R√©fl√©chir sur trois fois rien, demeurer dans le l√©ger pour ne pas s'ab√ģmer dans le grave.

Comme la plume au ventūüź¶

¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† En prenant cette photo dans mon jardin, je t√Ęchais de montrer les reflets de bleu qui signalent l’ancien propri√©taire de ces plumes, un geai sans doute… Pennes ou r√©miges, simples tectrices, je ne sais… Leurs barbules oscillaient dans un souffle l√©ger d’air tendre… Et tandis que leurs aubes tricolores, dans une g√©om√©trie inextricable, se raidissaient sous mon regard, les quelques barbules affol√©s en pied de calame r√©digeaient un po√®me imaginaire…

Surgit l’air dans ma t√™te puis √† mes l√®vres fredonnantes… Un trio v√©ritablement lyrique vint au secours de ma m√©moire d√©faillante… puis un chanteur d’op√©rette que j’affectionne pour ses violettes Imp√©riales…

¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬†¬† Ainsi Verdi ne pensait ici qu’√† l’inconstance f√©minine et son pr√©tendu caract√®re inh√©rent, « √™tre volage » (voici les paroles : Comme la plume au vent
Femme est volage
Est bien peu sage – qui s’y fie un instant.
Tout en elle est menteur,
Tout est frivole,
C’est chose folle – que lui livrer son cŇďur
Femme varie, femme varie,
Fol qui s’y fie – un seul instant
Comme la plume au vent
Femme est volage
Est bien peu sage – qui s’y fie un instant.
Trompé par leurs doux yeux,
J’ai l’air d’y croire,
Bornant ma gloire Рà tromper encore mieux.
Femme varie, femme varie,
Fol qui s’y fie – un seul instant.

et un autre interpr√®te chez OLYRIX ). Moi, je connais plusieurs hommes qui ont fait pondre dans plus d’un nid mais aucune femme ayant cr√©√© plus d’une famille… C’est pourquoi ces PLUMES ne m’√©voquent qu’un vol lib√©r√© des pesanteurs de l’√Ęme vivante… En cons√©quence je ne citerai pas C√©line Dion et sa si belle chanson d’√Ęme-plume, car je veux croire que cet oiseau vole toujours d’arbre en arbre… LIBRE et lib√©r√©… Je me pose finalement chez Patricia Janeńćkov√°… mais l√†… ne suis-je pas manipul√©e par les algorithmes (√† toujours √©crire sans y selon le CNRTL) et les bien-penseurs donneurs de le√ßons… ? Ne voulant plus en donner √† personne ni en recevoir… je ne mets pas de vid√©o. Que chacun s’envole o√Ļ il veut.

Publicité

2 Réponses

  1. En introduction de mon commentaire je précise que je ne partage rien de ce qui est dit au sujet des femmes, dans les paroles de Rigoletto.
    Pour le surplus, je ne savais pas, qu’√† part dans les soir√©es arros√©es auxquelles j’ai particip√© dans ma jeunesse, la version fran√ßaise √©tait chant√©e par de grandes voix. Albert Lance est parfait dans son interpr√©tation mais… oui mais… j’ai du mal √† supporter tout ce qui est traduit dans un op√©ra. Je n’oblige personne √† me suivre !

    J’en reste donc √† ‘la donna √® mobile’ et crie bien fort: Pavarotti, REVIENS! (Domingo et Carreras aussi, bien s√Ľr!)

    Et pour toi V√©ro, √©coute ( ou r√©-√©coute!) Mefistofele, le seul op√©ra termin√© qu’√† compos√© musicalement et √©crit un des librettistes de Verdi: Arrigo Boito. Je trouve que √ßa vaut la peine.

    Bises amicales et chaleureuses (chaleureuses dans le sens de la température actuelle!)

    18 juin 2022 à 10 h 58 min

  2. Merci pour ces plumes musicales beaucoup plus agr√©ables qu’une certaine « plume de chaleur » qui est en train de nous dess√©cher…

    18 juin 2022 à 10 h 45 min

Votre commentaire

Entrez vos coordonn√©es ci-dessous ou cliquez sur une ic√īne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez √† l‚Äôaide de votre compte WordPress.com. D√©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez √† l‚Äôaide de votre compte Facebook. D√©connexion /  Changer )

Connexion à %s