abord les thèmes de l’adoption,  la fugue ,  les figures de la mère et du père, la maladie…

Edgar, dit Sweetie, le héros est un passionné de jardinage. Le livre cite un nombre incalculable d’espèces végétales.

Cet enfant doit être soit autiste, soit trisomique, soit si mauvais élève  (ou surdoué!) qu’il déçoit son père et les rapports qui se délitent avec cet homme sont à discuter en cours, de même que la solitude dans laquelle les parents très riches laissent leurs enfants aux « bons » soins d’un personnel qui se moque d’eux… or le petit frère adopté est asthmatique!

Le caractère daté de l’oeuvre est intéressant aussi. Gérard Depardieu y est appelé Legrandieu, l’acteur  fait un faux qui nous  permettra de parler des enfants qui imitent la signature de leurs parents ou copient. On abordera la fameuse réflexion des fins et des moyens au niveau collégien!

Quelques citations:

P. 9: «  Les acteurs, vaut mieux les voir en image; en chair et en os, ils sont comme les autres avec des défauts qui vous sautent aux yeux… »

P.12: « Moi je préfère me taire. »

p. 16: « Le malheur, c’est que j’aimais pas jouer. J’ai jamais aimé. »

p. 17: « Il fait toujours beau, ou presque, et la végétation change jamais, c’est luxueux, luxuriant, à force vous vous ennuyez. » (sur la Côte d’Azur)

p 18: « On avait une vieille voisine très calée, dans mon cœur je l’appelais « la reine de l’Eden » pour la bonne raison que, chaque fois que je franchissais le seuil de son petit domaine, je croyais entrer au paradis. »

p. 19 « Il paraît que les fleurs sont les cris de douleur des plantes, rien d’autre. »

p. 19: violence du père qui fait passer l’enfant par la baie vitrée «  cela fait presque 4 ans. » p. 20.

P; 20 « Elle parle pour nous deux et elle se persuade que je suis d’accord. »

P. 21 La copie du mauvais élève qui répond par un pirouette de fainéant au professeur de maths qui demande de faire une démonstration: « C’est un carré, croyez-moi sur parole. »

Son père l’appelle « crétin… inadapté… laissé-pour-compte… un légume » p. 22 et encore « taré » , P. 29 « un demeuré »… etc.

p. 24 « Alors je me suis mis à hurler. C’est le moyen le plus convaincant que j’ai trouvé sur le moment… »

p. 30 « Mathilde, c’est pas difficile, elle se met en congé de cuisine sitôt qu’elle n’a que moi à servir. »

P.33 « L’Inca ça lui a fait ni fou ni fa, on a pas vu l’ombre d’un tressaillement de sourire sur sa bouille d’empaffé…. un morveux de cinq ans. » suit le portrait du petit péruvien p. 34. (Je ne connaissais pas l’expression « ni fou ni fa »!)

p. 40 « ce type, c’est du silence comme jamais j’ai entendu, du silence 28 carats. »

p. 40 « il faut qu’elle glisse ses petites fientes érudites. » dit-il de sa mère.

p.42 « Mais allez intéresser un prof à ce qui vous tient à cœur, autant rêver d’arrêter un T.G.V. Lancé à pleine vitesse. »

p. 47  Anibal  » rit pas davantage qu’une porte scellée par huissier. »

p. 48 « La princesse Struzzi… imbattable question jardin. » Il s’agit d’une journaliste dans un magazine.

P. 49 « Les parents vous déçoivent jamais. Ils sortent toujours l’ânerie qu’on attend. »

‘P. 51 « J’ai débranché l’Inca. » affirme Sweetie qui a mis des boules Quies à son frère pour que le professeur de français lui fiche la paix.

p. 52-53 « Les yeux d’un enfant qui grandit, c’est comme le bassin du docteur Chevalier, peu à peu l’eau tourne, elle devient trouble, on peut même plus se voir dedans… J’ai repéré les responsables, les mots.. Ces sales pierres de la connaissance. » L’auteure doit vouloir parler de la prime enfance… sinon je suis en total désaccord avec elle sur ce point!

p. 56 « Les gens qui vous ont dans le nez savent très bien où et comment il faut frapper. »

p. 57 « Le défaut de la vérité est qu’elle est pas vraisemblable. »

P. 57: Sweetie se raconte une histoire pendant que son père le dispute.

p.58 « Je mets des boules Quies chaque fois qu’on me force à dîner avec les invités. »

p. 59 « Je suis moche que c’est une pitié. Mes parents ils m’ont raté. »

p. 59 « Chacun a sa liberté dans sa tête, à l’intérieur on est tous peinards. Avoir une pensée à soi que même pas le pape, même pas l’extralucide avec sa boule peut deviner, c’est vachement chouette. Surtout quand on est coupable et qu’on attend le châtiment. »

p. 61 Il parle du  docteur spécialiste pour « soigner les fêlés » qui vient l’examiner.

p. 63 «… je vais devenir « une tante » à cause que j’aime tant les fleurs. » affirme son père.

p. 64 L’épisode du « docteur pour les dingues » qui est comique parce que l’enfant dessine des fleurs, ce qui n’intéresse pas  du tout le spécialiste.

p. 65 Ses références pour fuguer sont: Aimé Bonfland et Raffenau-Delille.

p. 66 Il pense à rédiger ses « desiderata posthumes » pour répartir ses plantes chez des mais et il  pratique  l’art topiaire!

p. 70 Il reçoit de la part d’Hugues une gifle qui l’envoie « valser à trois mètres » parce que son frère s’est fait mal en l’aidant à construire un mur.

p. 74 Il joue avec son frère et précise: « vous pouvez pas lui parler mais il suffit de lui montrer, il comprend illico. »

p. 76 Il fait des cauchemars terribles. p. 77  compose avec les remarques toujours critiques de son ange gardien « Seccotine », qui  le coupe dans ses élans.

p. 81 A la suite de la crise d’asthme d’Anibal, il commence à l’appeler « mon frère ».

p. 86 Il parle de son frère en disant que ses parents sont tombés « sur un mec qu’était pas sous garantie. »

p. 87 « Même les fleurs, elles souffrent si vous les arrachez à leur milieu d’origine. »

p. 90 le docteur de famille lui donne un livre sur les Incas, qu’il apprend par coeur.

p. 92 Legrandieu claironne qu’Edgar sera un jour « l’émule de Lenôtre et Vilmorin. »

p. 93-94 Legrandieu imite la signature du père.

p. 97 Sweetie a les larmes aux yeux d’avoir été appelé par son prénom par Anibal.

p. 97 « J’aime bien les bouquins, vous les prenez, vous les laissez, ils sont pas susceptibles, ils vous en veulent pas. »

p.99 « Les Espagnols, soi-disant qu’ils étaient venus avec des gueules d’évangile pour apporter la bonne parole et apprendre aux sauvages que le Christ existait…. Le crime n’a pas de nationalité. » (Euh moi… je n’ai absolument rien contre les Espagnols! Qu’on se le dise!) Cette remarque  concerne l’extermination perpétrée par des colonisateurs venus apporter la civilisation.

p. 101 « c’était la jalousie qui me faisait déraisonner…. Aujourd’hui, au contraire, on adopte les enfants du « tiers-monde » pour leur plus grand bien. »

p. 102 « D’après lui mon frère est une « sentinelle ». » du fait de son asthme.

p. 104-5 Il s’occupe de son frère comme de ses plantes, avec délicatesse.

p. 107 « La patience, ils connaissent que ça, là-bas au Pérou. »

p. 108 à 110 la « méga » crise  d’asthme qui l’oblige à fabriquer une offrande à la Péruvienne Pachamama et à déraciner les deux-tiers des plantations du jardin dont il s’occupait avec amour… en vain.

p. 118 « A Paris, le métier des gens c’est d’avoir des idées. »

p. 127 Il reconnaît « Moi aussi je me suis attaché. » en parlant d’Anibal.

p. 128 Il raconte des contes à son frère et lui parle des chasquis péruviens, les messagers de l’Inca.

p. 130 Le père parle à la mère de « ses  deux dégénérés ».

p. 131-132 Le père apprend l’histoire de la lettre. p. 133 Edgar est le kiné de son frère!

P 135 « Les promesses que je fais à mon frère, y a rien de plus sacré. » Il lui parle des Incas puis envisage de le ramener au Pérou. Ils fuguent.

p. 157 Ils tombent sur des racistes qui les repoussent puis les agressent ensuite sur la famille loufoque de la Mamé enfin sur le pharmacien qui les dénonce et les gendarmes qui s’amadouent.

p. 165 « Les champions, c’est une sacré engeance: avant d’être champions, ils rêvent qu’ils sont champions, et quand ils sont plus champions, ils rêvent qu’ils ont été champions. »

p. 166 « Des fois, même si le cadeau pèse plus qu’un bourricot mort, vous pouvez pas refuser. »

Post Scriptum: J’avais donné à lire cet ouvrage avant les vacances et ensuite montré des extraits du film qui concerne Hannibal en latin… L’un des ados m’a signalé « une erreur » quand j’ai écrit correctement le nom du général au tableau! Une réédition de ce que produit  le parfum « poême » qui vient tromper mes apprentis poètes quand ils écrivent le mot  » poème »!


Ici et là, des malheurs…

A première vue « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes »…

here

Mais en fait on aperçoit à l’horizon, à droite,  des nuées produites par l’industrie de l’homme à vingt kilomètres de chez moi…

icietailleurs

Elles m’évoquent aujourd’hui les noirceurs  funestes  jaillies de la volonté des individus  en  guerre contre l’humanité, qui s’attaquent aux gens placides, au cœur de leur vie paisible…

faraway

J’ai une prière à dire pour tous ceux qui souffrent du fait de l’homme… mais aussi du fait des catastrophes naturelles.

 

 

Des explosions et des tremblements de terre viennent d’agiter la terre… et pourtant un autre jour va se lever, la terre ne va pas s’arrêter de tourner…

 

Dans l’aurore nouvelle, quelques pensées pour les personnes dans le malheur du fait de la violence d’autrui ou de celle des éléments naturels… C’est tout ce que je peux faire.

lejourselève

Ce n’est pas mon rôle de prendre un autre parti que celui des victimes. Je ne suis pas politicienne, je n’en ai pas les capacités…

 

Mais en tant que citoyenne et parce que je tente de vivre en réfléchissant un peu… je me dois de signaler que je ne m’associe à aucun système de pensées qui puisse prôner la violence physique.

 

 

Et en tant qu’être humain, je ne peux que déplorer notre impuissance face aux éléments naturels que tous les progrès actuels ne nous permettent toujours pas de combattre.

Il reste juste… la tristesse. Retournons au jardin de Candide.

tristesse


Jamais contents:

Horace disait déjà dans sa satire I du livre I:

« D’ou vient, Mécèneun ciel de mars,

que nul ne vit content de sa condition,

soit que la raison la lui ait faite,

soit que la destinée la lui ait jetée,

et qu’il vante celle des autres? »

On croit toujours que l’herbe est plus verte dans le jardin du voisin…

alors que chez soi… tout ne va pas si mal…

Ou du moins pas plus mal qu’ailleurs!


Ce beau poème de Véra me plaît infiniment et elle m’a permis de vous le faire lire:

choixfinal1

Merci, Poétesse amie, de ta confiance et de ce cadeau.